Le mensonge dans la perversion narcissique

menteur-pathologique

 

Le pervers narcissique est un menteur pathologique. Le mensonge fait partie de son attirail de manipulateur pour piéger sentimentalement ses victimes et les attirer dans une relation d’emprise. Il lui sera facile, ensuite, d’amplifier la violence psychologique en installant le doute dans chaque instant de la relation et en brouillant les pistes dans leur conscience.

Un menteur pathologique et narcissique

Le manipulateur narcissique est un grand menteur pathologique. Il ment tout le temps et à tout bout de champ. Il n’évolue pas, de fait, dans la même réalité que ses victimes, seul lui important le fait de nourrir son narcissisme. Il va donc allègrement vivre dans le mensonge et bâtir ce mensonge de toutes pièces sous forme d’un petit théâtre, où il se joue sa propre vie. C’est là qu’il élabore la mythomanie qui lui permet de séduire ses victimes par le jeu des apparences. Il va, pour cela, mentir absolument sur tout : son identité, ses valeurs, et bien sûr, sur la vraie nature de ses sentiments.

Au niveau de leur identité, les pervers narcissiques mentent ouvertement à leurs victimes dès la fameuse « lune de miel », lors des premières approches. Ils enfilent pour cela divers costumes, aussi brillants les uns que les autres, falsifiant leurs parcours, s’inventant des titres, des amis, des moyens… Cela n’est que tromperie, mais il est très difficile de déceler la vérité, car l’un des « savoir-faire » du manipulateur est de mélanger subtilement mensonge et faits réels. Il va prétendre, par exemple, être proche d’une personne importante, alors qu’il ne fera partie que de ses vagues connaissances.

Les pervers narcissiques mentent tout aussi habilement au niveau de leurs valeurs, s’attachant à se montrer très persuasifs dans ce domaine. Ils jurent (mais exigent surtout) : fidélité, loyauté, amour éternel… Ils gagent ainsi la confiance de leurs victimes et de leur entourage qui les mettent sur un piédestal. Pourtant, tout cela n’est que stratégie : ils ne partagent nullement les valeurs des autres, et il est juste de se demander si leur manière de les « surjouer » n’est pas pour eux, la meilleure façon de s’en moquer. Il faut rappeler, en effet, qu’ils excellent dans l’infidélité, la tricherie et les doubles vies.

D’où le troisième domaine où le manipulateur pervers se révèle un grand menteur pathologique : celui des sentiments. Contrairement à beaucoup de personnes sincères, qui éprouvent une gêne ou une certaine inhibition à exprimer ce qu’elles ressentent, lui exprime volontiers ce qu’il ne ressent pas. Il s’évertue à prononcer des « je t’aime », et des mots doux enflammés pour le plaisir de s’y mirer, car ils lui permettent de soupeser le pouvoir qu’ils lui donnent sur ses proies. Les sentiments sont pour lui son terrain de jeu favori,  là où il peut exprimer toute l’étendue de son répertoire de manipulateur.

C’est un véritable escroc, un escroc sentimental !

Emprise, mensonge et manipulation

Le manipulateur narcissique base donc entièrement ses relations sur le mensonge et la stratégie. Il arbore différents masques et dissimule constamment sa vraie nature. Comme tout menteur pathologique, la vérité ne l’intéresse pas, le mensonge correspondant pour lui à « sa » vérité, forgée autour de la nécessité d’ignorer ce qui contrarie ses intérêts narcissiques.
Il va donc garder sa victime prisonnière d’une relation qui n’est qu’une vaste supercherie et où au fond, celle-ci sera seule. Pour cela, il se repose sur la dépendance affective qu’il aura attisée grâce au mensonge et qu’il ne va cesser de faire prospérer, encore grâce à lui.

Comme nous l’avons vu, il sait subtilement faire interférer la vérité avec ses tromperies, ce qui trouble, en permanence, la conscience de ses victimes. Elles ne sont jamais sûres au fond d’elles-mêmes d’avoir complètement raison, ni entendu ce qu’elles ont entendu. Inconfort d’autant plus dur à vivre, qu’il s’ingénie de manière à systématiquement les faire culpabiliser : mentant en leur en attribuant la faute… Son stratagème mensonger préféré est pour cela le renversement des rôles qui lui permet de s’attribuer le rôle de la victime. L’occasion pour lui d’inventer des florilèges de mensonges destinés à justifier son comportement violent, immature et immoral. Il adopte pour cela un discours moralisateur qui se sert de la culpabilité, en employant abondamment le « tu » : «  C’est de ta faute», «  tu fais toujours ça », «  tu m’y as forcé »… » On parle d’identification projective en psychologie dans ce cas, ou du mécanisme qui cherche à faire endosser à l’autre, les tares que l’on porte en soi et qui s’avèrent psychologiquement impossibles à supporter.

Parmi les autres stratagèmes mensongers du pervers narcissique, se trouvent aussi les promesses nombreuses, et non tenues, sa tendance à prêcher le faux pour savoir le vrai et son aveuglement lorsqu’il s’agit de se remettre en question. Le plus épuisant reste certainement d’argumenter avec lui : il a réponse à tout et adore se battre. L’exercice se révèle épuisant et surtout stérile ; jamais ce menteur pathologique ne reconnaîtra le moindre tords. Les victimes qui argumentent avec un tel personnage le font d’ailleurs, moins pour lui faire entendre raison, que parce qu’elles ont besoin, en réalité, de réaliser l’étendue du problème. En appeler à sa responsabilité est vain, il a toujours raison et réponse à tout, et en dépit de toute logique. Essayer d’aller au fond des problèmes avec lui ne va servir en définitive qu’à une chose : découvrir le vaste puits de néant et le manque d’empathie qu’il tente de cacher.

Mensonge et destruction

Là où un simple menteur pathologique ment pour attirer l’attention, le pervers manipulateur ment lui, profondément pour tromper et détruire. Il ne se contente pas de déstabiliser ses victimes et de brouiller leur discernement, il cherche aussi à leur faire assimiler ses croyances mensongères. Croyances qu’il articule avec leur dépendance affective pour s’attaquer à leur estime de soi.
Classiquement, ces croyances s’appuient sur sa toute-puissance et génèrent de la peur et de la soumission. Généralement, il s’agit de proclamer qu’il est supérieur à une victime pour la convaincre de son infériorité. Il cherche aussi à lui faire accepter l’idée qu’elle ne peut rien sans lui, qu’il lui est indispensable, de manière à accentuer la dévalorisation.

Le mensonge redouble en phase finale de destruction, lorsque le pervers a enclavé sa victime et qu’il pense l’avoir à sa merci. Il ne s’insinue plus alors incognito dans la relation comme au départ, mais devient direct et de plus en plus énorme, au mépris de toute vraisemblance. Il contraint la victime à douter de sa propre raison, car plus le mensonge est disproportionné, plus le pervers s’y accroche pour finir par en convaincre l’autre. Il va aussi dire tout et son contraire, pour affirmer quelques instants après, qu’il n’a jamais dit cela. La victime doutera de ce qu’elle est pourtant certaine d’avoir entendu et aura l’impression, purement et simplement, qu’elle devient folle.

Les pervers narcissiques sont d’habiles menteurs, qui possèdent une palette de personnages étendue et se glissent facilement dans la peau de tous ces personnages. Ils croient eux-mêmes en leurs propres mensonges, ce qui est leur plus grande force. Il est difficile pour les victimes de détecter le mensonge, prisonnières qu’elles sont d’une illusion de relation, bâtie sur leur propre innocence. Plus que les outrances de leur partenaire, c’est le mépris de leur propre honnêteté et l’abrogation de toute logique chez lui qui s’avère au final ce qu’il y a de plus destructeur.

Lire aussi,  la culpabilisation : https://www.pervers-narcissique.com/le-pervers-narcissique/les-techniques-de-manipulation/la-culpabilisation/
et, la mise en dépendance : https://www.pervers-narcissique.com/le-pervers-narcissique/les-techniques-de-manipulation/la-culpabilisation/

 

Pascal Couderc

Psychanalyste, psychologue clinicien Montpellier et Paris et en téléconsultation pour les francophones partout en France et dans le monde.

Pascal Couderc en visio consultation

 

Articles récents

error: Contenu protégé !!
sit eleifend consectetur ut at leo Nullam elit. fringilla eget Donec ut