CROISSANCE POST-TRAUMATIQUE ET PN | Transcender son Vécu

La croissance post-traumatique et le PN, c’est en quelque sorte une belle morale à une histoire dramatique. Parce que l’être humain a fondamentalement besoin de trouver un sens à tout ce qu’il vit, il cherche, à la manière d’un film hollywoodien, le “happy end”. Avec un pervers narcissique, malgré une narration chaotique, impossible de clore le chapitre sur le fameux épilogue “ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants”. Alors comment faire en sorte que l’expérience de la relation toxique ait servi à quelque chose ? Comment admettre qu’elle devienne une étape clé d’un parcours de vie, sans laquelle rien ne serait pareil ? Comment accepter d’avoir traversé une épreuve si pénible, si ce n’est pour qu’elle serve un plus grand dessein ? Pour cela, il faut aller au-delà de la résilience, c’est-à-dire sortir non pas guérie, mais grandie de l’épreuve en créant une envolée personnelle, une croissance post-narcissique. Explications.

La CPT ou la croissance post-traumatique, ou encore le développement post-traumatique porte en son nom la preuve qu’un avenir meilleur est accessible à toutes les personnes traumatisées par une expérience douloureuse et ce, pas seulement à cause de pervers narcissiques.

Concept et définition de la CPT

Issu du courant américain de la psychologie positive du milieu des années 1990, le concept de la croissance post-traumatique désigne un changement psychologique profond vers un meilleur niveau de fonctionnement, survenu à la suite d’un événement douloureux (traumatismes ou stress).

On doit cette théorisation aux psychologues Richard Tedeschi et Lawrence Calhoun. Ils estiment que certains individus exposés à une situation traumatique feraient appel à leurs ressources adaptatives pour en tirer un apprentissage. Grâce à ce nouvel acquis, ils gèreraient mieux les futurs facteurs de stress comparables selon 2 comportements :

  1. par une réactivité moindre ;
  2. par une récupération plus rapide.

Cette expérience occasionnerait également une nouvelle vision du monde, plus positive. Bien entendu, il s’agit là d’une possibilité et en aucun cas d’une norme. Malheureusement, tous les traumatisés ne connaîtront pas la CPT, mais il est bon de savoir que le phénomène existe. 

Quelle différence entre CPT et résilience ?

La CPT et la résilience sont des processus relativement similaires, à cette exception près qui fait toute la différence : leur point d’achèvement.

Dans son étymologie latine, resilio signifie “sauter en arrière”. Avant d’être usité dans le domaine de la psychologie en étant notamment largement popularisé par Boris Cyrulnik, ce terme anglicisé appartenait au champ de la physique. Le concept appliqué aux sciences humaines implique une capacité à traverser une perturbation en rétablissant, à terme, un ordre semblable à l’état précédant l’événement.

Le développement post-narcissique s’achève non pas sur un retour en arrière, mais plutôt sur un point marquant une nouvelle avancée. Il postule que les défis rencontrés finissent par apporter certains avantages, notamment dans une attitude de dépassement de soi.

Si l’on devait différencier ces processus en images, la résilience serait un retour à bon port après une épopée tumultueuse, tandis que la croissance post-traumatique constituerait la traversée d’un tunnel dont la sortie débouche sur l’autoroute. Les deux cas comportent tout de même leur lot d’enseignements.

Pourquoi la croissance post-traumatique et le PN sont-ils liés ?

Revenons à la croissance post-narcissique… C’est un fait : les abus émotionnels que vous a infligés le manipulateur machiavélique ouvrent la voie vers le syndrome de stress post-narcissique. Même si tout le monde ne développe pas cette forme de trouble du stress post-traumatique (TSPT), il est indéniable que vous porterez les stigmates de cette expérience particulièrement éprouvante, même une fois libérée de l’emprise sentimentale. Avec un bon accompagnement psychologique, même à distance, vous pourrez vous remettre de cette histoire désastreuse, voire en faire une véritable force à l’avenir !

Comment favoriser la croissance post-narcissique ?

Pour accéder à cette potentielle accélération dans l’évolution personnelle qu’offre la CPT, l’individu traumatisé doit obligatoirement passer par une phase de réflexion active et profonde. Exit le déni et les stratégies d’évitement visant à bloquer les émotions douloureuses. L’heure est à la fois à l’introspection et à l’exploration. Pour ce faire, inutile de préciser que le non-contact avec le parasite qui a perturbé vos capacités de jugement est de mise !

La remise en question de tout un système

Vous le savez, le MPN ne vous a pas choisie par hasard. Il a jeté son dévolu sur vous, car vous portez des qualités qui le fascinent, tellement celles-ci lui sont à jamais inaccessibles. Mais surtout, vous présentez une faille narcissique, le talon d’Achille par lequel le vampire émotionnel a pu vous drainer de votre énergie vitale. Il est temps de prendre le taureau par les cornes et de vous occuper de cette brèche dont vous ne soupçonniez peut-être même pas l’existence.

Inconsciemment, c’est autour de cette blessure d’enfance que vous avez construit votre personnalité et votre système de croyances. Même s’il serait vain de vouloir l’effacer à tout prix, il est salutaire de la comprendre. Cette autoanalyse permet de trouver des explications à votre vécu et de dégager un sens nouveau à votre vie, tout en continuant de développer votre identité de façon saine et constructive, en pleine conscience de vos forces et de vos faiblesses.

Il n’y a pas de plus grand atout que celui de se connaître soi-même. Pourquoi êtes-vous si serviable ? Comment se fait-il que vous ayez du mal à dire “non” ? D’où vient ce manque de confiance en vous ? Il s’agit de renouer avec vos aspirations profondes et de vous libérer de schémas de pensée qui résultent d’un conditionnement, et non d’un désir propre. Une psychothérapie serait la démarche tout indiquée pour vous guider dans vos réflexions et gagner du temps dans votre processus de changement positif. En effet, celui-ci va s’opérer sur plusieurs plans.

Les changements positifs post-trauma attendus

Pour générer de la croissance post-traumatique, il faut qu’il y ait une synergie entre 3 niveaux de développement.  

1.     La croissance personnelle

Les facultés adaptatives qui ont été mobilisées pour créer la résilience ont prouvé à l’individu que ses ressources étaient probablement plus grandes qu’il ne le soupçonnait. En résulte une vision de soi-même et de ses capacités accrue, couplée à une meilleure acceptation de sa vulnérabilité et de ses limites. C’est une formidable barrière contre la dépendance affective.

2.     Le développement relationnel

On a coutume de dire que c’est dans l’adversité que les vrais visages se révèlent. On peut aller plus loin en affirmant que ceux qui sont restés auprès d’un sujet dans la tourmente ont créé chez lui une nouvelle appréciation de l’être humain, plus universelle. C’est dans ces moments-là que l’on réalise que l’humanité peut-être foncièrement bonne. Cette constatation provoque un élan de compassion et d’entraide, tout en diminuant la tolérance envers les rapports superficiels ou intéressés, comme ceux que le PN pourrait entretenir avec ses prétendus amis.

3.     L’élévation spirituelle

En attentant à votre psyché, le MPN vous a, en quelque sorte, confrontée à votre mort, réelle ou symbolique. Par conséquent, le sens large de la vie a été questionné. Cette association souffrance-élévation spirituelle est le socle de nombreuses religions. La réflexion métaphysique qui en découle fait partie du processus de prise de conscience d’une philosophie de vie plus distancée et sereine. Il s’agit de trouver le bonheur et l’apaisement dans les choses les plus simples, afin d’accéder à un état de contentement, loin des tumultes des affects qui troublent nos facultés de jugement.

La croissance post-traumatique et le PN peuvent aller de pair et offrir à la victime sa plus belle revanche sur son vécu sous emprise. Bien plus importante qu’une simple phase d’exaltation une fois libérée de la domination toxique, elle restructure entièrement nos différents paradigmes pour apporter une grande clairvoyance sur notre identité et notre place dans la société. Pour les cas sujets à la CPT, la sagesse qui en découle est la clé vers un épanouissement qui n’aurait peut-être jamais été atteint sans l’expérience douloureuse d’avoir croisé la route d’un prédateur sentimental.  sincèrement : merci !

Articles recommandés

Séquelles Post PN | Quels dégâts sur la victime d’emprise ?

Séquelles Post PN | Quels dégâts sur la victime d’emprise ?

Une relation d’emprise épuise, reprogramme, fragilise. En d’autres termes, elle laisse des traces ! De quel ordre ? Pour combien de temps ? Si certaines séquelles post PN sont évidentes, d’autres sont plus difficiles à relier au vécu traumatique avec un manipulateur sentimental. Tentons d’établir la liste des dégâts et les moyens d’y remédier.

lire plus
RENONCEMENT ET PN | Réflexion sur le lâcher-prise et ses enjeux

RENONCEMENT ET PN | Réflexion sur le lâcher-prise et ses enjeux

La notion de renoncement peut être connotée de façon négative ou positive et engendrer des conséquences plus ou moins souhaitables. Si le pervers narcissique, incapable de lâcher prise, s’accrocher de proie en proie, sa victime dispose d’un plus grand libre arbitre. Menons la réflexion autour d’une thématique qui peut marquer la chute comme l’envol.

lire plus
RÉSILIENCE APRÈS UN PN : 4 clés pour la favoriser

RÉSILIENCE APRÈS UN PN : 4 clés pour la favoriser

Les anciennes victimes de pervers narcissiques savent combien la reconstruction est longue après une relation toxique. La libération des nombreux traumatismes dus aux différents abus se matérialise par le concept de résilience. Ce processus tant recherché peut être enclenché par des actions à mettre en place dès que possible. Découvrez 4 clés facilitatrices.

lire plus