L’isolement

En isolant sa victime, le pervers narcissique en fait sa chose. « Elle est à moi, rien qu’à moi ». Comme un jeune enfant pourrait le dire à propos de l’un de ses joujoux ! D’où le parallèle psychanalytique avec le syndrome de toute-puissance. Livré à lui-même, l’enfant s’octroie les pleins pouvoirs sur le monde. Plus tard, l’adulte pervers narcissique se croira tout permis avec sa victime ; il lui dictera sa loi. Ici, l’enfant et l’adulte fantasment une réalité où les objets leur appartiennent et qu’ils ont tous les droits sur eux. Un objet qui n’aura pas dépassé le concept de jouet chez le pervers narcissique, qui ne reconnaît pas l’autre comme une personne.

Une fois séduite, la proie du pervers narcissique fera « l’objet » d’une redoutable mise sous emprise. Pour ce faire, il use de l’isolement, une stratégie qui vise à faire perdre tous ses repères à la victime. Ces mises à distance renforcent la difficulté à penser et à agir, ce qui laisse carte blanche au manipulateur pour sévir. Afin d’éviter qu’on ne découvre son vrai visage ou que l’on ne se ligue contre lui, il coupe sa victime de son entourage familial, professionnel et social. Elle vit recluse au domicile conjugal, où elle s’isole elle-même. Privée des autres, elle s’enferme dans un silence coupable. Toutefois, cette mise-à-pied lui permet d’éviter les jugements désapprobateurs de ses proches sur sa difficulté à gérer cette relation infernale. Elle met aussi un mouchoir sur un dilemme impossible : lui ou eux.

En général, le pervers narcissique ne s’en prend pas à sa belle-famille. Au contraire, il cherche à en faire un allié de taille dans son entreprise manipulatoire. Cependant, les meilleurs amis et collègues de travail de la victime sont très souvent dans son viseur. L’objectif est de rompre tout lien entre eux et sa proie. Il ne faudrait pas prendre le risque d’être démasqué auprès d’elle. Alors, tous les moyens sont bons pour dénigrer ses ennemis et se faire lui-même passer pour une victime. « Je ne veux plus aller dîner chez tes amis. Tu as vu comment ils me traitent ? Ils n’arrêtent pas de me juger alors qu’ils ne me connaissent pas. J’ai bien vu qu’ils ne m’aimaient alors que je ne leur ai rien fait ! ». Attendrie et convaincue par ses incidents inventés de toutes pièces, vous perdrez de vue tous ceux qui vous aiment, qui vous aiment vraiment !

 

 

Partagez Partager sur FacebookPartager sur GooglePlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedinPartager sur Pinterest