Il semble difficile de prime abord, de repérer un séducteur pervers, tant la façon dont il approche sa victime est habile et calculée. La séduction correspond, en effet, pour lui, à une véritable “opération commando”, où il jette son dévolu sur une cible, l’assiège et se donne pour but de la posséder. Voyons comment s’articule un peu toutes ses mises en scène avant de réfléchir aux moyens d’éviter de tomber dans son piège !

pervers-manipulateur

Le grand jeu d’un séducteur pervers

L’un des traits les plus saillants d’une relation entretenue avec un séducteur pervers réside dans le fait qu’elle débute toujours par une phase de séduction intense. Cette entreprise de conquête correspond pour la victime à une phase d’idéalisation de la relation qui provoque ensuite un basculement dans une relation affective de dépendance. Pour arriver à ce résultat, voyons les armes « de séduction massive » d’un être narcissique.

La première, c’est d’abord lui-même, ou plutôt, la façade qu’il se compose et qu’il cherche à rendre irrésistible. Le séducteur pervers s’arrange pour se faire remarquer : il veut attirer par le magnétisme de sa seule personne. Il étale pour cela des attributs qu’il pense être de nature à impressionner sa proie : élégance vestimentaire, signaux de réussite sociale ou de force, sans oublier surtout, son remarquable talent oratoire. Rien n’est trop beau pour briller au départ, même s’il y a dans cela une grande part d’imitation et on s’en doute, de manipulation. Car contrairement à ce que vont croire les victimes, les pervers narcissiques ne sont pas des êtres exceptionnels. Il y a, dans la composition de leur personnage, une imitation constante des autres, une copie de ce qu’ils aspireraient à être, mais qu’ils ne sont pas. C’est ainsi qu’un séducteur pervers s’improvise des réussites, des performances ou des connaissances qu’il a vues chez les autres. Il peut ainsi piocher à diverses sources (cinématographiques, littéraires ou autres) pour s’approprier des références qui le feront passer pour un être original et surtout unique. Le but est de paraître supérieur, de se distinguer de ceux que sa future victime aura connus avant. On voit que le narcissisme d’un séducteur pervers est à lui seul une arme de séduction, un miroir dans lequel il se mire, mais emprisonne aussi ceux qui tombent sous le charme de son reflet fabriqué de toutes pièces.

Mais l’entreprise de séduction ne s’arrête pas là. Il faut aussi au manipulateur pervers subjuguer sa proie, l’enchaîner à lui. Pour cela, il exploite ses désirs et ses besoins à elle au départ. Cela peut prendre la forme d’un « love bombing », avec un bombardement de messages amoureux, à tout moment de la journée, s’il a détecté un gros besoin de tendresse et d’entourage chez elle. Il prend vite aussi le visage du redresseur de torts dans la vie de la victime, se campant comme le preux chevalier prêt à tout pour racheter ses souffrances. Pour un temps, il devient le « sauveur » de l’autre, mais pour un temps seulement… Face à un ou une partenaire sensible et généreuse, il préfère cependant lui-même jouer les victimes, pour susciter chez l’autre une vocation de secouriste ! Il transforme dans ce cas le partenaire en une forme d’élu, seul capable de l’aimer, pour mieux le faire culpabiliser plus tard, avec des mots blessants tels que : « Tu m’as déçu…. »

Séduction et manipulation

Une relation avec un pervers narcissique est toujours forte et singulière, souvent marquée par la certitude des victimes au départ, d’avoir trouvé, le « grand amour »! C’est sur cette illusion que repose la manipulation psychologique propre à sa séduction, renforcée ensuite par une bonne connaissance de la « carte du tendre de l’autre » : soit de tous les recoins de sa personnalité où un mal-être ou une dépendance affective se devinent.

Ce sont ces points faibles qui sont, de fait, tout l’enjeu de la séduction massive du pervers, car on voit que c’est sur eux qu’il bâtit son emprise. Sa tactique est simple : tout donner au départ, pour mieux reprendre peu à peu. Faire de l’autre une idole, pour le rabaisser par la suite, ou le faire tomber d’autant plus bas à chaque fois, qu’il l’aura encensé au départ.

La séduction d’un pervers manipulateur n’est donc pas pour lui une partie de plaisir au départ, mais plutôt un long et patient travail pour exhumer les failles narcissiques de l’autre. Il sonde sa sensibilité et son passé, pour savoir où plus tard, il pourra enfoncer son dard. Cela fait partie des techniques de manipulation qui s’axent autour de la relation fusionnelle, dont la victime reste ensuite prisonnière. Car la passion et la fusion amoureuse cachent en réalité des carences dans sa personnalité, qui la poussent malgré elle à « tout  donner », mettant ainsi son devenir entre les mains de l’autre. Cette importance surdimensionnée qu’elle va accorder à son manipulateur est le droit chemin vers l’esclavage et l’addiction affective.

Reconnaître le séducteur pervers

Rares sont ceux qui ne portent pas en eux une blessure narcissique ou quelques zones d’ombre qui ne les porteront pas un jour à succomber à un être narcissique ! Nous l’avons vu, bien souvent l’illusion est plus que parfaite… Mieux vaut donc rester humble devant les manipulateurs, ce qui n’empêche pas d’apprendre à repérer les caractéristiques d’une séduction perverse, annonçant potentiellement une relation destructrice.

On peut se poser plusieurs questions lors de la rencontre : est-on vulnérable à ce moment-là ? A-t-on subi une perte (deuil, emploi, illusion) qui nous rendrait plus « désirable » pour les personnes malveillantes ? Le pervers narcissique repère ses proies à l’avance et ne s’attaque qu’à celles qu’il sent faciles à toucher.

Ensuite, il faut se méfier de la perfection et certainement de soi-même. L’homme ou la femme idéale n’existe pas, donc méfiance vis-à-vis de ceux et celles qui se plient à tous vos désirs ! Méfiance aussi envers trop de sollicitude : ceux qui s’intéressent de trop près aux problèmes des autres ne sont pas toujours des personnes bien intentionnées, notamment lorsqu’elles cherchent à « y coller » en permanence !

Il est important aussi de savoir suivre son instinct. Les personnes intuitives possèdent toujours une petite voix intérieure qui les avertit quand quelquechose cloche dans une nouvelle rencontre. Elles doivent apprendre à l’écouter et à ne plus la faire taire. À plus forte raison, lorsqu’elles entament une relation pour combler un manque ou fuir une solitude, les relations satisfaisantes prospérant rarement sur le terreau de la souffrance.

Pascal Couderc, psychanalyste et thérapeute spécialisé dans les manipulateurs, vous aide à ne pas tomber dans le piège d’une relation affective malsaine ou inadaptée. Ne restez pas prisonnier de vos doutes, et osez en parler avec un professionnel. Thérapie possible à distance sur Skype.

Lire aussi : le chaud et le froid du manipulateur et le triangle de Karpman.

error: Contenu protégé !!
sem, lectus elit. ipsum eget facilisis pulvinar suscipit commodo neque. Donec