Accueil

Comprendre la relation avec un pervers narcissique avec Pascal Couderc.

Bienvenue sur Pervers-narcissique.com par Pascal Couderc, psychanalyste, psychologue clinicien à Monpellier et en visioconsultation sur Skype pour les francophones partout en France et dans le monde. Ce site est un lieu d’information et d’échanges sur les relations avec un(e) pervers narcissique, sa personnalité, et comment s’en sortir.

Consultez nos rubriques, les témoignages, échangez dans les commentaires en bas de chaque page.

Manipuler, c’est induire l’autre à accomplir des actes qui vont à son propre avantage. Si les petites manipulations ordinaires font partie de la vie quotidienne du couple, le pervers narcissique, lui, séduit pour mieux frapper. Il donne l’impression de tout faire pour l’autre afin de mieux le détruire, et possède l’art de renverser la situation en se présentant comme une victime.

Manipulant non pas ponctuellement, mais constamment, insidieusement au début, il modèle à force de critiques la personnalité même de sa partenaire, la vide de toute volonté propre, d’estime d’elle-même, avec pour conséquences, dépression, incapacité d’avancer, dépendance… Le plus terrifiant, c’est qu’il vous amène à penser… ce qu’il veut que vous pensiez, qu’il vous fait douter de vos perceptions, de vous, de tout…

Cette maltraitance psychologique est aussi destructrice que la violence physique, elle ne se voit pas… Le pire étant la difficulté à être cru(e) tant toute son attitude est impensable pour les autres, jusqu’à …. un certain point.

Un échange et un accompagnement thérapeutique pour vous défaire d’un pervers narcissique

Pascal Couderc, psychologue clinicien et psychanalyste à Montpellier et en visioconférence exerce depuis de nombreuses années dans le traitement des comportements addictifs en tous genres. Au détour de son approche professionnelle et clinicienne, il aide de nombreux patients, lors de consultation via Skype ou d’échange sur les forums, sans oublier les nombreux articles et parutions dont il est à l’origine, à se défaire des personnalités toxiques !

Sur Pervers-narcissique.com vous trouverez un lieu d’échange via les commentaires, dédié aux victimes de pervers narcissiques, un lieu où la parole est libre et les conseils nombreux.

Pour vous aider à mieux comprendre cette structure de personnalité qu’est la perversion narcissique, Pascal Couderc vous livre son regard professionnel. Auteur de “ La manipulation affective dans le couple, faire face à un pervers narcissique“, chez Albin Michel et traduit en turc et en italien il vous accompagne également lors d’entretiens psycho-thérapeutiques à Montpellier, ou sur Skype pour les francophones du monde entier…

pervers narcissique

La manipulation affective dans le couple

italienturc

 

 

 


 

 

 

[google12c08f69c0d9c71c.html]

Partagez Partager sur FacebookPartager sur LinkedinPartager sur GooglePlusPartager sur TwitterPartager sur Pinterest

47 réponses à Accueil

  1. Flalu dit :

    Bonjour,

    Je me permets de témoigner ici, car je lis beaucoup de questionnements de femmes (surtout de femmes, c’est vrai) qui sont perdues, qui culpabilisent, qui se sentent démunies…
    Je vous raconte mon histoire afin que les femmes (ou hommes d’ailleurs) qui passent par cette page puissent (je l’espère) prendre conscience de la nature monstrueuse de ces personnes perverses narcissiques qui partagent leur vie.
    Mes parents se sont séparées lorsque j’avais 3 ans, 6 mois plus tard mon père ne venait plus me voir, j’ai perdu contact avec lui (j’ai 29 ans aujourd’hui). Peu de temps après le divorce, ma mère s’est mise avec un homme PN (elle avait 24 ans à l’époque et moi 3 ans environ). Il l’a séduite et a aussi charmé ma grand-mère maternelle (veuve depuis quelques années, et heureuse de voir enfin ma mère avec un “homme bien” à l’inverse de mon père biologique).
    Il a rapidement commencé ses sournoiseries avec moi, il me faisait tomber sans que personne ne regarde, me disait (à 3 ans) que ça “puait la merde” quand je faisais dans le pot, j’ai tenté de l’appeler “Papa” quand j’avais 4 ans, et ma mère et lui ont exploré de rire… Ce n’était que le début…
    Il est devenu jaloux maladif avec ma mère, il ne supportait pas qu’elle ait des amis autres que ceux que lui avaient choisis et se donnait une image irréprochable auprès de tous. Sauf que…. ma grand-mère, s’occupant beaucoup de moi, a vu son manège et lui a dit qu’il était fou. Il a répondu en douce “je fais ce que je veux, occupez-vous de vos fesses, c’est moi qui décide!”. La messe était dite!
    Impossible pour ma grand-mère de prouver quoi que ce soit, et ma mère était totalement vampirisée et lobotomisée par cet homme. J’ai donc continuer à subir ses brimades et humiliations quotidiennes. À 4 ans, je ne dessinais qu’en noir à l’école et le moment de la fabrication du cadeau de fête des pères m’angoissait terriblement (“La petite a été abandonnée par son papa, c’est normal…” se disaient les maîtresses, mais non, c’était ce monstre PN le souci).
    Même si je me sentais déshumanisée et réduite à néant, je cherchais à le contenter, et par extension à contenter ma mère qui semblait trouver normale qu’il me traite de cette façon (sinon elle serait intervenue, logique).
    Je précise que j’ai été détectée “surdouée” il y a peu (j’ai 29 ans), je ne sais pas si cela m’a servi ou desservi, mais j’ai compris très vite que cet homme était malsain.
    Ils ont eu deux enfants, mes petits frères, le premier a été adulé mais aussi traité en objet, en faire-valoir, et manipulé, ne sachant pas comment se comporter pour faire plaisir ; le second a été davantage protégé, mais s’est totalement réfugié dans les jeux vidéos pour oublier la réalité qui nous entouraient. Pour ma part, j’étais “l’outsider”, je ne me sentais pas réellement membre de la famille, et les soucis que je rencontrais a l’école se justifiait par le fait que mon père m’avait “abandonnée”, mon haut potentiel et ma douleur sont donc passées inaperçues. Pendant 25 ans…
    J’étais donc une enfant compliquée, et plus tard une ado rebelle et dérangeante, j’étais l’empêcheuse de tourner en rond, le grain de sable dans l’engrenage, il me réduisait au silence, me terrifiait, me traitait de menteuse en permanence “Elle ment comme elle respire cette gamine!”, “Elle a besoin d’être dressée cette gamine!”. J’étais l’exemple à ne surtout pas suivre. J’ai passé des heures à table à attendre pour pouvoir sortir de table, parfois sans raison apparente. Il a coupé l’électricité une nuit où j’allais aux toilettes (je devais avoir 6 ou 7 ans), il savait que j’avais une peur panique du noir. Un soir, avant le coucher, il s’est collé des gommettes fluorescentes sur les paupières et a simplement ouvert ma porte de chambre, je ne voyais que deux tâches luisantes dans l’obscurité… J’étais tétanisée. Il était réellement devenu le monstre que je le soupçonnais d’être. (Je précise qu’il ne m’a pas frappé, ni agressé sexuellement, rien de tout ça.)
    Ma mère avait horreur des conflits et faisait tout pour lui faire plaisir, elle était pourtant gentille et pleine de vie, mais incapable de tenir son rôle de mère, probablement à cause de l’aliénation dont elle était victime.
    Moi je n’osais rien dire car elle semblait fatiguée de faire le tampon entre lui et moi. Il devait la vider de son énergie, et elle n’en avait plus pour me protéger. C’était donc à moi de me protéger, j’ai décidé de me faire la plus discrète possible.
    Ma mère et lui se sont mariés en cachette de ma grand-mère maternelle, elle l’a su car une de ses amies a vu le nom de ma mère et de mon beau-père sur la publication des bans de la mairie de la petite ville où nous vivions et l’en a informée.
    Il a continué tranquillement ce petit jeu. À l’âge de 12 ans, j’ai fait une première TS, puis une seconde à l’âge de 17 ans. Mon inadaptation familiale couplée avec mon inadaptation scolaire et sociale (probablement dû à cette situation ainsi qu’à mon Haut Potentiel Intellectuel non détecté) m’ont fait totalement perdre les pédales. Je ne voyais pas d’issue, je n’avais pas vraiment de famille, mes notes ont chuté (seule chose qui me donnait de la valeur), et pas réellement d’amis non plus avec qui j’arrivais à me lier vraiment. Solitude extrême.
    Je suis ensuite partie pour faire mes études, j’ai rencontré un garçon, qui était PN, et avec qui je suis restée 3 ans. Il m’a coupée du monde, m’a initiée au cannabis, et j’avais énormément de mal à m’alimenter.
    À 21 ans, je l’ai quitté et j’ai déménagé pour faire une formation d’un an. Ne trouvant pas d’emploi à la suite de ça, je suis retournée temporairement vivre chez ma mère et cet homme. J’avais 22 ans.
    J’ai fait la connaissance d’un homme adorable, avec qui je suis restée 3 ans, mais mes rapports aux hommes étant totalement dysfonctionnels, nous nous sommes séparés, mais… nous nous sommes retrouvés deux ans plus tard, et nous sommes heureux aujourd’hui, il est profondément bon, oui ça existe :). J’ai repris mes études, mais je bloquais totalement. Pas étonnant, après tout je ne valais rien, j’étais bête, quand on entend ça toute sa vie, on finit par y croire. J’ai consulté un psy pour parler de ça, pensant avoir un trouble de la concentration ou un vieux trauma à régler, elle a détecté mon haut potentiel, mais je sais que le problème n’est pas là. Le problème, c’était ce sous-homme diabolique, malveillant et psychopathe.
    Quant à ma mère, on lui a diagnostiqué une forme de cancer rare et incurable en 2011, elle a été opéré et suit encore aujourd’hui un traitement expérimental. À la suite de son opération (elle a une cicatrice de 30 cm sur le ventre), j’ai voulu aller la chercher à l’hôpital, mais il a absolument tenu à y aller, je lui ai dit que je voulais venir, mais il est parti en douce. Le trajet durait 1h30, il a roulé comme un malade, coups de frein à gogo, virages en mode pilote de F1, elle a éte secouée comme une bouteille d’orangina, elle avait une tête de cadaver en arrivant à la maison. Mais peu importe, il était énervé, il n’avait pas honte. Puis il a continué d’être l’homme qu’il était, comme il le faisait avant cela, il n’a pas changé d’un pouce, alors qu’elle était malade et possiblement mourante. Elle a fini par le quitter fin 2013.
    Il tente toujours d’avoir de l’emprise sur elle, sur mes frères, moins sur moi, craignant peut-être que je déballe tout à mes frères (ils sont encore dans le déni par rapport à son statut de PN).

    Voilà de quoi un PN est capable, il était travailleur, il a rénové une vieille longère de ses mains, tout le monde l’admirait et le félicitait pour sa petite famille, sa maison. Moi j’étais la gamine qui n’était pas de lui, qui posait problème, qui était dérangée et qui entachait l’image propre et nette de ce “Père idéale d’une famille parfaite”.
    Je sais que tous les PN ne sont pas les mêmes, et je reste prudente quant la pose de cette étiquette.
    Mais Mesdames (et Messieurs d’ailleurs), si vous vivez avec un PN ou une PN, FUYEZ!!!
    S’il vous est impossible de le/la démasquer, courrez aussi loin et aussi vite que vous pouvez!
    Vous me direz “Oui, c’est pas si facile…”, j’entends… Mais vous vous voilez la face, ou alors c’est que vous n’avez pas atteint votre seuil de tolérance… Mais jusqu’à quand cela va-t-il durer?
    Car ATTENTION, à trop attendre, vous finirez par perdre tout sens de la réalité, vous ne saurez plus ce qui est bon ou mauvais et votre estime de vous sera tellement mauvaise, que vous n’aurez plus le courage de fuir, vous vous direz qu’il n’y a plus d’espoir. Le/la PN vous videra de toute votre substance, vous ne vous sentirez plus capable de rien, plus bon à rien, et le suicide semblera être une solution acceptable…

    Merci de m’avoir lue, je me suis étendue longuement, mais il faut bien ça.
    Et oui, ces êtres sadiques sauront toujours trouver les mots et les gestes pour vous retenir, feront mine de ne pas comprendre vos reproches, se victimiseront, et vous rappelleront toutes leurs bonnes actions, vous prouveront leur “amour inconditionnel”(la blague…), mais…
    “Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le Diable lui-même.” Shakespeare.

    Courage à tous/toutes! Si c’est le bonheur que vous cherchez, vous ne le trouverez JAMAIS avec ce type de personnes.

  2. LOVE dit :

    Bonjour,
    Je porte mon témoignage ici afin d’apporter mon soutien et faire partager ma démarche par rapport à mon époux.
    Moi, je suis complètement perdue pour pouvoir qualifier si mon époux a une Personnalité perverse narcissique.
    J’ai fait mes recherches sur internet et j’ai constaté qu’ il y a plusieurs désignations de Manipulateur. L’homme peut être un manipulateur sans être un PN.
    En fonction des symptômes et personnalité : il existe :
    – Manipulateur égocentrique
    – Manipulateur Malveillant
    – Manipulateur gentil……….etc.

    Le pire c’est un Manipulateur Malveillant : il cherche à faire souffrir et à détruire sa victime peu à peu…..

    Mon histoire : je suis avec mon époux (mariée) depuis 8ans
    C est au fur et à mesure de l’évolution de notre vie de couple, j’ai pu constaté l’homme qu’il est. Mon problème, il ne s’agit pas de lui mais d son comportement à mon égard.
    Je souffre à cause de son comportement verbal et non verbal (des actes de canailles qu’il a commis dans mes affaires personnelles afin de m’atteindre (bien que je lui ai dit de ce cesser). Sachant que toutes mes affaires ( bijoux, maroquineries, chaussures, produit cosmétiques, vêtements) sont enfermés à clé dans une chambre. Il est parvenu à y entrer à mon insu pendant mon absence de la maison
    Il me manque de respect. Il me parle mal.
    Je ne supporte plus.
    Alors je me suis questionnée :
    – m’aime-t-il ? si oui pourquoi cherche- t-il à m’atteindre ainsi? pour me faire du mal ?
    Soit disant qu’il m’aime.
    Je suis une quinquagénaire avec mon passé et non plus une jeunette.
    Donc, je fais ma petite analyse sur son comportement à mon égard :
    – d’humeurs changeants dans la journée ( à 9h gentil et à 12h méchant )
    – Impulsif – imprévisible
    – colérique à la moindre contrariété : malheur si je vais pas dans le sens qu’il veut, là il est devenu furax
    – Exécrable avec moi et non stop
    – mensonge, il ment
    – sème la confusion dans mon esprit ( déplacer mes affaires….)
    – Souffre le chaud et le froid dans notre rapport
    – dans le déni effrayant ( devant un délit flagrant, il dément grave)
    – Il est sans arrêt avec des questions enfantines non stop comme un enfant en bas âge. ( pour des pacotilles) – C’est usant pour moi
    – En société, (vie sociale ) il a le masque d’un homme séducteur, charmant, serviable. Il adore d’être admiré, aimé, reconnaissance…….etc
    et une fois à la maison (vie privée) il a le comportement d’un Manipulateur, tout le contraire de l’homme qu’ il est en société. Pas de vrais Affects. ca se voit comme le nez au milieu du visage.

    Sur le plan matériel ( finance) je n’ai rien à lui reprocher.
    Il prend tout en charge les dépenses domestiques du foyer (solidarité du couple)
    En revanche, quand il est en colère, il sait bien de me faire rappeler l’aide financière qu’il m’apporte.
    A ce jour, je souffre et je ne supporte du comportement verbal et non verbal de mon époux. Je sais qu’il ne changera pas. Ca saurait comme on dit !!! ça fait 8ans que je suis avec lui.
    Je suis vidée, émotionnellement à bout. Je suis déprimée et perdue. Là je me suis éloignée de lui, prendre de la distance afin de me ressourcer et réfléchir sur mon couple. C’est très compliquer dès lors qu’il est mon mari. le quitter ? Ma Question : Ai-je sur que mon époux est vraiment un manipulateur narcissique ? je suis sa femme. Je n’ai aucune formation de psychologie pour pouvoir déterminer exactement qu’il est un manipulateur avec pathologie narcissique ??? Je ne veux pas prendre une décision auxquelles je risquerai de regretter.
    Pourquoi je dis cela :
    “Sur un autre site, j’ai lu un témoignage d’un homme marié et il a reconnu qu’il a fait beaucoup du mal à sa femme, et il pensait qu’il est un PN.
    Il a été consulté une psychothérapeute du couple, bilan il ne l’était pas La cause : il a une souffrance lié à des sentiments antérieurs par rapport à son enfance.”.
    Alors Je fais attention de bien analyser la situation dans laquelle je me trouve.
    selon les dires de mon époux, dans son enfance il a des pb de rapport avec sa mère. IL me disait qu’ il n’aimait pas sa mère. Il aime son père.Elle se s’occupait pas de lui.
    De plus, je sais qu’ il souffre d’un mal qui le ronge au plus profonde de lui depuis 6ans déjà et qui vient de son passé affectif. ( son ex)

    Une chose dont je suis certaine, mon époux a des problèmes. En effet il a des comportements anormaux, contrairement à une personne lambda.
    Pour moi, c’est très difficile et très perturbante psychologiquement. Je ne cesse de réfléchir nuit et jour : que dois je faire ?
    à partir du moment mon époux refuse catégoriquement l’aide d’une tierce personne extérieure ( Psy) une thérapie du couple.

    Moralité : Mon époux est un PN ou à cause de son passé affectif ( son ex ) ou du rapport avec sa mère. C’est pour cela, il se venge sur moi ????
    Solution provisoire pour moi : j’ai lu sur internet, les moyens pour
    me protéger et contrer son comportement. Aussi,
    J’ai acheté un livre : “La manipulation affective dans le couple ”
    Avec ces armes, je vais mettre en pratique avec mon époux afin de le gérer. après je verrai en fonction de……..
    Si il y aurait un commentaire de M Pascal Couderc, je lui serai reconnaissante.
    cordialement

  3. anne dit :

    Moi aussi je grapille les miettes,
    au moins il m aime un peu
    je ne peux pas tout quitter
    et me retrouver sans amour
    oui c est du faux, mais il me donne le change
    et ça vaut mieux que rien.
    et pourvu qu il m aime un peu,
    on ne peut vivre sans amour
    il a besoin de moi, et moi de lui
    pour se perdre et éspérer se trouver

  4. Eva dit :

    Je reviens poser une question, je voudrais savoir si l’un ou l’une d’entre vous a entendu ce genre de discours…
    Tous les psys que j’ai contactés me disent que mon compagnon est pervers narcissique. Les amies à qui je raconte mon histoire me disent que je ne suis qu’une chose pour lui, et que je dois le fuir.
    Lui me dit qu’il fait des progrès. Que quand il gagnera vraiment en confiance en lui, cela ira mieux. Il m’a déjà dit qu’il pouvait s’effacer de ma vie si cela me permettait d’être plus heureuse (en faisant finalement toujours en sorte que ce soit lui qui me quitte finalement), il me répète que je suis la femme de sa vie et que rien ne le rend plus heureux que de me voir sourire.
    Il semble aussi avoir conscience de certaines choses puisqu’il m’a dit une des dernières fois où nous nous sommes vus qu’il était barricadé du coeur depuis toujours et qu’il lui fallait juste du temps.
    Il ne cesse de m’humilier en faisant référence à un garçon que j’ai connu dans mon passé mais avec lequel il ne s’est jamais rien passé. Mais lui a décrété que je lui mentais et pendant 2 ans n’a eu de cesse de me traiter de pute et de menteuse à cause de cela. Il prétend que quand cette peur du mensonge le prend, il ne peut faire autrement que m’insulter et me parler de ce garçon.
    Je voudrais savoir si selon vous ces prises de conscience sont de la manipulation pour me garder (il sait que tous les psys me disent qu’il a le comportement d’un PN) ou si cela laisse un espoir de progresser.
    J’aimerais comprendre comment, si on aime vraiment, on peut continuer à faire le mal de l’autre, le voir pleurer… Quand il dit qu’il n’est jamais plus heureux que quand je souris, c’est aussi de la manipulation?
    Je me remets sans cesse en question, je culpabilise toujours…
    J’ai vécu 2 ans en enfer, tout le monde sans exception me dit de fuir, mais ses “progrès” et prises de conscience me mettent le doute et me font culpabiliser. Est-ce que ces progrès et prises de conscience sont réels ou là encore parfaitement calculés pour manipuler??

    • Stéphanie dit :

      Bonjour,
      Je pense malheureusement et sincéremment qu’il s’agit de manipulations, s’il est réellement un PN il n’est capable d’aucun sentiments y compris d’amour mais ce n’est que mon avis et je ne suis pas une professionnelle .. Toujours est il qu’une relation qui fait souffrir n’est pas une relation saine et aucunement acceptable

  5. Jacquin dit :

    Bonsoir
    J’ai vécu avec un PN pendant 5 ans j’ai trouvé la force de partir avec ma fille de 8 mois mais il a réussi avec une Assitante social à récupère ma fille c un manipulateur avec les services sociaux il dit que des mensonges et le fait passer pour une mauvaise mère je suis perdu je c pas quoi faite pour récupère ma princesse je veut pas que plus grande il l’a détruit comme il m’a détruit aider moi svp

    • Katleen dit :

      Je suis dans la même situation! Ma fille a 2 ans. Il s’en est jamais occupé, ni pratiquement, ni financièrement. Il a lutté contre moi et non pour sa fille. C’est hallucinant ce qui se passe, ce qu’il arrive à faire, comment la justice pourrit la vie d’un enfant. Moi aussi je suis désespérée, sachant ce que ma fille doit vivre et va encore vivre!! Si vous pouvez me donner des pistes à suivre…

  6. Eva dit :

    Bonjour,
    Je voudrais savoir si un pervers narcissique peut être soigné par une psychanalyste (à qui j’ai dit que mon ex-compagnon était pervers narcissique – 3 psychologues / psychanalystes me l’ont indiqué et m’ont conseillé de le fuir). Est-ce qu’il est envisageable que le pervers narcissique, en travaillant sur son manque de confiance en lui, change un jour? Ou tout espoir de changement est-il parfaitement impossible et faut-il se dire qu’il se conduira forcément et indéfiniment de la même façon avec toutes les femmes?
    Merci par avance pour votre réponse,
    Cordialement

    • roxanne dit :

      non, non et non , un PN ne changeras pas, et s’ il consulte il va berné le psy et vous, donc fuyez, c’ est un menteur, comédien, monstre qui va vous détruire, rien à faire, il a aucun affect. Pense juste a son intérêt à lui, sa petite personne ces monstres.

  7. Aathena dit :

    Bonjour,
    J’ai vécu près de 15 ans avec un PN avec lequel j’ai deux enfants. Nous sommes séparés depuis 1 an. Il y a des hauts et des bas, les choses s’améliorent et je me reconstruis peu à peu. J’ai préféré, au moment de la séparation, opter pour une procédure ‘pacifique’ mais l’attitude actuelle de mon ex-mari m’amène à envisager une procédure à son encontre. Une loi existe, dont beaucoup de spécialistes de cette forme de violences disent qu’elle ne débouche que rarement sur des condamnations.
    Or, quand je lis les témoignages, les articles écrits sur les PN et les effets sur leurs ‘proies’ / ‘objets’ / ‘victimes’, c’est chaque fois la même histoire – MON histoire – racontée presque mot pour mot.
    Comment se fait-il alors, devant cette forme d’universalité à la fois dans la souffrance et dans l’abus qui l’ont causée, qu’il soit si difficile d’objectiver les violences psychologiques auprès des organes qui devraient protéger nos droits? C’est un progrès considérable que de pouvoir accéder aujourd’hui à des thérapeutes, des associations, des ressources bibliographiques pour nous aider à comprendre et à nous retrouver en nous-mêmes. Mais ne devrait-on pas également pouvoir compter sur les Institutions?
    Un grand merci pour votre site!

  8. Monia Ghozlani dit :

    Bonjour ,

    comment se liberer si il ne te laisse pas vivre et qu il te persecute en jouant sur le faite que vous soyer amoureux(se) de lui.

    Cordialement.

  9. gorce dit :

    Bonsoir

    J ai par le passé vecu avec un PN. j ai fait ensuite un an et demi de psychanalyse apres avoir sombrée. Il en est ressorti globalement que je reproduisait un schéma de souffrance vécu dans l enfance . Mon père était violent. Je pensais avoir réglé mon problème. Mais aujourd hui j ai un autre soucis.
    J ai rencontré un homme marié qui me plait énormément et avec qui j ai eu une liaison; On se voyait tres peu car on était a 800 KM. Cet homme tres intelligent et tres charmant avait , de ce qu il me raconte, régulièrement des maitresses et pourtant relations sexuelles avec sa femme tout a fait normales. Les fois ou nous nous voyions c était tres bien mais apres tres peu de nouvelles de lui. il a voulu arrêter plusieurs fois , mais revient tout de meme à la charge au bout de 2 ou 3 mois. Je n arrive pas a savoir s il est manipulateur, mais ce que je ressens c est un grand attachement a lui, un bien etre quand on est ensembles et pourtant détruite quand il se moque du fait que je sois amoureuse. Tout ca parce que lui ne donne visiblement aucun sens à la relation. Pourquoi moi, ? a 800 km? il y a surement plein de filles autour de chez lui!
    Aujourd hui, je suis tres mal, car il y a 3 mois il a décidé d aménager dans la région ( projet de vie selon lui), et m a bien fait comprendre qu il ne venait pas pour moi.

    je vous laisse juger, moi je suis incapable d’analyser

  10. Kiwi dit :

    Bonjour,
    Ma première question est pourquoi ? Puisque c’est un être doué d’intelligence pourquoi ne peut-il pas au moins se reconnaître ? Dans mon cas, il semble constamment amnésique. Est-ce qu’il a “une case en moins”? J’ai tant de peine à juste imaginer qu’on puisse être autant insensible. Je suis sous le choc même si j’avais décrypté tous ses comportements depuis le début. Je pensais juste qu’il ne savait pas, par exemple, que menacer quelqu’un de mort est déjà très grave. Je n’avais pas conscience qu’il a une pathologie. Je pensais qu’avec beaucoup d’explication et du temps il se reprogrammerait des nouveaux codes de vie. Je voudrais aussi savoir pourquoi les agissements des PN sont autant similaires? Bref je suis sidérée et écœurée. J’ai du mal à croire qu’ils parviennent tout de même à mener une vie quasi normale. Car il arrive à me faire croire par moment que c’est moi qui agit ainsi. Pourquoi si il souffre aussi, il ne se bat pas pour arrêter ne serait-ce que sa propre souffrance ?

    • Eva dit :

      Bonjour,
      Je me suis posé exactement la même question que vous… A chaque fois la réponse est que les pervers narcissiques sont dans le déni (et je l’ai moi-même constaté): eux, semblent-ils, ne se rendent pas compte qu’ils souffrent d’une grave pathologie…

  11. defreitas dit :

    bonjour
    j ai rencontre mon pn en décembre
    ,j ai vecu l enfer pendant 3mois
    1vrai cameleon ,alcool ,drogue ,chantage sexuel
    heureusement certaine personne m ont prevenu
    homme très dangereux
    je plains ses enfants

  12. Samantha DEVRIES dit :

    Je ne comprends pas pourquoi je n’arrive pas à arrêter une relation qui n’est que souffrance avec un manipulateur pervers narcissique et cela dure depuis presque 4 ans. J’ai rencontré cet homme via un site de rencontre et nous vivons à 5 km l’un de l’autre. Notre relation est uniquement sexuelle car tel est son souhait, et déviante. Il m’a quittée de nombreuses fois et toujours revient me chercher. J’ai également fait d’autres rencontres mais je n’arrive pas à m’y investir car je ne pense qu’à lui. Sa puissance sur moi est énorme et je ne me reconnais pas. Je suis obsédée par lui, je ne suis plus moi même et pourtant j’ai vécu jusqu’à 53 ans une vie sereine malgré un divorce, mais là je perds pied. J’ai 57 ans, il est un peu plus jeune que moi, libre, divorcé, et me tient sous sa coupe. Il ne me téléphone jamais, seulement des textos, voir sextos, pour me faire venir selon ses désirs à n’importe quel moment du jour ou de la nuit. Je me déteste car je n’arrive pas à lui résister. Je suis addicte à cette relation qui est dévalorisante et anxiogène. Depuis quelques temps il a une relation stable avec une autre femme mais continue de me solliciter. Je souffre car la situation est difficile pour moi car je suis amoureuse de cet homme qui ne me donnera jamais rien. IL me maltraite psychologiquement, me laisse souvent sans nouvelles de lui pour mieux revenir en force. Je l’ai quitté volontairement de ma propre volonté 2 fois mais 2 fois j’y suis revenue… J’ai consulté 2 professionnels qui m’ont conseillé la fuite mais je n’y arrive pas…. Samantha

    • Pataut dit :

      Bonjour’ moi aussi victime d’un pervers narcissique pendant 7 mois et c’est vrai qu’on a du mal à s’en séparer j’ai souffert aussi beaucoup mais là c’est lui qu’il m’a quitter pour une autre et je suis pas revenu vers lui je me dit il es méchant et sa m’aide et il faut voir bcq de personnes et sortir sinon on retombe dans ses bras c’est des diables il faut s’en separer avant qu’il nous détruisent où nous tue , il faut absolue fuire courage on mérite pas sa c’est des diables il peuvent tuer fuyer

  13. boubaker dit :

    bonsoir,
    pour faire simple j’ai 16 ans et j’ai eu une relation avec un garçon du même age que moi il y a environ 4 mois.
    j’écris ce commentaire car je ne sais pas si il est un pervers narcissique ou non.
    je l’ai rencontré à l’école, et contrairement aux autres PS lui était très timide et réservé.
    Il m’avait dit qu’il ne croyait pas en l’amour mais de fil en aiguille je suis je suis quand même tombé amoureuse de lui et j’ai réussi à lui faire croire en l’amour. il me rendait unique j’aimais parler avec lui. il était très attentionné m’envoyais toujours des messages bref un petit ami de rêve.
    mais quand nous nous sommes officiellement mis en couple c’est devenu tout un coup plus froid, il était très distant pour aucune raison peut-être sa timidité? notre couple était de vrai montagne russe un jour c’était l’amour fou un autre on ne se parlait pas et tout ça me rendait très anxieuse.j’ai commençais à faire des crises de paniques à cause de lui et du stresse qu’il m’infliger, j’avais du mal à dormir, il me rendait coupable de son soit disant malheur. Il disait toujours que personne ne l’aimait alors que moi je l’aimais du plus profond de mon coeur. Je n’arrivais pas à le comprendre. J’étais tellement mal, j’étais plus la fille souriante d’avant, ma mère s’inquiétait pour moi elle me disait de le quitter, qu’il était mauvais mais je voulais y croire je voulais l’aider…
    Je lui avais parlé de mes crises d’angoisse mais il ne faisait rien pour que cela s’arrange ça devait toujours être lui la victime alors que c’était clairement moi et pas lui.
    Le pire dans tout ça c’est que même lors de notre rupture il m’a fait culpabiliser il ma dis “tu es ignoble”,”je sais pas comment tu fais pour encore te regarder dans un miroir” alors ce jour là j’ai fais que pleurer et encore pleurer mais aujourd’hui heureusement j’ai du voir une psy pour diminuer mais crise d’angoisse et maintenant je n’en fais plus.

  14. hermel dit :

    bonsoir,
    j’a réussi à partir du PN le père de ma fille par contre je suis toujours en relation enfin presque car ma fille vit chez lui pour le moment mais je n’ai aucun contact avec lui je repasse chez le JAF le 04/09/2017 et ma fille voit le juge le 28/08/2017 elle veux venir habité chez moi mais à très peur de son père car jusqu’à maintenant il a toujours réussi à gardé le droit de garde j’ai de nouvelle attestation j’espère qu’il va perdre sa me rend malade à chaque fois car sa le fait bien sourire alors que moi je prouve des choses comment peux t-on faire face à PN face au juge? à l’avance merci
    magali

  15. Macchia dit :

    Bonjour
    Victime d’un pervers narcissique pendant 7ans, j’ai depuis peu enfin eu la force de me séparer
    Mais voilà, j’ai 2 filles avec, et voudrait savoir s’il existe un moyen de prouver sa maladie afin de protéger mes puces légalement de lui..
    Bien cordialement

  16. B. Diamantine dit :

    Bonsoir, je suis une victime d’un pervers narcissique et je ne sais plus comment faire pour cesser de souffrir. J’ai réussi à mettre un terme à cette histoire passionnée et destructive mais aujourd’hui je ne vais vraiment pas bien. Grace à votre site j’ai pu enfin mettre un “mot” sur le prince abominablement charmant qu’il est. Je pensais que de découvrir ce qu’il est m’aiderait à avancer mais je n’y arrive pas. Même si aujourd’hui je comprends pourquoi systématiquement il m’accusait de ce que lui faisait, chose que j’avoue était extrêmement difficile à saisir. “Mais comment peut-il me reprocher de l’avoir isoler des miens ? lorsqu’il connaissait toute ma famille ! Il venait aux fêtes de fin d’année ! pourtant je ne rêve pas c’est bien moi qui ne connais absolument personne de son monde !” il y a eu tellement de reproches, d’accusations, d’insinuations que je me suis renfermée complètement et j’ai fini par croire qu’effectivement tout était de ma faute et qu’il avait raison !!
    Je suis perdue face à ma douleur permanente, si puissante, si terrifiante. Je ne suis plus personne, je ne sais plus quoi faire, quoi penser.
    J’ai pourtant doucement renoué avec les miens, toutes ses personnes que j’avais volontairement éloignées de moi parce que j’ai fini par penser comme lui sur eux.
    Aujourd’hui je me retrouve en enfer, je vois les miens mais souffre en silence. Mes journées en solitaire sont ponctuées de cauchemars, d’effondrement en larmes, à passer mon temps à le chercher partout sur le net et forcément à le trouver.
    Je suis addict d’un PN, j’ai peur.
    L’homme que j’aime est monstrueux et il l’a toujours été, je veux sortir de cet enfer, je fais tout pour mais même si à présent cela fait 5 mois que je ne l’ai pas vu et presque autant qu’il n’a pas pris contact avec ses messages plein d’amour, je n’arrive pas à avancer.
    Je ne veux plus de lui, cela est clair pour moi, je ne pense même pas l’aimer encore à moins que ce ne soit l’inverse, je ne sais plus mais je suis complètement sous emprise de mon PN.
    Je ne sais plus quoi faire, le temps passe et la souffrance est omniprésente nuit et jour.
    Mes sourires devant mes proches cachent une souffrance dont j’ai besoin de sortir avant d’avoir recours à une fin plus radicale.
    Je vous en prie, aidez-moi.

    • Bonjour,
      Merci pour votre message.
      Vous dîtes être addict à un PN, vous êtes surtout dépendante d’un homme qui n’existe pas.
      L’homme que vous pensez aimer n’existe pas, celui que vous aimez est celui qu’il vous a fait croire qu’il était mais qu’il n’est pas.
      C’est une illusion.
      Si vous êtes en région parisienne ou montpellieraine, je peux vous recevoir pour vous aider.
      Cordialement
      Pascal Couderc

      • sarah dit :

        Bonsoir,

        je vis avec un pervers narcissique depuis un an. On s’est rencontré il y a deux ans. Au début, tout allait bien. Comme si je revivais le premier Amour…On ne vivait pas ensemble. On se voyait une fois à deux fois par semaine tous les quinze jours. Cela me convenait et lui en disait autant (soit disant). Je travaillais, m’occupais de ma fille et ne voulais pas m’engager dans une relation. J’étais bien. Libre, indépendante et autonome financièrement et socialement. Tout a basculé de manière très surnoise, insidieuse. et pourtant je reste honnête envers moi-même…il y a des signes, des contradictions…des paradoxes…des petites phrases assassines, malveillantes, inutiles sur ma manière d’être, de penser, de vivre…alors qu’au début il disait apprécier et aimer ma personne (ce qui est absolument faux, c’est ce que je pouvais lui apporter qu’il aimait pas moi…paye et tais toi)…sur le coup, je ne captais pas mais ensuite quelque chose me disait y a un truc qui va pas…c’est comme un instinct de survie, un tic tac, je devenais de plus en plus mal à l’aise, je réfléchissais à tout ce que je faisais, tout ce que je pouvais dire pour ne pas le froisser et/ou le mettre en colère…et en même pour qu’il garde cette belle image de moi, d’une personne sympathique, et enthousiaste ( il en avait rien à faire)…ensuite je me disais c’est peut être moi qui manque de confiance et qui suit trop méfiante… Au début, je ne voyais pas tout cela comme de la méchanceté…car il disait tout le temps je manque d’amour, j’ai souffert dans ma vie…toujours à se justifier, à me faire culpabiliser…il rejetait tout sur moi ( tu sais rien faire, t’es nulle, t’es une incapable…alors que lui ne travaillait pas, n’a jamais fait d’étude…bref)…je comprends que maintenant il ne sait absolument rien faire en revanche il s’est doué pour le mensonge, l’hypocrisie, le chantage affectif, c’est oeil pour oeil dent pour dent…et j’ai bien compris la leçon…c’est comme vous dites ” c’est une illusion”, j’ai été bercé par de douces paroles, des flatteries, des projets “inexistants”. il me donnait le sentiment d’être unique. A cette période, j’étais sûre de moi ( du moins c’est ce que je pensais), souriante, aimante…Je faisais du violon, je sortais avec mes amis et m’occuper et m’amuser avec ma fille ( cinéma, voyage, restaurant…)…Puis il se présentait comme quelqu’un également de libre et d’indépendant…lui aussi disait qu’il ne voulait pas s’engager dans une relation car il sortait d’une relation compliquée…mais peu à peu sans rien comprendre, il devenait de plus en plus omniprésent, messages sur messages, appel sur appel…pour moi, rien de plus normal…jusqu’au jour où je m’installe chez lui…et tout devint noir…colére, humilations, insultes, puis pardon, pleurs, puis reproches, culpabilisation et ça repart pour un tour mais où je serais toujours la perdante….quand je me suis rendue compte peu à peu de ce jeu pervers dans lequel j’étais, je m’acharnais et m’épuisais à prouver le contraire…maintenant je sais que c’est absolument inutile…je perdais peu à peu mon sens de la critique, mon libre arbitre, comme possédé, vampirisé, perte de toute énergie…à chaque fois, je me raccrochais à ce petit espoir, à l’homme que j’ai connu, celui qui est aimant, attentionné mais qui en réalité n’existe pas….en fait, il me rend responsable de tous ses malheurs, de ses échecs, il en est arrivé à m’insulter, me déprécier absolument sur tout…il a réussi à toucher à mon intégrité…à personne…aujourd’hui, je commence à me décaler peu à peu…et la seule manière pour moi de me “sauver” de me protéger et de protéger ma fille…est de partir en silence…sans un mot…sans un bruit…car je m’aperçois, qu’il n’a fait que se nourrir de ma propre énergie…je ne vais pas détailler tout ce que je vis au quotidien mais j’ai compris, je ne suis qu’un objet, une chose…totalement inexistante….qui paradoxalement vient combler et répondre à ses besoins uniquement. et c’est peut être méchant ce que je vais écrire mais c’est la réalité une autre me remplacera…Je sais que je ne suis pas sortie de l’auberge encore mais je suis en chemin. Je me dois de rester zen et de ne pas perdre ce projet car oui c’est devenu un projet vital “partir, fuir”.

        • Bonjour et merci pour votre témoignage.
          Vous avez parfaitement compris les divers mécanismes et son fonctionnement, c’est le plus important car vous savez donc que le problème, c’est lui et non pas vous.
          C’est essentiel pour la suite, même si le chemin à parcourir reste difficile.
          Ce site est aussi là pour vous aider, si vous en avez besoin.
          Cordialement.
          Pascal Couderc

        • Fery audrey dit :

          Tu as décrit ce que je vis!!!! Mot pout mot presque. Troublant….

        • Bella-Rosa dit :

          bonjour
          tu as decrit ma vie
          aujourd’hui moi meme apres presque 20 ans de souffrance a lui trouver des excuses et esperer revoir celui dont je suis tombee amouruse reapparaitre je me rend compte que jai fait la betise de resister rester etc la je le paye je suis au fond du trou je veux partir mais n ‘est plus la force d’agir

          pourrais tu me dire comment es tu parti de chez lui si tu as reussi
          j’ai peur vraiment peur de lui j’ai des poussees d’angoisse je tremble et perds mes moyens face a lui et malheureusement j’ai des enfants avec lui

  17. bénédicte dit :

    Bonjour,
    Je crois et j’en suis quasiment certaine etre la victime d’un pervers.
    Narcissique je ne sais pas mais pervers.
    Tout était tellement beau au début, très vite nous nous sommes marié et même pas un an après ….je ne me reconnais plus, par moment je ne le reconnais plus…
    Il peut parfois être si gentil, si doux, attentionné…et parfois tellement son contraire.
    La moindre chose que je vais dire, il faut que je pèse mes mots pour ne pas le contrarier. Un petit rien pris de travers…et c’est la misère.
    Son regard devient noir, ses traits se durcissent, sa main s’ouvre et se ferme nerveusement….cette main qui me fait peur car je ne sais pas s’il fait ce geste pour se retenir de me frapper…
    Forcément, plus d’amies, plus de famille de mon coté…je me sent tellement seule et prisonnière par moment.
    Mais je l’aime tellement dans ses “phases” de gentilles.
    Il me donne tellement d’amour…et parfois me fait tellement mal….
    J’ai l’impression d’etre sa prisonnière, son jouet, son p’tit toutou qui suit gentillement meme s’il n’en a pas envie.
    Qu’est ce qu’il m’ arrive ????
    Cordialement.
    Béné

  18. Marie emilie dit :

    Bonjour,

    Je tenais à vous dire que je trouve votre site très bien fait. Merci beaucoup.
    Pour ma part c’est au niveau professionnel que je pense être en proie d’un PN.
    Auriez vous un site sur le PN au travail à me conseiller ?
    En tout cas votre site aura contribué à me faire ouvrir les yeux .
    Marie Emilie

    • Bonjour,

      Merci pour votre message.
      Je n’ai pas connaissance de site spécifique sur la manipulation au travail, les ressorts sont exactement les mêmes…
      La première a en avoir parlé est M. F. Hirigoyen.
      Bientôt ici, une rubrique sur la manipulation au travail.
      Cordialement
      Pascal Couderc

  19. Lipreau dit :

    Bonjour,
    J’aimerais savoir si un pervers narcissique sait forcément qu’il l’est ?

  20. Bonjour et bienvenue,
    Cet espace est le votre pour communiquer, échanger.
    Faîtes-nous part de vos témoignages, de vos histoires.
    P. Couderc

    • Peroteau dit :

      Bonjour. J’ai rencontré un homme il y a 3 ans . Je n’ai jamais vécu avec. On a couché ensemble quelques fois et systématiquement après il devient froid et distant et plus de nouvelles pendant plusieurs semaines. Dès que j’arrive à l’oublier il revient et je retombe dans des griffes. Il sait que je suis amoureuse de lui . La dernière fois que nous avons fait l’amour il m’a dit qu’il m’aimait que j’étais sa femme. Et depuis plus de nouvelles. Pensez vous que ce soit un PN ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.