La violence d’une relation toxique

S'en Sortir - Gérer la Rupture, Se Reconstruire

“La violence n’est pas le but. La violence est le moyen.” – Georges Franju

Toute relation toxique avec un pervers narcissique engendre une violence immense et démesurée. Si elle n’est pas toujours visible au premier abord, les coups et blessures émotionnelles sont pourtant immenses. En réalité, la violence du pervers manipulateur est sans faille, et il est prêt à tout pour anéantir sa victime : voici comment.

La violence, qu’est ce que c’est ?

La violence du pervers narcissique est multidimensionnelle. Il exerce par ce biais une domination certaine et assurée sur sa victime.

Son but est unique : nuire à sa victime, qu’il condamne par son emprise à une torture quotidienne et destructrice.

En effet, le pervers narcissique maintient sa victime sous emprise, par de nombreuses techniques de manipulations. Ses actions sont réfléchies et orchestrées avec perfection. Son absence de morale, d’empathie ou même de sens des responsabilités le conduit à une violence inouïe et innommable. 

En réalité, la violence que le pervers narcissique exerce sur sa victime est souvent sournoise. Elle est tantôt dissimulée sous un masque d’humour ou d’une avalanche de sous-entendus ; tantôt par des insultes, des critiques et autres suggestions plus directes.

Une violence psychologique

La violence la plus marquée dans le comportement du pervers narcissique est la violence psychologique. C’est par ce premier axe que le pervers manipulateur et toxique place ses victimes sous emprise.

Une violence, mais aussi une torture constante et quotidienne. Chantage, insultes, critiques ou encore moqueries, le pervers narcissique ne manque pas de ressource pour atteindre en profondeur sa victime.

Par ces agressions constantes qui ne laissent pas de répit à la victime, le pervers narcissique entame peu à peu l’estime et la confiance en soi de cette dernière. Dévastée et déséquilibrée, elle n’a plus d’autre possibilité que de se raccrocher au pervers narcissique.

La victime est alors prise au piège d’attaques constantes, dissimulées sous les nombreux masques que le pervers narcissique revêt avec professionnalisme. Parallèlement, il porte atteinte aux failles de sa victime, à ses blessures non colmatées du passé qui la plonge toujours plus dans la spirale de l’emprise.

On peut retrouver par exemple des phrases telles que : “Tu pourrais faire un petit effort”, “Sans moi tu ne serais rien” ou encore “Je plaisante, tu n’es pas si nul(le)”.

Une violence matérielle

En bon stratège, le pervers narcissique manie tous ses pions avec perfection. Outre la violence psychologique qu’il exerce sur sa victime, le pervers narcissique exerce également une violence dans la manipulation matérielle du quotidien.

En effet, le manipulateur toxique pousse la victime par exemple, à vendre son moyen de locomotion, quitter son travail ou même vendre son bien immobilier.

Elle est ainsi à sa mercie, dépendante de lui pour vivre. Sans argent, sans logement et sans possibilité de se nourrir ou même de se vêtir, elle est dépendante du pervers narcissique, qui ne se cache pas de le lui rappeler au quotidien.

On peut retrouver par exemple : “Tu pourrais être au moins content de pouvoir manger tous les jours grâce à moi” ou encore “Je n’en peux plus de te voir rien faire à la maison quand je me tue à la tâche pour toi”.

Une violence physique

Parfois, la violence du pervers narcissique est également physique.

Une violence directe, par des coups, des contacts corporels violents, des bousculades ou encore des violences sexuelles. Mais aussi une violence indirecte, par la privation de sommeil, un stress constant et continu, des addictions ou même une alimentation totalement désordonnée.

Le but du pervers narcissique est unique et extrêmement toxique : placer sa victime sous son emprise afin de parvenir à ses fins. Il est pour cela prêt à tout.

La destruction partielle ou totale de sa victime n’est pas un frein pour le pervers narcissique, pour qui les autres ne sont que des objets qu’il peut user à sa convenance afin de parvenir à ses fins.

La réduction de l’espace vital de la victime, sous toutes ses coutures, est donc un angle d’attaque essentiel pour le pervers narcissique. Réduire le plus possible son espace vital afin de l’envahir et de la tenir en otage.

Le cercle de la violence

La violence dans laquelle le pervers narcissique enferme sa victime est donc plurielle. Une violence psychologique, matérielle et physique qui resserre l’étau de l’emprise sur sa victime, un peu plus chaque jour.

Cette violence, sournoise et dissimulée, est bien souvent un cercle vicieux. Elle se cache dans les actes et paroles calculées du pervers narcissique, qui souffle le chaud et le froid sur sa victime.

Il garde ainsi assez de distance afin de garder le contrôle et de se dédouaner de toute agression – mais frappe assez fort pour anéantir sa victime, jour après jour.

En effet, sa violence est perverse. Mais elle est parfois incomprise de la part des proches ou membres de l’entourage, et même perçue de l’extérieur comme “normale”.

On peut entendre par exemple : “Il ne le pensait pas, il voulait juste te faire une blague” ou encore “tu es beaucoup trop susceptible” et même “tu as vu tout ce qu’il fait pour toi ?”.

Ces manipulations et micro agressions du quotidien se répètent dans un cheminement pervers dont l’issue ne peut être que fatale. Perte d’estime et de confiance en soi, perte de son libre arbitre, perte du sentiment de soi ou encore épuisement total.

Une manipulation perverse, qui ravive d’un côté, les blessures anciennes et récentes de la victime ; et qui maintient de l’autre l’espoir d’un retour à la normale, auquel la victime s’accroche tant bien que mal.

Le cercle se répète ainsi, et à mesure que l’emprise progresse, les agressions se font de plus en plus violentes. L’emprise est telle, que la victime ne trouve plus d’issue à cette situation, rongée par l’angoisse, la honte et la culpabilité induite par son propre bourreau.

Comment faire face et sortir de cette violence ?

La violence face à la perversion toxique est inouïe. Elle nuit à l’estime et au libre arbitre de la victime, prise au piège de cette perversion sans faille qui la ronge au quotidien.

Il est donc plus qu’urgent et vital d’agir, afin de vous libérer de cette violence toxique qu’exerce le pervers narcissique sur vous.

L’aide d’un professionnel expert en perversion narcissique, d’un psychologue ou psychanalyste, est essentielle. Elle est essentielle pour trouver le soutien et l’écoute attentive, afin de faire le pont entre la violence de la relation toxique et la sortie de l’emprise.

Faire face à une telle violence n’est pas anodin. L’emprise et la relation toxique laissent de nombreuses blessures ouvertes dans le corps et l’esprit de la victime. Un traumatisme émotionnel, psychologique et physique d’envergure, qu’il n’est pas question de négliger.

En sortir n’est pas une démarche anodine. C’est même un processus lent et courageux. Un processus d’acceptation et de reconstruction de soi, que la thérapie et le travail thérapeutique permettent.

Se détacher d’un lien hautement toxique et de tant de violence est urgent, et nécessaire. Il en va non seulement de votre bonheur, mais surtout de votre sécurité. Aussi, trouver un soutien professionnel adapté et un accompagnement personnalisé, vous permettra de faire le premier pas vers la libération de l’emprise.

Se reconstruire, c’est aussi rebâtir une confiance en soi solide, redessiner des limites saines, reprendre des forces et envisager l’avenir sous un nouveau jour.

Vous avez besoin d'aide ?

Venez échanger avec nos psychogues spécialisés

  • Réponse rapide assurée
  • Rendez-vous en visio en quelques jours maximum
  • Partout dans le monde et en France pour les francophones
  • Equipe de psychologues spécialisés diplômés (ADELI)