fbpx

Se (re)narcissiser

Se renarcissiser pour réparer les dommages causés par un pervers narcissique est un vaste projet qui englobe de nombreux aspects de la reconstruction de soi. De l’acceptation des failles à la reprise de confiance en soi, de la reconquête de self-esteem à l’assertivité, le processus consiste à réapprendre à s’aimer afin d’affirmer au monde son essence et donc, sa place.

Faire la paix avec soi-même et son passé

La rupture avec un PN laisse des séquelles qui persistent longtemps après la fin de la relation toxique. Il est illusoire de croire que le quitter met un terme à tous les problèmes. Toute victime de manipulateur portait en elle des blessures psychiques qui l’ont plongée dans le piège de la perversité, ouvrant la porte à davantage de dégâts psychologiques.

Lorsque le temps survient de réparer tous ces dommages, il faut procéder par étape. La renarcissisation ne peut commencer à s’accomplir qu’après une phase d’acceptation et de pardon. De préférence guidée par un thérapeute qualifié, la victime de violence morale prolongée devra effectuer un travail d’introspection. Cela l’amènera à comprendre l’origine de sa fragilité émotionnelle et à soigner l’enfant meurtri qui sommeille en elle.

Viendra ensuite le temps d’effacer les schémas mentaux dévastateurs inculqués par le PN tels que la dévalorisation, et faire le deuil de la relation fantasmée. Dépouillée de tous ces handicaps hérités du passé, aussi récent soit-il, la personne en phase de reconstruction psychologique pourra enfin se tourner vers un avenir meilleur.

Se renarcissiser ou comment s’aimer assez pour oser l’affirmer !

Renouer avec ses valeurs profondes, retrouver le plaisir de vivre pour soi et d’être maître de ses choix représentent des défis : aussi gratifiants qu’intimidants. Mais à la clé, la reprise de confiance en soi induit de se connaître mieux. Prendre conscience de ses défauts et de ses qualités, c’est un premier pas vers l’acceptation et donc, vers l’amour de soi.

Ainsi, affranchi du besoin de reconnaissance des autres, on se libère de la peur du rejet pour enfin poser ses limites.

L’assertivité est le Saint-Graal du respect de son être. Ne pas craindre de dire “non”, rendre son système de valeurs imperméable à l’identification projective constituent des signes indéniables d’une renarcissisation aboutie. Mais attention : l’amour-propre n’est pas immuable et doit être entretenu, notamment par une bonne relation avec les autres. Savoir s’affirmer ne signifie pas de se placer en opposition pure et simple avec autrui. C’est simplement défendre ses droits et opinions, dans le respect de ceux des autres. Loin d’être repoussant (sauf pour les pervers narcissiques !), un comportement assertif est un signe de fiabilité qui présente l’avantage de faire un tri dans l’entourage. Ainsi, seuls restent ceux qui apprécient la personne pour ce qu’elle est réellement, sans faux-semblants.

Les techniques manipulatoires du PN n’ont d’effet que sur les personnes en mal d’affection. Se renarcissiser, c’est combler ce manque par soi-même pour ne plus souffrir de dépendance affective. C’est aussi la meilleure garantie de sortir de ce profil de proie idéale aux manipulations perverses et la base pour des relations plus saines, en amour, en amitié, en famille et au travail. Faites-vous accompagner par un thérapeute et retrouvez enfin le bonheur d’être vous-même !

Qui suis-je ?

Pascal Couderc

Psychanalyste et psychologue clinicien depuis 1990.

Exerce à Montpellier et Paris.

Téléconsultation (psy en ligne) en France et pour les francophones dans le monde.

error: Alert: Content is protected !!