F.

Bonjour,

Je me permets de témoigner ici, car je lis beaucoup de questionnements de femmes (surtout de femmes, c’est vrai) qui sont perdues, qui culpabilisent, qui se sentent démunies…
Je vous raconte mon histoire afin que les femmes (ou hommes d’ailleurs) qui passent par cette page puissent (je l’espère) prendre conscience de la nature monstrueuse de ces personnes perverses narcissiques qui partagent leur vie.
Mes parents se sont séparées lorsque j’avais 3 ans, 6 mois plus tard mon père ne venait plus me voir, j’ai perdu contact avec lui (j’ai 29 ans aujourd’hui). Peu de temps après le divorce, ma mère s’est mise avec un homme PN (elle avait 24 ans à l’époque et moi 3 ans environ). Il l’a séduite et a aussi charmé ma grand-mère maternelle (veuve depuis quelques années, et heureuse de voir enfin ma mère avec un “homme bien” à l’inverse de mon père biologique).
Il a rapidement commencé ses sournoiseries avec moi, il me faisait tomber sans que personne ne regarde, me disait (à 3 ans) que ça “puait la merde” quand je faisais dans le pot, j’ai tenté de l’appeler “Papa” quand j’avais 4 ans, et ma mère et lui ont exploré de rire… Ce n’était que le début…
Il est devenu jaloux maladif avec ma mère, il ne supportait pas qu’elle ait des amis autres que ceux que lui avaient choisis et se donnait une image irréprochable auprès de tous. Sauf que…. ma grand-mère, s’occupant beaucoup de moi, a vu son manège et lui a dit qu’il était fou. Il a répondu en douce “je fais ce que je veux, occupez-vous de vos fesses, c’est moi qui décide!”. La messe était dite!
Impossible pour ma grand-mère de prouver quoi que ce soit, et ma mère était totalement vampirisée et lobotomisée par cet homme. J’ai donc continuer à subir ses brimades et humiliations quotidiennes. À 4 ans, je ne dessinais qu’en noir à l’école et le moment de la fabrication du cadeau de fête des pères m’angoissait terriblement (“La petite a été abandonnée par son papa, c’est normal…” se disaient les maîtresses, mais non, c’était ce monstre PN le souci).
Même si je me sentais déshumanisée et réduite à néant, je cherchais à le contenter, et par extension à contenter ma mère qui semblait trouver normale qu’il me traite de cette façon (sinon elle serait intervenue, logique).
Je précise que j’ai été détectée “surdouée” il y a peu (j’ai 29 ans), je ne sais pas si cela m’a servi ou desservi, mais j’ai compris très vite que cet homme était malsain.
Ils ont eu deux enfants, mes petits frères, le premier a été adulé mais aussi traité en objet, en faire-valoir, et manipulé, ne sachant pas comment se comporter pour faire plaisir ; le second a été davantage protégé, mais s’est totalement réfugié dans les jeux vidéos pour oublier la réalité qui nous entouraient. Pour ma part, j’étais “l’outsider”, je ne me sentais pas réellement membre de la famille, et les soucis que je rencontrais a l’école se justifiait par le fait que mon père m’avait “abandonnée”, mon haut potentiel et ma douleur sont donc passées inaperçues. Pendant 25 ans…
J’étais donc une enfant compliquée, et plus tard une ado rebelle et dérangeante, j’étais l’empêcheuse de tourner en rond, le grain de sable dans l’engrenage, il me réduisait au silence, me terrifiait, me traitait de menteuse en permanence “Elle ment comme elle respire cette gamine!”, “Elle a besoin d’être dressée cette gamine!”. J’étais l’exemple à ne surtout pas suivre. J’ai passé des heures à table à attendre pour pouvoir sortir de table, parfois sans raison apparente. Il a coupé l’électricité une nuit où j’allais aux toilettes (je devais avoir 6 ou 7 ans), il savait que j’avais une peur panique du noir. Un soir, avant le coucher, il s’est collé des gommettes fluorescentes sur les paupières et a simplement ouvert ma porte de chambre, je ne voyais que deux tâches luisantes dans l’obscurité… J’étais tétanisée. Il était réellement devenu le monstre que je le soupçonnais d’être. (Je précise qu’il ne m’a pas frappé, ni agressé sexuellement, rien de tout ça.)
Ma mère avait horreur des conflits et faisait tout pour lui faire plaisir, elle était pourtant gentille et pleine de vie, mais incapable de tenir son rôle de mère, probablement à cause de l’aliénation dont elle était victime.
Moi je n’osais rien dire car elle semblait fatiguée de faire le tampon entre lui et moi. Il devait la vider de son énergie, et elle n’en avait plus pour me protéger. C’était donc à moi de me protéger, j’ai décidé de me faire la plus discrète possible.
Ma mère et lui se sont mariés en cachette de ma grand-mère maternelle, elle l’a su car une de ses amies a vu le nom de ma mère et de mon beau-père sur la publication des bans de la mairie de la petite ville où nous vivions et l’en a informée.
Il a continué tranquillement ce petit jeu. À l’âge de 12 ans, j’ai fait une première TS, puis une seconde à l’âge de 17 ans. Mon inadaptation familiale couplée avec mon inadaptation scolaire et sociale (probablement dû à cette situation ainsi qu’à mon Haut Potentiel Intellectuel non détecté) m’ont fait totalement perdre les pédales. Je ne voyais pas d’issue, je n’avais pas vraiment de famille, mes notes ont chuté (seule chose qui me donnait de la valeur), et pas réellement d’amis non plus avec qui j’arrivais à me lier vraiment. Solitude extrême.
Je suis ensuite partie pour faire mes études, j’ai rencontré un garçon, qui était PN, et avec qui je suis restée 3 ans. Il m’a coupée du monde, m’a initiée au cannabis, et j’avais énormément de mal à m’alimenter.
À 21 ans, je l’ai quitté et j’ai déménagé pour faire une formation d’un an. Ne trouvant pas d’emploi à la suite de ça, je suis retournée temporairement vivre chez ma mère et cet homme. J’avais 22 ans.
J’ai fait la connaissance d’un homme adorable, avec qui je suis restée 3 ans, mais mes rapports aux hommes étant totalement dysfonctionnels, nous nous sommes séparés, mais… nous nous sommes retrouvés deux ans plus tard, et nous sommes heureux aujourd’hui, il est profondément bon, oui ça existe :). J’ai repris mes études, mais je bloquais totalement. Pas étonnant, après tout je ne valais rien, j’étais bête, quand on entend ça toute sa vie, on finit par y croire. J’ai consulté un psy pour parler de ça, pensant avoir un trouble de la concentration ou un vieux trauma à régler, elle a détecté mon haut potentiel, mais je sais que le problème n’est pas là. Le problème, c’était ce sous-homme diabolique, malveillant et psychopathe.
Quant à ma mère, on lui a diagnostiqué une forme de cancer rare et incurable en 2011, elle a été opéré et suit encore aujourd’hui un traitement expérimental. À la suite de son opération (elle a une cicatrice de 30 cm sur le ventre), j’ai voulu aller la chercher à l’hôpital, mais il a absolument tenu à y aller, je lui ai dit que je voulais venir, mais il est parti en douce. Le trajet durait 1h30, il a roulé comme un malade, coups de frein à gogo, virages en mode pilote de F1, elle a été secouée comme une bouteille d’orangina, elle avait une tête de cadavre en arrivant à la maison. Mais peu importe, il était énervé, il n’avait pas honte. Puis il a continué d’être l’homme qu’il était, comme il le faisait avant cela, il n’a pas changé d’un pouce, alors qu’elle était malade et possiblement mourante. Elle a fini par le quitter fin 2013.
Il tente toujours d’avoir de l’emprise sur elle, sur mes frères, moins sur moi, craignant peut-être que je déballe tout à mes frères (ils sont encore dans le déni par rapport à son statut de PN).

Voilà de quoi un PN est capable, il était travailleur, il a rénové une vieille longère de ses mains, tout le monde l’admirait et le félicitait pour sa petite famille, sa maison. Moi j’étais la gamine qui n’était pas de lui, qui posait problème, qui était dérangée et qui entachait l’image propre et nette de ce “Père idéale d’une famille parfaite”.
Je sais que tous les PN ne sont pas les mêmes, et je reste prudente quant la pose de cette étiquette.
Mais Mesdames (et Messieurs d’ailleurs), si vous vivez avec un PN ou une PN, FUYEZ!!!
S’il vous est impossible de le/la démasquer, courrez aussi loin et aussi vite que vous pouvez!
Vous me direz “Oui, c’est pas si facile…”, j’entends… Mais vous vous voilez la face, ou alors c’est que vous n’avez pas atteint votre seuil de tolérance… Mais jusqu’à quand cela va-t-il durer?
Car ATTENTION, à trop attendre, vous finirez par perdre tout sens de la réalité, vous ne saurez plus ce qui est bon ou mauvais et votre estime de vous sera tellement mauvaise, que vous n’aurez plus le courage de fuir, vous vous direz qu’il n’y a plus d’espoir. Le/la PN vous videra de toute votre substance, vous ne vous sentirez plus capable de rien, plus bon à rien, et le suicide semblera être une solution acceptable…

Merci de m’avoir lue, je me suis étendue longuement, mais il faut bien ça.
Et oui, ces êtres sadiques sauront toujours trouver les mots et les gestes pour vous retenir, feront mine de ne pas comprendre vos reproches, se victimiseront, et vous rappelleront toutes leurs bonnes actions, vous prouveront leur “amour inconditionnel”(la blague…), mais…
“Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le Diable lui-même.” Shakespeare.

Courage à tous/toutes! Si c’est le bonheur que vous cherchez, vous ne le trouverez JAMAIS avec ce type de personnes.

Partagez Partager sur FacebookPartager sur LinkedinPartager sur GooglePlusPartager sur TwitterPartager sur Pinterest