Le management favorise-t-il la perversion au travail ?

S'en Sortir

Temps de lecture : 7 minutes

Burn-out et suicides en lien avec le travail ne sont malheureusement pas rares encore aujourd’hui, alors que dans le discours des dirigeants, la tendance est au management transversal et au bien-être professionnel. En parallèle, le phénomène des personnalités narcissiques perverses semble prendre de l’ampleur, y compris au sein des entreprises. Le management favorise-t-il la perversion au travail ? Notre société se berce-t-elle d’illusions en prônant la bienveillance managériale, tandis que les obligations de résultat et la pression hiérarchique sont fortement déplorées chez les travailleurs de tous niveaux ?

Pour la version audio, cliquez sur ▷ PLAY et écoutez instantanément le podcast ou sur « Download » (sous le player) pour le recevoir directement sur votre appareil !
La version texte se trouve juste à la suite.
Le management favorise-t-il la perversion au travail ?

Les manipulateurs pervers en entreprise

La performance, la productivité, les chiffres règnent en maîtres dans les sociétés de toutes tailles, encourageant une certaine déshumanisation de leurs forces vives. Nous savons que le but des personnalités présentant des troubles du narcissisme est justement, la réification de leur proie. Le sujet devient ainsi objet, tout comme le travailleur est une ressource, bien plus qu’un individu. Le monde du travail est-il donc un terrain propice au besoin de domination des PN ?

Se faire bien voir par ses collègues et supérieurs

La construction de relations humaines de tout ordre (amour, amitié, partenariat, collaboration) accompagne la rencontre d’une phase de séduction. Les manipulateurs pervers excellent en la matière. Acteurs hors pair, ils savent se faire apprécier instantanément. En bons communicants, ils jouent de leur humour et de leur charisme pour se faire remarquer et remporter les suffrages. Ils ont suffisamment de finesse d’esprit et d’observation pour repérer exactement ce que l’on attend d’eux et leur indéniable intelligence leur permet de servir cette version sur mesure de l’employé idéal sur un plateau.

Très peu connecté à ses émotions, un PN ne laisse pas transparaître d’états d’âme. Il donne l’image rassurante d’une personnalité agréable et stable. De plus son hypernarcissisme et son habileté à mentir le poussent très naturellement à mettre en avant d’extraordinaires compétences qui viennent parfaire le portrait de la perle rare.

Rapidement, le manipulateur réussit l’exploit de se faire apprécier de ses collègues et de gagner la confiance de ses supérieurs. Il n’a plus qu’à installer sa domination.

Conquérir le pouvoir au travail

La soif de grandeur du PN lui fait gravir les échelons de la hiérarchie d’entreprise sans délai. Comme chez lui tout est stratégie et jeu machiavélique, il use de ses techniques manipulatoires comme il le ferait en amour ou avec ses enfants.
En feignant l’empathie, il amène habilement ses collègues à se confier sur leur vie privée, croyant voir en cette personne attentive et concernée un potentiel ami ou allié. En réalité, il agrège un maximum d’informations à réutiliser plus tard à des fins malsaines. Si, par exemple, une employée traverse une épreuve personnelle douloureuse, le manipulateur sadique s’arrangera pour le signaler à son directeur tout en induisant l’idée d’une baisse de performance ou de motivation de cette dernière, ce qui la fragilisera.

Au sein des équipes, il instille la discorde, appliquant brillamment la maxime : “diviser pour mieux régner”. Rumeurs, colportage, mise en compétition, appropriation d’idées et d’initiatives des autres, tout est fait pour semer la zizanie et en profiter pour se sortir du lot. C’est en contribuant à instaurer une mauvaise ambiance dans les équipes et en se rapprochant subrepticement de son supérieur direct que le PN saura tirer son épingle du jeu. Il pourra alors proposer des solutions pour rétablir l’ordre perdu, avec de bonnes chances pour qu’on n’y voie que du feu.

Maltraiter ses subalternes

Ça y est, le pervers narcissique est devenu manager d’équipe, son poste de prédilection. Il a désormais tout le loisir de jouer de son emprise sur ses subordonnés, parce que l’organisation de l’entreprise lui en offre les possibilités. Il va pouvoir s’en donner à cœur joie :

  • souffler le chaud / froid dans son attitude (tantôt agréable, tantôt exécrable) ;
  • asséner ses injonctions paradoxales (la fameuse double contrainte impossible à satisfaire) ;
  • renier le ressenti de ses équipes (quiconque ne respecte pas les délais a un problème d’organisation, par exemple) ;
  • jouer sur la culpabilisation pour que l’employé se remette perpétuellement en question et perde confiance en ses capacités et compétences ;
  • dévaloriser le travail fourni, qui n’est jamais assez bien fait ;
  • isoler certains travailleurs (la célèbre placardisation, pour la forme d’exclusion la plus extrême) ;
  • les rendre dépendants de ses décisions (refus de congés, entrave à la promotion, etc.).

En accédant à l’autorité en entreprise, le PN obtient ainsi une forme de pouvoir sur la vie privée de ses employés. En effet, bousculer leurs projets de vacances ou les mettre en échec professionnel et les rendre profondément malheureux au travail aura forcément un impact au niveau personnel aussi. Et quoi de plus jouissif pour une personnalité machiavélique que de savoir que ses actions ont des répercussions jusqu’aux sphères auxquelles il n’a pas accès directement ? Ce pouvoir étendu est permis par les attributions managériales.

Comment gérer un PN au travail ? 5 conseils pour se protéger

Si un comportement pervers narcissique est reconnu et subi au travail, il faut redoubler de prudence. En effet, n’oublions pas que les manipulateurs ont su à la fois séduire l’entourage utile, mais aussi dévaloriser la ou les victimes. Ainsi, une attaque directe pourrait sonner comme un acte gratuit et désespéré de quelqu’un d’émotionnellement déséquilibré.
La meilleure mesure à prendre avec un manager sadique et tyrannique serait de changer de travail ou du moins de poste, sans demander son reste et encore moins à chercher à le confronter. Mais la réalité du marché de l’emploi rend rarement cette option suffisamment viable. Voici donc l’attitude à adopter face à un management pervers que l’on est contraint de supporter.

1. Garder des traces de tous les échanges

Doubler chaque conversation d’un email ou d’un rapport relatant les demandes et leur exécution. Même si les PN sont les rois de la mauvaise foi, il est toujours perturbant pour eux de se trouver forcés de répondre à des faits implacables.

2. Travailler son assertivité

Formuler des demandes claires ou remonter des problèmes organisationnels ou communicationnels dès qu’ils se présentent est le meilleur moyen de juguler une situation où l’on se trouve submergé et en perte totale de contrôle.

3. Protéger sa vie privée

Dites-en le moins possible sur votre situation personnelle et vos projets, quels qu’ils soient. Maintenez la relation strictement professionnelle et coupez vos systèmes de communication avec le travail dès que vous êtes en dehors de vos horaires ou du lieu d’exercice.

4. Parler de vos problèmes avec le management aux représentants du personnel ou aux syndicats

Afin de bénéficier des conseils et du soutien des personnes chargées de la protection des salariés en cas de dégénérescence de la situation, expliquez votre cas au plus tôt.

5. Solliciter un entretien avec votre DRH ou votre N+2 (le supérieur hiérarchique de votre manager)

L’activité des managers doit être régulée et contrôlée par le DRH ou le supérieur du service concerné. Faites part de vos difficultés relationnelles avec votre manager en veillant à vous présenter dans une attitude positive et constructive, concernée par le sort de l’entreprise. Il ne faut pas que le rendez-vous se transforme en bureau des plaintes. Montrez que votre démarche est saine et vise une amélioration des conditions de travail, sans incriminer quiconque pour ce qui s’apparenterait à une affaire personnelle sur fond d’incompatibilité d’humeur.

Dans tous les cas, ne cherchez pas à confronter le manager pervers. Cela vous exposerait à une tentative de renversement de situation qui vous rendrait potentiellement encore plus confus. Qui que soit votre interlocuteur, il faudra impérativement faire état des difficultés rencontrées dans l’exercice de vos fonctions, tout en ayant la liberté de renouveler votre motivation et votre envie d’évoluer. Évitez de blâmer d’entrée de jeu votre manager pervers qui aura très certainement préparé le terrain pour vous présenter comme quelqu’un d’ingérable. Faites entendre votre voix auprès de votre direction pour témoigner de votre engagement professionnel et faites preuve d’un esprit positif et collaboratif pour trouver une solution de long terme sans dénigrer votre N+1. Un patron ne se mettra jamais en porte-à-faux en avouant que son choix de manager était erroné. Faites donc bien attention à ne pas offenser votre direction sans le vouloir, ce qui renforcerait la position du PN dans ses fonctions managériales. Ne vous privez pas de l’accompagnement d’un psy pour vous guider dans cette démarche délicate dans laquelle votre emploi est en jeu, tout comme votre situation financière.

 

Il n’est pas étonnant d’entendre régulièrement parler d’abus d’autorité et de harcèlement moral en entreprise, menant parfois à des conséquences tragiques. Le management favorise-t-il la perversion au travail ? Pour ce qui est de l’organisation verticale avec un chef et des subalternes, certainement. Mais encore une fois, le management à l’horizontale semble aller dans le même sens que des initiatives comme celles de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS). Une chose est sûre, les patrons d’entreprises redoutent de plus en plus d’être réprimandés pour de mauvaises conditions de travail dont ils sont tenus responsables. C’est forts de cet état de fait que les employés maltraités sont de plus en plus enclins à mettre en lumière les problèmes rencontrés dans le cadre de leurs activités.

error: Alert: Content is protected !!