La dépendance affective résonne bruyamment dans le cœur de ceux qui en souffrent. Derrière les difficultés du quotidien, la dépendance affective est un aimant pour les personnalités toxiques, que sont les pervers narcissiques. Dépendance affective : d’où vient-elle, et pourquoi attire-elle les pervers manipulateurs ?

La dépendance affective

La dépendance affective, qu’est-ce que c’est ?

La dépendance affective est un trouble du lien affectif. C’est une forme d’addiction à l’autre, à son regard, ou à ce que l’autre pourrait venir combler en nous. Elle peut se retranscrire dans diverses sphères de la vie d’un individu, comme en famille, au travail ou en amitié.

La dépendance affective est la conséquence directe d’un manque affectif. D’un manque d’amour, d’un manque de reconnaissance ou encore d’un manque d’assurance ou de confiance en soi. Mais aussi d’une peur du rejet, de la séparation ou encore de la solitude. Nous en verrons l’origine, juste après.

En réalité, une personne dépendante affective cherche, sans le savoir, à combler son manque affectif douloureux et insupportable – par un apport extérieur, qu’elle pense pouvoir trouver dans l’autre.

Et pourtant, cette sensation de vide est irremplaçable. Rien ne semble la combler, bien au contraire.

Elle est à la source d’un stress immense et permanent, face à une recherche constante de solutions afin de combler ce vide. Ce vide est pesant et parfois même insupportable et destructeur.

C’est une quête parfois inconsciente, que la thérapie permet de mettre en lumière.

Cette dépendance affective, est non seulement une entrave au bonheur, à la liberté. Mais elle l’est aussi face au développement de réelles connexions saines avec autrui. La personne dépendante affective n’est jamais comblée, et se sent par dessus tout constamment rejetée, repoussée ou même mal-aimée.

Enfin, la dépendance affective est un aimant à personnalités toxiques comme les pervers narcissiques, qui jouent alors de cette blessure pour mieux la manipuler.

Origine de la dépendance affective

Une origine primaire

La dépendance affective, peut trouver son origine dans l’enfance.

En effet, l’enfant, en grandissant, a besoin de bases solides. D’apports essentiels à son bon développement, comme l’amour, la sécurité ou encore la stabilité.

Lorsque l’environnement familial ne permet pas de construire ou de remplir ces besoins affectifs, la construction et l’autonomie de l’enfant ne sont pas toujours solides et équilibrés. Elle est souvent observée chez les enfants dont les parents étaient toxiques, autoritaires, absents ou même sur-protecteurs.

Le manque ou le trop plein rencontré et ressenti par l’enfant en construction, reste alors vide et non comblé, ou impossible à atteindre. Cette fracture est à la source de ce phénomène d’addiction à l’autre : la dépendance affective.

(voir notre article à ce sujet : L’enfance, une période déterminante)

L’origine secondaire

La dépendance affective, peut aussi régulièrement se développer, éclore ou être renforcée plus tard, à l’âge adulte.

L’enfance est une période complexe, dont les processus et la construction sont souvent déséquilibrés. En effet, aucun parent n’est parfait, aucune situation n’est idéale et aucune réaction n’est absolue – malgré tout l’amour et la bonne volonté du monde.

Aussi parfois, dans l’enfance, nous développons des failles. Des failles parfois invisibles, parfois plus évidentes.

Ces failles trouvent parfois compensation dans nos actions quotidiennes. Nous apprenons à vivre avec, mais elles restent présentes et sous-jacentes.

Aussi, lors de relations avec des personnalités toxiques comme les pervers narcissiques, ces failles sont réveillées. Réveillées mais aussi profondément sollicitées par les manipulateurs sans foi ni loi.

Elles sont alors le point de départ de l’emprise, et de l’éveil de la dépendance affective.

En effet, le pervers narcissique fait éclore chez sa victime une carence et une insécurité affective grandissante et encombrante. Elle est prise au piège de la faille que le pervers narcissique a su lui tendre avec animosité et sans aucun remord.

En résulte alors l’anxiété, le doute, la honte, l’impuissance, et ce lien inexplicable à l’autre.

Pourquoi la dépendance affective attire le pervers narcissique ?

Le pervers narcissique, de par sa personnalité complexe et pathologique, est structurellement vide. Son intériorité et sa personnalité ne se sont pas développées pendant l’enfance. Il n’a alors pas accès à ses émotions (comme l’empathie, l’amour ou la joie), au sens des responsabilités, aux valeurs ou même à la morale.

Il est prisonnier d’un vide intérieur béant : une faille narcissique sans fond.

Aussi, et en conséquence, le pervers narcissique va tenter par tous les moyens de s’approprier ce qu’il n’a pas : sa victime et ses qualités.

En effet, sa victime est souvent pleine de qualités. Pleine de joie, d’optimisme ou encore d’empathie. Elle est un véritable vivier pour lui.

Mais, comme tout autre individu, la victime possède également quelques failles, que le pervers narcissique sait repérer. Un manque de confiance, un désir puissant d’aider autrui ou encore de finaliser une union.

Engagée, loyale et fidèle, la victime est par-dessus tout la proie idéale pour asseoir son emprise.

En effet, par la manipulation et les agressions stratégiques et sournoises, le pervers narcissique parvient à la rendre accro. Elle est alors progressivement dépendante de lui.

Elle est malgré elle à sa mercie, et s’accroche coûte que coûte, en dépit des violences psychiques qu’elle subit quotidiennement. La victime est alors prise au piège de ce pervers manipulateur et toxique.

Le pervers narcissique sort alors grand gagnant de l’équation. Il se nourrit des nombreuses qualités de sa victime, tout en parvenant à s’en assurer, par l’emprise, la dépendance affective et la manipulation.

Lui qui a su si bien lui donner l’illusion qu’il pourrait la combler, lui promettre et la faire rêver. Il est dorénavant un véritable bourreau, source de sa souffrance et d’une blessure affective béante.

Comment se défaire de la dépendance affective ?

Si la dépendance affective est parfois un poids, il est cependant possible de la dépasser et de la transcender.

En effet, la dépendance affective n’est pas définitive. Elle est le symptôme d’une faille ou d’un manque à combler, récent ou plus ancien.

Reconnaître sa dépendance affective, est une première étape vers la libération de soi, et de l’emprise. Si la honte et la culpabilité sont souvent présentes dans le cadre d’une relation toxique avec un pervers narcissique, ces émotions sont totalement légitimes.

Elles sont les conséquences directes de la manipulation que le pervers manipulateur a su sournoisement opérer.

Apprendre à apprivoiser ses émotions est alors une étape essentielle. Cela vous permettra de les accueillir, de les accepter afin de pouvoir par la suite, travailler dessus.

La thérapie est alors un moyen essentiel pour se défaire de cette dépendance affective. Elle permet notamment de comprendre ses blessures et ses failles, son histoire. Mais aussi sa valeur, ses qualités. Apprendre à mieux se connaître, à se protéger, à se respecter, et à imposer ses limites.

En réalité, prendre conscience des ses propres besoins permet de se redéfinir. De s’éloigner progressivement du besoin de l’autre, et du besoin du regard de l’autre, qui est par définition différent du vôtre.

Apprendre à se connaître, et à se reconnaître, est un processus. Un processus libérateur que permettent la thérapie et le travail thérapeutique auprès d’un psychologue ou psychanalyste expert en perversion narcissique.

Se libérer de la dépendance affective, c’est aussi et enfin, apprendre à s’aimer. C’est autoriser la partie de soi qui n’a pas pu s’exprimer à se libérer.