Victime de pervers narcissique, votre rupture vous a très certainement marquée profondément et durablement, au point que faire une pause sentimentale et attendre avant de se remettre en couple vous apparaît comme l’évidence même. Et pourtant, seule et déboussolée, le deuil de la relation malsaine qui reste à traverser serait peut-être moins douloureux en étant accompagnée, voire baignée de tendresse. Ainsi, vous vous posez de nombreuses questions concernant votre avenir amoureux. “Dois-je me replier sur moi-même et fuir toute relation de couple au risque de passer à côté d’une belle romance ?” ; “Serais-je à nouveau capable d’aimer ?” ; “Une nouvelle histoire d’amour me sauverait-elle de mon passé chaotique et d’un éventuel retour sous l’emprise ?” ; “Combien de temps attendre avant de pouvoir s’engager dans une autre idylle ?” Démêlons tout ce brouhaha mental.

Lorsque l’amour cherche à s’inviter sans que l’on y soit prêt

Avec votre PN, vous avez vécu l’enfer d’une relation toxique parfois pendant de nombreuses années. Vous vous en êtes extirpée avec perte et fracas, mais surtout beaucoup de courage. Malgré cela, vous savez probablement à ce stade que la faille narcissique qui fait partie de vous depuis la plus tendre enfance et avec laquelle il faut apprendre à composer, est le socle d’un profil qui attire les prédateurs sentimentaux. La peur de retomber dans un cercle vicieux s’immisce alors au point que vous vous demandez si vous serez à nouveau capable d’aimer et de faire confiance. Mais parfois, la vie nous réserve des surprises et l’amour frappe à la porte au moment le plus inattendu.

L’attitude défensive face à l’amour après une rupture

Tandis que vous étiez émotionnellement au fond du gouffre, encore imprégnée de cette dynamique malsaine de couple sans avoir eu le temps d’analyser votre situation, une main inespérée vous a été tendue. C’est un nouvel amour potentiel qui vous tombe dessus alors que vous étiez à mille lieues d’envisager une autre vie à deux. Il s’agit d’une personne apparemment bienveillante qui s’intéresse fortement à vous à un moment où vous-même doutez de votre propre valeur. Cela semble trop beau pour être vrai et vous qui avez déjà l’expérience du love bombing, vous savez que si tout paraît parfait, cela peut cacher en réalité une technique manipulatoire redoutable. Vos référentiels en matière d’amour sont brouillés, vous êtes donc sur vos gardes et le candidat à la conquête de votre cœur meurtri s’expose à payer les pots cassés de votre précédent échec sentimental. Bref, vous ne savez plus si vous allez gâcher une belle union avec un partenaire sain ou si vous risquez de retomber dans les griffes d’un autre vampire affectif. Comment gérer ce dilemme ?

C’est trop tôt pour aimer à nouveau ? Prenez du recul

Vous qui alliez entamer votre reconstruction personnelle, vous vous trouvez face à de nouveaux questionnements qui vous semblent prématurés et trop énergivores. La première chose à faire est donc la suivante : prenez du recul. Accordez-vous le temps nécessaire pour répondre avant tout à vos besoins. Vous souhaitez vous isoler ? Repliez-vous sur vous-même tant que vous le jugerez utile. Vous désirez voir vos amis de longue date ? Autorisez-vous ce plaisir. Vous êtes d’humeur pour un simple dîner romantique avec votre prétendant, sans que la nuit se prolonge à deux ? Rien ne vous en empêche ! Reconnectez-vous à vos besoins et vos envies en vous assurant que vous ne répondez à aucune injonction extérieure, que vous ne foncez pas tête baissée dans un réflexe de dépendance affective qui consiste à faire plaisir aux autres à son propre détriment par peur de décevoir ou de mécontenter. Votre mot d’ordre doit être le suivant : vous ne devez rien à personne. Si celui qui cherche à conquérir votre cœur n’est pas prêt à respecter ce principe, alors ses sentiments ne sont ni sains, ni sincères et il est inutile de vous investir davantage. Si, à l’inverse, vous n’avez aucune disponibilité pour lui, c’est que vous n’êtes pas intéressée par cette relation et il convient de ne pas laisser l’autre espérer inutilement. Une mise au point honnête s’impose. Concentrez-vous uniquement sur vous. Ce qui doit suivre le fera naturellement, tandis que ce qui est appelé à disparaître le fera tôt ou tard, quoi que vous fassiez. Lâchez prise et ne vous mettez surtout pas la pression.

En amour, réparer et construire en même temps, c’est possible !

Un nouvel amour s’est invité dans votre vie et se montre prometteur, mais vous craignez que votre douloureuse expérience le sabote. En effet, vous en êtes consciente : vous êtes encore abîmée par tous les abus émotionnels que vous avez endurés et le spectre de votre bourreau continue de vous pourrir la vie. Que faire ?

Se débarrasser des schémas relationnels toxiques

Que ce soit parce qu’il continue de s’immiscer dans votre vie ou parce que vous avez du mal à vous défaire des schémas dans lesquels il vous avait enfermée, le PN menace votre jeune relation. Peut-être que, parce que c’est nouveau pour vous, la gentillesse de votre interlocuteur actuel vous décontenance au point de vous mettre en alerte ? Ou bien, vous avez pris l’habitude de communiquer sur un ton agressif en réponse à toutes les accusations dont vous avez fait l’objet auparavant ? Ou encore la micromanipulation est devenue un véritable mode de fonctionnement ? Les réflexes de cet acabit parasitent la bonne marche de votre relation et il faut impérativement les désapprendre pour protéger le couple naissant. Pour autant, faut-il renoncer à votre idylle tant que votre rapport aux autres n’est pas réglé ? Faut-il être complètement guéri de son précédent échec sentimental avant de se remettre en couple ?

S’écouter et se faire confiance

Dans l’absolu, il vaut mieux avoir travaillé sur soi et dans l’idéal, avoir suivi un processus thérapeutique avec un psy pour se défaire des démons du passé afin d’aborder une nouvelle histoire dans les meilleures conditions. Toutefois, la vie est faite de nuances et rien n’est figé. Rien ne vous interdit de poursuivre votre reconstruction tout en bâtissant quelque chose de nouveau en même temps. Si vous avez envie de vous projeter avec ce partenaire fraîchement débarqué dans votre vie, faites-vous confiance.

Il faut se débarrasser de ces vérités générales allègrement proférées par l’entourage qui, loin de penser à mal, vous éloigne pourtant de votre propre ressenti en vous faisant douter de votre jugement. Qu’on se le dise, il n’y a pas de parcours standardisé entre deux histoires d’amour longues :

  • Non, tout le monde n’aura pas à connaître une vaste période de célibat !
  • Non, la relation-pansement n’est pas un passage obligatoire !
  • Non, enchaîner les aventures d’un soir n’est pas cathartique pour tous !

Chacun doit trouver ce qui lui convient en se focalisant sur sa reconstruction psychique, qu’elle se fasse alors que l’on est seul ou en couple. Mais qu’en est-il de l’autre ?

Faut-il tout lui dire, tout lui expliquer de notre parcours amoureux ?

Si la clé d’un couple épanoui est dans la communication, veillez à ne pas rendre votre précédente union avec un pervers narcissique trop envahissante en en parlant constamment. Profitez de ce nouveau départ pour faire table rase du passé. Votre nouvel amoureux veut connaître la personne que vous êtes aujourd’hui, forte de ses expériences passées et des leçons apprises, certes, mais surtout tournée vers un avenir meilleur. Il n’est pas là pour devenir le déversoir de votre peine et de vos regrets. Attention à ne pas vous épancher plus que de mesure. Si vous jugez utile de le tenir au courant de ce que vous avez vécu et que vous avez le sentiment que cela l’aiderait à mieux vous cerner, soit. Mais ne rentrez pas dans les détails sordides ou les souvenirs vivaces qui n’amèneraient que souffrance pour tous les deux. Si vous pensez être atteinte d’un état de stress post-narcissique, c’est un thérapeute qualifié qui saura vous accompagner au mieux. Ne surchargez pas votre partenaire de valises qui ne sont ni les siennes, ni utiles pour la suite de votre vie de couple.

Certaines études de l’INSEE ont beau tenter de dégager des tendances généralistes sur la question de la remise en couple après rupture (qui serait plus compliquée notamment pour les femmes plus âgées, sans diplôme et avec enfants mineurs), nous savons bien qu’à chaque individu correspond un cas particulier. Ainsi, il n’est pas obligatoire d’attendre avant de se remettre en couple après un PN, tout comme après n’importe quelle relation équilibrée. Les véritables questions sont d’ordre plus personnel et concernent l’envie, le besoin et la disponibilité émotionnelle de chacun à s’investir dans une nouvelle histoire sentimentale. Le tout est de s’assurer que l’on est en accord avec soi-même, tout en gardant à l’esprit qu’il n’y a pas d’âme sœur unique qui pourrait être perdue à tout jamais si on loupait le coche. Tout le monde est capable de vivre en harmonie avec un partenaire, à condition que les envies et les conditions des deux parties soient compatibles et convergent au même moment.