FAQ Pervers Narcissique

Temps de lecture : 12 minutes

Nous avons essayé de concentrer un maximum d’informations dans cette page de FAQ (Foire aux Questions).

Quels sont les signes qui me permettent de repérer que je suis face à un pervers narcissique ?

 

Il y a des signes qui ne trompent pas.

Comme l’illustre parfaitement cet adage, certains signes permettent de repérer le pervers narcissique. 

La séduction :

Le pervers narcissique se présente comme l’homme idéal. Il est l’homme parfait à vos yeux, celui qui pourra vous combler, sans faille.

 

Un double visage :

Le pervers narcissique porte des masques différents. Il s’adapte, les retire, les revêt. C’est le gendre parfait, le patron exemplaire, le mari idéal. Il montre à la face du monde un visage, radicalement opposé à celui que vous lui connaissez.  

 

Isolement :

Le pervers narcissique vous fait couper tous les liens qui vous unissent à vos amis et à votre famille. Il vous laisse dans l’isolement le plus total.

 

Violence physique et psychique :

Le pervers narcissique vous intimide et vous humilie en permanence. Avec des mots ou des gestes, il exerce une emprise constante de peur sur vous, en privé ou en public. Menace et chantage sont de mise.

 

Mensonge et manipulation :

 Le pervers narcissique ment et manipule sans discontinuité, afin de détourner la réalité pour qu’elle lui profite au mieux.

 

Empathie et écoute :

Le pervers narcissique en est exempt et fait preuve d’une immense froideur émotionnelle. Il ne ressent aucune peine à vous faire souffrir et à vous détruire. Pire, il éprouve une certaine jouissance. Son écoute est fausse et instrumentalisée dans l’unique but de vous faire souffrir pour mieux vous maîtriser.

 

Vampirisme émotionnel :

 Le pervers narcissique vampirise votre énergie, vous vide de votre force de vie.

 

Culpabilisation et dévalorisation :

Le pervers narcissique vous culpabilise, vous qui n’êtes  jamais parfait(e) à ses yeux, toujours fautif(ve). Il vous dévalorise sans cesse, insinue le doute sur vos qualités, vos compétences, votre savoir-être. Et tout ce qui pourrait vous rapprocher de vous-même.

Quel est le nombre de pervers narcissiques en France ?

Il est difficile d’estimer précisément le nombre de pervers narcissiques en France. En effet, cette pathologie est un concept psychanalytique formalisé par Paul-Claude Racamier dans les années 1980. Il ne figure pas dans le répertoire des maladies psychiatriques. 

 

La perversion narcissique est une pathologie complexe à diagnostiquer. En effet, le pervers porte des masques pour se cacher et mieux avancer en société. Il s’accroche à ses victimes comme un baroudeur à son mât. Il ne consulte que très rarement, seulement quand la situation pourrait tourner à son avantage. Son énergie psychique, il la puise dans les failles de ses victimes. 

 

Ce sont d’ailleurs souvent les victimes qui consultent et qui permettent aux experts d’estimer le nombre de pervers narcissiques en France, à 2 ou 3% de la population. 

Les pervers narcissiques peuvent être partout, au travail ou dans la sphère privée. Ils se fondent dans la masse et se déguisent comme des caméléons, les rendant difficilement identifiables et dénombrables. 

 

Attention cependant à la psychologie sauvage. Mensonge et manipulation ne sont pas forcément synonyme de perversion narcissique à proprement parler ! Ces caractéristiques peuvent être indépendantes et utilisées par d’autres individus, sans qu’ils ne soient pour autant structurellement des pervers narcissiques. A plus ou moins grande échelle, beaucoup de personnes utilisent le mensonge ou la manipulation. Pour arriver à leur fin ou pour protéger un proche par exemple. 


La perversion narcissique est bien complexe La manipulation et le mensonge du pervers narcissique le rendant pratiquement intouchable, et donc difficile à dénombrer. S’ils se fondent parfaitement en société, ils peuvent ainsi être partout. Amis, voisins, collègues, conjoints. Attention seulement, le nombre ne fait pas leur force. Ce qui les rend invincibles, ce sont les failles de leurs victimes dont ils se nourrissent et dont ils se servent pour instrumentaliser leur toute puissance.

Comment tenir le coup face à un pervers narcissique ?

La vie au contact d’un pervers narcissique n’est pas des plus complaisantes. Il vous ampute de votre énergie, de vos qualités, d’une énorme partie de vous-même. Voici quelques points qui pourront vous aider à tenir le coup face à un pervers narcissique.

 

Penser à vous et (re)définir votre valeur :

c’est la première étape vers la libération de ce fardeau psychologique que vous subissez. En pensant à vous, vous développerez l’amour de vous-même, la confiance en vos qualités et en qui vous êtes. Ce que vous aimez, vos objectifs, vos rêves …

C’est un travail de longue haleine, dont les coups de pioche travaillaient à faire tomber le mur de l’emprise et de la dépendance. Penser à soi, c’est aussi se respecter, et se respecter, c’est s’aimer.

 

Comprendre et vous informer :

c’est la première étape vers la libération de ce fardeau psychologique que vous subissez. En pensant à vous, vous développerez l’amour de vous-mêmes, la confiance en vos qualités et en qui vous êtes. Ce que vous aimez, vos objectifs, vos rêves.. C’est un travail de longue haleine, dont les coups de pioche travaillaient à faire tomber le mur de l’emprise et de la dépendance. Penser à soi, c’est aussi se respecter, et se respecter, c’est s’aimer.

 

Demander de l’aide :

il est toujours bon de pouvoir s’appuyer sur quelqu’un pour surmonter une situation difficile. Si vous ne ressentez pas de possibilité de parler à votre famille ou votre famille, ou dans le cas où vous seriez totalement isolé(e), vous aurez toujours la possibilité de vous inscrire dans un groupe de victimes de pervers narcissiques en ligne, ou de contacter un(e) professionnel(le) qui saura vous aiguiller.

 

Ainsi, tentez de créer avec vos propres moyens et ressources, un quotidien libre où vous vous replacez au centre de votre vie.

Vais je devenir un pervers narcissique ?

La perversion narcissique est une pathologie qui s’inscrit dans l’enfance, entre deux et quatre ans. On ne devient pas pervers narcissique sur le tard, mais dans sa jeunesse lorsqu’une faille narcissique est telle, qu’elle vient structurer profondément la personne à cette période précise.

 

C’est une pathologie ancrée qui ne saurait se mettre en place suite à une relation toxique avec un pervers narcissique ou autre blessure de la vie, d’un adolescent ou d’un adulte, mais bien lors de la construction d’un individu.

 

Parfois, en conséquence de relations perverses dans la sphère privée ou professionnelle, certains individus développent des mécanismes de défense similaires aux agissements qu’ils ont vécu avec un pervers narcissique, comme le mensonge, la manipulation ou les relations de dépendance affective. Il s’agit là de mécanismes de protection du psychisme, plus ou moins soulignés selon la personnalité, et l’histoire plus ou moins longue et douloureuse de chacun – comme subir la tromperie ou le deuil, modifie le comportement d’un individu. Comme dirait Marc Lévy, “Le temps ferme toutes les blessures, même s’il ne nous épargne pas quelques cicatrices.”

 

Ainsi, en prendre conscience, c’est déjà la certitude de ne pas être un(e) pervers narcissique, ces derniers étant structurellement incapables d’avoir ce recul. Les failles et les blessures de chacun, plus ou moins ancrées, sont la continuité et l’expression de l’expérience de vie. Il est possible en travaillant sur soi, de se libérer et de se soigner de ces traumatismes.

Les blessures quelles qu’elles soient, et qu’importe le moment où celles-ci surviennent dans la vie, laissent des traces. Elles sont appréhendées différemment, selon sa personnalité et son expérience de vie, mais ne sont jamais synonymes d’un destin tout tracé..l’Homme est toujours libre de pouvoir se transcender.

Pourquoi, en tant que victime de pervers narcissique, personne ne me croit ?

Le pervers narcissique est un menteur et un manipulateur avéré, dont les mécanismes de manipulation et de traîtrise sont tels, que pratiquement seules ses victimes sont en capacité de le voir sous son véritable jour. Incontestable personnage théâtral, le pervers narcissique change de masque selon les situations sociales dans lesquelles il se trouve. C’est un délinquant relationnel comme le qualifierait Michel Onfray.

 

Le pervers narcissique apparaît en société comme un homme parfait, soigné, sur de lui. Il se joue de cette admiration, et laisse à penser qu’il est le vaillant et preux chevalier qui a réussi sa vie, dans tous les sens du terme. Il plaît à la famille, aux amis et aux proches dans la sphère privée, aux investisseurs et aux pdg dans la sphère professionnelle. Ce masque de perfection qu’il revêt est un masque purement trafiqué et construit de toute pièce.

 

Ce n’est que dans l’intimité, avec sa victime, et après plusieurs semaines que le pervers narcissique dévoile lentement et insidieusement son vrai visage. Il la manipule, la rabaisse, la violente psychiquement et parfois même physiquement. Il exerce une emprise telle, que la victime ne peut bien souvent pas s’exprimer à quelqu’un d’extérieur.

 

Voilà donc pourquoi peut-être, personne ne vous croit. Le pervers narcissique est un manipulateur professionnel, alternant masque de perfection en société, et masque de terreur avec vous. Il s’adonne à un jeu rôdé à la perfection, sans faille, dont personne ne peut se douter des règles ou même de l’existence. Rien n’est laissé au hasard et rien ne transparaît à l’extérieur, si bien que lorsque vous tentez d’en parler autour de vous, personne ne vous croît.

 

Son apparence trompeuse laisse libre cours à ses agissements dans toutes les sphères : il dupe et culpabilise, dupe le public et referme ses griffes sur sa victime comme un illusionniste en plein spectacle. Si votre entourage ‘ne croit que ce qu’il voit’ c’est parce que vous seuls voyez son vrai visage. Croyez en votre intuition, qui est bien souvent une flèche aveugle sur laquelle vous appuyer.

Quand demander de l'aide en tant que victime de pervers narcissique ?

Il est difficile de définir un temps concret qui puisse marquer universellement le bon moment pour demander de l’aide. Il n’existe pas de manuel, pas de définition, pas de cadres ou de lois. Cette demande est personnelle, particulière, doit émaner de vous à un instant précis selon vos ressources et vos conditions. 

 

Imaginer l’idée même de demander de l’aide, est un marqueur primaire générateur d’action vertueu. C’est un début de prise de conscience que quelque chose ne va pas, que l’espoir d’autre chose est présent. 

 

Demander de l’aide est un acte courageux, d’amour de soi. Même sans timing défini, voici peut-être quelques indicateurs qui pourront vous permettre de reconnaître ce moment de bascule où vous jugerez bon d’être aidé. 

  • Lorsque vous êtes dans une situation qui vous déborde
  • Si vous considérez être arrivé au bout de ce que vous pouviez
  • Lorsqu’une situation vous êtes devenue invivable
  • Si vous vivez quelque chose qui vous déplaît au point de nuir à votre bien-être physique et mental
  • Ou encore lorsque vous doutez et qu’une assise ne vous serait pas de trop.  

 

Trouvez ensuite la personne à qui vous confier. Un ami, un proche, un membre de votre famille, un collègue de travail ou un professionnel de santé. 

L’isolement est fréquemment de mise chez les victimes d’un pervers narcissique. Il empêche bien solennellement de pouvoir se confier à son entourage proche. Faire appel à un spécialiste est alors souvent la meilleure solution. 

 

Rappelez vous, qu’endurer et endurer sans limite, n’est pas acte de bravoure mais d’auto-destruction. Demander de l’aide, c’est gagner une bataille vers la reconquête de soi et de sa liberté. 

 

Ressentir le besoin, ou être traversé par cette idée même de demander de l’aide, est déjà un signal d’appel à l’aide de votre psychique : saisissez-là et ne la lâchez pas.

Peut-on aider un pervers narcissique ?

Demandez vous dans un premier temps, pourquoi vouloir l’aider ? Par amour, par pitié ?

 

Vouloir aider part dans tous les cas d’une démarche noble. Attention cependant à ne pas vous faire prendre dans une spirale infernale où la seule issue est votre épuisement.

 

Ce qu’il faut saisir, c’est que le pervers narcissique structurellement accompli, est imperméable à la souffrance et par conséquent ne cherche pas d’aide. Sa capacité au déni est telle, qu’il est persuadé d’agir normalement, et qu’en aucun cas il ne se remettra en question. Il se complait dans sa perversion, et son unique médicament morbide est sa victime. Une fois asséchée, il changera de médication pour une plaquette toute neuve, jusqu’à renouvellement de sa prescription.

 

Le pervers narcissique puise sa toute puissance de la perversion et ne demande aucun changement ; sans désir de changement (qui lui est radicalement et structurellement impossible) aucune perspective d’aide n’est envisageable.

 

Rester auprès d’un pervers narcissique c’est lui dire : “ton manège fonctionne”. Renforcer sa perversion c’est risquer de replonger de plus belle dans la spirale perverse d’emprise et de manipulation dont il est le roi du plateau de jeu.

 

Vouloir aider un pervers narcissique est non seulement une perte d’énergie, mais aussi un renforcement de ses mécanismes pervers, à l’origine même des maux qu’il fait subir à ses victimes. “Vouloir aider” empire donc les choses.

 

On ne peut en règle générale aider que dans la distance juste, et faire du bien autour de soi, passe d’abord par se faire du bien à soi. Rien ne pourra l’aider, pas même vous. Vous ne pourrez lui ouvrir les yeux, car comme le souligne parfaitement l’adage, “il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, et pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.”.ule Advanced settings.

Est- il naturel de vouloir se venger d'un pervers narcissique ?

La première question à se poser est probablement pourquoi souhaitez-vous vous venger ? En se penchant sur la situation à laquelle vous ou un proche avez peut-être été confronté, il va de soi que la réponse se cache probablement dans le fait que vous ayez été blessé. Et quel mécanisme plus humain que celui de vouloir faire souffrir l’autre comme on a souffert tant on a mal.

 

Cependant voilà, aussi étonnant que cela puisse paraître, la meilleure vengeance est ici.. la fuite.

 

En effet, le pervers narcissique a un fonctionnement psychique où le déni est à la source de sa structure. Il est dénué d’émotion et ce qu’il laisse paraître n’est qu’une simple façade. Le pervers narcissique est pris dans un jeu morbide de manipulation où il règne en maître, et où rien ni personne ne pourrait l’y battre malgré tous les efforts du monde. Il aura toujours un coup d’avance et un plan de secours.

 

Vouloir se venger est normal et permet d’envisager pouvoir passer à autre chose. La meilleure vengeance est pourtant ici (comme bien souvent..) d’avancer.

En effet, non seulement vous ne pourrez pas le blesser tant sa structure psychique est complexe et pathologique, mais vous venger serait lui accorder de l’importance.. ce qu’il cherche depuis le début !

 

Plus on enferme ce qu’on a ressenti dans de la rancœur, plus l’autre aura gagné. Plus on cherche à se venger, plus on donne du grain à moudre à la personne qui nous persécute.

 

Les pervers narcissiques vivent du drame, du doute, du conflit. Vouloir vous venger serait une prolongation et même un renforcement du schéma qu’ils avaient mis en place depuis le début : vous rendre fou/folle. Si le schéma continue, il gagne.

 

Le mieux serait alors de commencer par vous aimer.

Pourquoi je rencontre uniquement des pervers narcissiques ?

Il existe une répétition universelle dont vous avez probablement entendu parler. “Il m’arrive toujours la même chose”. Sans doute avez-vous déjà entendu cette phrase de la part d’un de vos proches, ou peut-être l’avez-vous prononcée vous-même. 

 

Les pervers narcissiques qui se nourrissent de vos qualités et de votre sensibilité et jouent avec les émotions dont vous débordez, sont attirés à vous comme l’attraction à la terre. Ils recherchent votre logique, votre intellectualisation et votre énergie, et adorent par-dessus tout votre sensibilité. 

Des caractéristiques d’autant plus attirantes qu’elles sont le moteur de ce qui vous laisse aller vers l’autre vous aussi (à noble titre). Que de qualités que le pervers narcissique remarque, et dont il n’hésite pas à jouir dans un jeu de destruction pathologique. 

 

De plus, il est fait commun pour les victimes de pervers narcissiques de tomber dans une spirale de répétition, où relation après relation, elles sont confrontées aux mêmes schémas répétitifs : la relation d’emprise à un pervers narcissique. 

 

L’Homme tend à retourner vers ce qu’on a connu même si ce connu est en réalité insupportable, car le connu est plus rassurant que l’inconnu. 

 

C’est probable que vous rencontriez des pervers narcissiques à répétition car vous n’avez pas eu l’occasion de tirer une leçon de l’expérience de la relation, tant cet apprentissage ne va pas de soi. Il est important de comprendre le fonctionnement structurellement pathologique et mortifère du pervers narcissique et de travailler sur soi. Cette équation est la clé gagnante vers la fin du schéma de répétition, car en ayant conscience des faits et des conséquences, vous serez en capacité de passer votre chemin la prochaine fois. Identifier ses propres failles permet parallèlement de se prémunir, et de se laisser le temps de les colmater pour se libérer définitivement. 

Suis-je responsable ? Est-ce de ma faute ?

Antoine de Saint-Exupéry dans “Le petit prince” nous parle de responsabilité. Ainsi disait-il, “tu es responsable de ce que tu as apprivoisé”. C’est une vaste interprétation que nous pourrions donner à cette leçon de vie. 

 

En réalité, il est très délicat de parler de responsabilité. Être responsable, c’est répondre de ses actes. La nuance est faible mais appuyée. Personne n’est jamais responsable des agissements de l’autre : l’on est responsable avant tout, de soi, de sa façon de penser, d’agir, de vivre. Si l’autre désir ou décide quelque chose, il le fait de lui, et vous exempt d’une quelconque responsabilité : être responsable, c’est faire ses propres choix en son âme et conscience.

 

Êtes vous responsable de ce qui vous arrive ? L’Homme porte toujours une part de responsabilité en lui. Cependant, et je ne vous l’apprend pas, le pervers narcissique structurellement formé est un manipulateur aguerri. Il connaît l’Homme et ses processus, et en joue plus que nul autre ne pourrait le faire. Le pn a vu en vous des qualités immenses (générosité, gentillesse, luminosité..), et surtout une faille, un manque de confiance ou une blessure plus ou moins récente dans laquelle il a pu s’engouffrer. Il s’est joué de vous comme d’un objet, vous manipulant avec aise jusqu’à vous détruire. Être responsable de soi-même répond à l’injonction qu’est la liberté qu’on trouve à être soi-même. 

 

En revenant sur l’idée de Saint Exupéry, nous pouvons comprendre que la faille en vous que vous n’aviez pas apprivoisée était au-delà de ce sur quoi vous auriez pu agir, peut-être même est-ce la relation avec ce pervers narcissique qui vous en a fait prendre conscience. 

 

Ce dont vous êtes maintenant responsable, c’est de prendre soin de vous et de votre bonheur, de votre désir et de votre liberté pour pouvoir réparer cette faille qui entrave votre liberté. 

Si vous souhaitez en savoir plus, lisez nos articles sur le blog.

error: Alert: Content is protected !!