Se reconstruire

Temps de lecture : 5 minutes

Le courage vient souvent de la détresse. Cette même force immense que vous avez dû puiser au plus profond de vous pour enfin venir à bout de la relation d’emprise qui vous empoisonnait l’existence. C’est un fait, et ce courage vous a mené(e) sur la voie du renouveau.

Le pervers narcissique est maintenant derrière vous, mais le travail de destruction auquel il s’est employé est toujours ancré. Blessé(e), c’est pourtant maintenant l’heure de vous reconstruire, et de marquer le tournant de votre nouvelle vie.

Reconstruire les sphères de sa vie

Il est primordial de prendre le temps qui vous conviendra le mieux et à votre rythme. Prendre le temps, pour renouer les liens avec votre famille, reconstruire votre vie sociale et votre carrière professionnelle.

L’entourage

En effet, sous emprise d’un pervers narcissique et isolé(e), il est possible que vous ayez perdu de vue votre entourage (famille, parents plus ou moins proches, fratrie, cousins…). C’est pourtant un précieux soutien, nécessaire à votre reconstruction. Ils sauront être un réel ancrage dans ce passage difficile. Ils pourront vous apporter l’écoute et l’épaule sur laquelle vous appuyer dans cette épreuve de reconstruction. Sachez saisir l’énergie qu’ils pourraient vous apporter (attentions, sourires…).  Dans le cas où vous auriez des enfants, là aussi, puisez dans l’amour inconditionnel. La considération et le respect qu’ils pourront vous apporter. Les enfants peuvent être une réelle source de lumière. En effet, ils voient le monde avec les yeux émerveillés de la découverte et de l’aventure.

En d’autres termes, l’entourage peut également être le lieu sacré de reconstruction d’un lien de confiance, après la manipulation et les illusions bousculées que votre ex-compagnon pervers vous a fait miroiter.

Les liens sociaux

Amis, activités, sorties… Il est également primordial que vous puissiez reprendre contact avec d’anciens amis, ou de vous en faire de nouveaux. L’amitié permet de recréer de puissants liens, des connexions intenses et un espace de parole et d’évolution sacré. Elle permet de colmater certaines blessures en lien direct avec l’emprise destructrice d’une relation avec un pervers polymorphe.

Si vous n’en avez pas la possibilité, sachez qu’il existe de nombreuses manières de faire des rencontres. Associations de randonnée, cours de cuisine, club de natation, etc., ou dans des lieux plus inédits comme lors d’une balade à la plage, d’un verre en terrasse ou au supermarché. Ouvrez-vous au monde extérieur. Et gardez à l’esprit qu’il est rempli de bonnes personnes qui seraient prêtes à tout pour votre bonheur et votre confort. Si l’Homme est un animal social, c’est justement parce que ces liens indispensables sont inscrits dans l’essence de l’accomplissement humain par excellence.

La carrière professionnelle

C’est également le moment de (re)penser votre carrière professionnelle. D’ailleurs, c’est un autre point essentiel d’un équilibre sur la voie du bonheur et de la reconstruction après une relation d’emprise avec un pervers narcissique.

Dans le cas où la relation toxique vous a mené(e) à la perte de votre travail, peut-être pouvez-vous prendre le temps de reconsidérer l’importance d’une carrière épanouie. Indépendance financière, sentiment de complétude, sentiment d’utilité et d’importance. Retrouver un emploi vous permettrait de vous reconstruire et de vous rétablir. En effet, n’oubliez pas que l’indépendance est un pas de plus hors de l’assujettissement dans lequel il vous maintenait.

Le cas échéant, c’est peut-être aussi l’occasion de repenser son projet et ses relations professionnelles. Voire de reprendre des études que vous aviez laissées de côté.

Peut-être même est-ce l’occasion pour vous de vous redécouvrir sous un nouveau jour. De découvrir une nouvelle passion dont vous pourriez faire profession, et de retrouver une bonne estime de vous. C’est aussi un excellent moyen de réintégrer une sphère sociale dont vous avez longtemps été exclue par le manipulateur narcissique et sa perversité aigüe.

Femme se reconstruit

Se placer soi, d’abord

Néanmoins, il est grandement temps de penser à vous. Vous faire plaisir, voyager, tenter de nouvelles choses, aller chez le coiffeur… vivre pour vous, et vous seulement.

Qu’aimiez-vous faire avant de tomber dans les griffes du manipulateur machiavélique ? Quels loisirs vous procuraient de la joie ? Quels instants de bien-être pourriez-vous mettre en place ? Accordez-vous ces plaisirs, ils sont un pansement réparateur indispensable à votre reconstruction post-emprise avec une personnalité destructrice.

Enfin, prenez le temps de prendre soin de vous, de votre sommeil, de votre santé, de votre corps. Car le bonheur passe aussi par là, un esprit sain dans un corps sain. On ne connaît aujourd’hui que trop bien l’importance d’une bonne hygiène de vie, pour ne pas négliger cette partie de votre reconstruction. Au fond, prendre soin de soi, c’est aussi retrouver une bonne estime de soi, se regarder et apprendre à s’aimer pour la beauté que l’on dégage. Et quelle plus grande satisfaction que de se sentir désirable à nouveau, en accord avec soi-même. La souffrance laissera bientôt place au bonheur d’exister…

N’hésitez pas, innovez s’il le faut ! Un projet pour l’avenir ? Rejoindre une association qui vous tient à cœur ? Apprendre le piano ? Changer radicalement votre garde-robe ? Partir seul(e) en Indonésie ? Vous êtes maintenant maître de votre vie.

Osez, tentez, faites-vous du bien et offrez-vous cette liberté, ne serait-ce que de rêver.

Le travail thérapeutique

À cet égard, c’est un autre point essentiel qui viendra soutenir le voyage de votre reconstruction : la thérapie. L’aide précieuse d’un psychanalyste est un soutien impartial dans la réparation de vos blessures et dans la reconstruction de votre intégrité. Le thérapeute offre un espace sacré, de non-jugement et de bienveillance. Ainsi, il vous accompagne dans les meilleures conditions.

En cabinet ou en téléconsultation, vous entreprendrez ensemble un travail de reconstruction suite à l’emprise débordante du pervers narcissique et du virus de sa perversion.

Le traumatisme de l’emprise

Il est extrêmement important de comprendre ce qu’il vous est arrivé, afin d’être en mesure de soigner vos blessures. À vrai dire, la vie sous l’emprise d’un pervers narcissique peut être vécue comme un véritable traumatisme, ayant déconstruit vos croyances les plus ancrées et l’estime de vous-même. Projeté(e) dans une réalité perverse, il vous a réduit(e) à néant, vous vidant de votre énergie. Comprendre, démonter, en parler, c’est un moyen d’exorciser et faire de la place pour le futur. C’est l’opportunité de mettre des mots sur une situation angoissante, pouvoir déposer certains bagages et ne plus les porter sur son dos.

Exit le chantage affectif et la perversion, la thérapie permet de comprendre l’histoire et de la reprendre, de relire le chapitre et d’écrire le suivant, pour entamer à l’aide d’un thérapeute spécialisé, un processus de résilience et de reconstruction. En outre, comprendre c’est avant tout unifier, et quoi de plus agréable qu’un tableau blanc pour pouvoir dessiner ?

Vous, et l’avenir

Avant tout, le travail thérapeutique permet un travail sur soi et sur l’avenir. Il permet d’explorer des pistes, comme le pardon, la déculpabilisation, la renonciation à la colère, apprendre à dire non, poser des limites, différencier vos envies réelles de celles qui ne vous appartiennent pas, apprendre à (re)penser par vous-même, identifier votre système de valeur… En résumé, c’est un véritable moteur du pardon, fondation de votre résilience et d’un futur où le seul mot d’ordre est la liberté.

Au fond, c’est un espace de réécriture et d’identification de soi. Un espace sacré de travail et de libre expression où chaque douleur est recueillie avec la plus grande attention. Travailler sur soi, c’est ouvrir la porte d’un avenir plus radieux, plus sain et plus serein. Comme une métaphore de l’art japonais Kintsugi de réparation, dont le mouvement artistique et poétique consiste à souligner d’or ses cicatrices, vous apprendrez à reconnaître vos failles et vos qualités, et à les remplir de beauté.

Enfin, travailler sur soi, c’est tirer un trait définitif sur les mots « victime » et « culpabilité », pour laisser la place à votre nouveau Moi de se révéler. Si c’est un processus parfois difficile et sinueux, mais rappelez-vous que la force et le courage sont vos plus beaux atouts, et que votre vie n’attend plus que vous.

Lire aussi sur le blog : le témoignage d’Aliénor et grandir avec une mère perverse narcissique.

error: Alert: Content is protected !!