Le constat est rude, mais sans appel : votre relation est toxique et il est vital d’y mettre un terme. Cette petite voix qui vous dit depuis toujours que ce que vous vivez n’est pas normal a enfin pris le dessus et vous hurle désormais que ce n’est plus possible. Oui, mais n’agissez pas n’importe comment ! Vous avez vécu avec un pervers narcissique, un fin stratège qui avait toujours quelques coups d’avance sur vous. Il va pourtant falloir le prendre par surprise pour réussir à vous affranchir de sa domination. Suivez ces 6 étapes minutieusement et vous serez bientôt libre de toute emprise.

La préparation à la rupture

La meilleure façon de quitter un PN définitivement est constituée de deux grands mouvements : la préparation et l’action. La première phase doit donc se faire discrètement et en agissant dans l’ombre, tout en maintenant une apparente normalité. Le prédateur sentimental ne doit pas se douter de ce qui se trame dans son dos et pour cela, il va falloir sortir son plus parfait jeu d’acteur. Extérieurement, il faut que rien ne change, alors qu’intérieurement, plus rien n’est pareil. Cet exercice va vous sembler bien peu naturel à vous, qui êtes si honnête et sincère. Cependant, les enjeux sont si grands, surtout si vous avez des enfants, que vous verrez que c’est l’une des rares circonstances où vous vérifierez que la fin justifie les moyens. C’est un cas de force majeure : il s’agit bien ici de battre le manipulateur machiavélique avec ses propres armes.

Étape 1 : Prendre conseil

À la base de toute idée, il y a une inspiration. Vous songez à quitter votre bourreau sentimental, car vous avez perçu dans votre situation des indices discordant avec votre conception du couple. Vous avez peut-être vu un film, lu un livre ou entendu parler d’une histoire relatant une belle romance ou, au contraire, une tragédie amoureuse. Cela a fait écho en vous et depuis, vous vous questionnez. Prenez vos interrogations au sérieux et soumettez-les à des avis éclairés.
L’isolement que vous a infligé le manipulateur émotionnel a brouillé votre perception, en l’absence de références à comparer. Il est temps de rétablir un système d’appréciation fiable en vous confrontant à d’autres jugements. Trouvez les personnes de confiance à qui exprimer vos doutes sans tabous, telles que vos amis, votre famille ou un psy. Veillez à ce qu’elles ne fassent pas partie de l’entourage sous le charme du PN. Racontez votre quotidien de couple dysfonctionnel et soumettez-le à l’avis de personnes bienveillantes. Vous verrez qu’en verbalisant les horreurs de votre vécu, cela vous aidera à réaliser la gravité des faits et vous engagera d’autant plus dans le processus de séparation. Cela permettra aussi de rallier les proches à votre cause afin qu’ils comprennent les aléas d’une rupture qui s’annonce chaotique. Ils sauront ainsi mieux vous épauler pour traverser cette épreuve.

Étape 2 : Observer

À la manière d’un chercheur qui vise à vérifier une hypothèse, placez-vous en observateur averti et méthodique. Votre démarche doit consister à éliminer le doute. En l’occurrence, votre questionnement à vérifier est le suivant : “mon conjoint est-il pervers narcissique ?” Pour répondre à cette interrogation, documentez-vous au maximum sur les personnalités perverses et analysez les comportements manipulatoires de votre partenaire de vie. Puisez dans les ressources de ce site et apprenez à détecter les manifestations de gaslighting, ainsi que les procédés de dénigrement, de renversement, de verrouillage ou de dévalorisation. Chacune de ces techniques y est scrupuleusement détaillée et fait l’objet d’un article entier. Vous pouvez aussi effectuer notre test en ligne pour vérifier si vous avez affaire à un profil manipulateur. Veillez ensuite à effacer votre historique de navigation si votre PN a accès à l’appareil ayant servi à l’investigation. Il faut qu’à la fin de cette phase d’observation durant laquelle vous comparez vos nouvelles connaissances sur la manipulation émotionnelle et les agissements de votre compagnon, vous soyez convaincue que votre couple n’a aucune chance de prospérer. Cela vous évitera bien des souffrances par la suite, notamment à cause du risque de rechute.

Étape 3 : S’informer

On a coutume de dire que la peur se nourrit de l’ignorance. Si vous redoutez l’étape effective de la séparation, c’est qu’il vous faut encore recueillir des informations utiles : celles de vos droits et démarches. Vous avez besoin de vous reloger ? Vous manquez de ressources financières ? Vous avez des enfants à charge ? Commencez par vous faire connaître des dispositifs locaux de soutien : mairie, assistante sociale, associations d’aide aux femmes victimes de violence conjugales (rappelons que l’abus émotionnel est bel et bien de la violence morale). Renseignez-vous auprès de la CAF (Caisse d’Allocation Familiales) et du Pôle Emploi pour voir à quelles aides vous pouvez prétendre.

Évaluez les possibilités d’activer votre réseau d’entraide (famille, amis, voisins, collègues de travail) en fonction des besoins à venir (hébergement, garde d’enfant, trajet, garde de biens, repas, déménagement, recherche d’emploi, etc.). Faites-vous recommander éventuellement un avocat, un thérapeute, mais aussi des médecins de différentes spécialités en cas de changement de ville, par exemple. Anticipez la moindre situation et gardez accès aux adresses et numéros de téléphone utiles facilement. Quand vous aurez tout ce qu’il vous faut à portée de main, vous pourrez passer à l’action.

La phase d’action pour quitter le PN

Ça y est, vous vous sentez enfin prête à franchir le pas de quitter votre conjoint pervers narcissique. Malgré l’angoisse qu’une telle décision peut engendrer, il se peut que l’excitation de mettre bientôt un terme à votre calvaire vous mène à la précipitation. Encore un peu de patience avant de lui annoncer la nouvelle de votre départ !

En attendant, commencez à vous sociabiliser à nouveau. En toute discrétion, pour éviter d’éveiller les soupçons, calmez votre empressement à partir en vous faisant du bien au quotidien. Voyez vos copines, allez au cinéma, reprenez le sport ou tout hobby qui vous tenait à cœur. Commencez à construire et organiser enfin la vie dont vous rêvez. Votre but est proche. Suivez votre plan et vous parviendrez rapidement à vos fins.

Étape 4 : Entamer les démarches administratives

Passer à l’action pour divorcer ou se séparer d’un PN commence par avancer à petits pas.  Cela consiste à régler au préalable tout ce qui peut vous faciliter les choses quand la colère du prédateur bafoué explosera. En effet, y faire face vous coutera sûrement beaucoup d’énergie. Par exemple, pour préparer au mieux l’étape de la séparation de corps, vous pourriez :

  • vous ouvrir un compte en banque à votre seul nom si vous n’en possédez pas déjà ;
  • économiser de l’argent en secret pour disposer d’une épargne d’urgence ;
  • rassembler les documents importants et les stocker dans un espace sécurisé (en ligne ou chez des personnes de confiance) ;
  • déposer votre dossier et vous enregistrer auprès de tous les dispositifs que vous aurez identifiés comme pertinents lors de l’étape précédente, celle des recherches d’informations ;
  • régler les différentes démarches administratives relatives à votre changement de situation ou d’adresse (résilier les abonnements, modifier les contrats d’assurance, prévenir l’administration fiscale, l’école des enfants, etc.)

Mettez tout en place de sorte que le jour J, vous sachiez exactement quoi faire, quoi emporter avec vous et où vous rendre.

Étape 5 : Partir pour de bon

Vous y êtes : le jour tant attendu de la libération est enfin arrivé. Vous vous y êtes bien préparée, mais malgré cela, les émotions se confondent et semblent vous submerger. Notre recommandation, c’est de ne surtout pas faire durer la discussion. Vous êtes là pour faire une annonce, surtout pas pour l’écouter. Gardez en tête qu’il n’y a plus rien à régler, plus rien à sauver, plus rien à changer. Votre décision est mûrement réfléchie et bien que la haine s’invite souvent à ce moment-là, restez stratégique jusqu’au bout ! Vous n’obtiendrez jamais la reconnaissance de la maltraitance qu’il vous a infligé et encore moins des excuses sincères.

Ce que le PN fera sans le moindre doute si vous le laissez parler, c’est qu’il essaiera une fois de plus de vous faire vaciller à grand renfort de culpabilisation ou de déclarations d’amour ou bien de promesses de changement. Il le sait, vous le savez : votre corde sensible, il en joue à merveille. Votre seule défense, c’est la fuite. Il ne vous viendrait pas à l’idée de lâcher une bombe et d’attendre sagement l’explosion sur place, n’est-ce pas ? Alors mettez-vous à couvert au plus vite en coupant court à la discussion. Employez un ton ferme et neutre. Aucune effusion de rage ou de tristesse ne doit émaner de vous. Ne le blâmez pas non plus, au risque qu’il devienne violent. Expliquez-lui le plus simplement possible que vous ne voulez plus de cette relation parce qu’elle ne vous rend pas heureuse. Ne parlez que de vous, sans donner le moindre détail. S’il vous en demande, dites-lui que le temps n’est pas à la discussion et que vous devez vous hâter. Si vous êtes liés par des biens communs, des enfants ou le mariage, indiquez à votre ex-conjoint que vous l’informerez de la suite des démarches ultérieurement. Profitez de l’effet de surprise et partez avant qu’il ne mette en place sa contre-attaque. 

Étape 6 : Officialiser la séparation

Vous avez réussi à vous extirper de la conversation post-rupture ? Bravo pour votre courage. Mais ne vous relâchez pas : soufflez un grand coup et reprenez immédiatement du service ! Il est urgent de mettre tout le monde au courant de votre séparation. Cette étape de l’officialisation de la rupture est très importante, car elle la concrétise. Elle vous engage à vous tenir à votre décision et elle représente un affront ultime pour le pervers narcissique qui ne supporte pas de perdre la face aux yeux du monde. Ainsi, il aura beaucoup moins de marge de manœuvre pour vous harceler, car ce serait difficilement défendable socialement. Dans le doute, si cela vous est possible, bloquez-le de tous vos moyens de communication. Avec un peu de chance, il se sentira tellement humilié d’avoir été abandonné par sa proie qu’il disparaîtra sans demander son reste. Toutefois, si des attaches matérielles subsistent ou des enfants sont issus de cette union, attendez-vous à ce que la suite de la bataille se mène par voie d’avocats. Mais heureusement, en étant prévoyante, vous avez déjà élu le vôtre et il défendra vos intérêts au mieux.

Pour savoir comment quitter un PN pour de bon et l’éradiquer définitivement de votre vie amoureuse, il faut suivre un plan d’action radical composé de 6 étapes incompressibles. Celles-ci peuvent légèrement se chevaucher, mais il est important de respecter leur ordre et la durée nécessaire à leur accomplissement. La phase de préparation pourra vous sembler très longue, mais elle est essentielle et vous permettra justement de précipiter d’autant plus les choses en temps voulu. C’est grâce à une bonne stratégie que vous pourrez orchestrer votre libération avec succès.