La mise en dépendance

dépendance-affective-et-manipulateur

La mise en dépendance affective par un manipulateur marque le point d’orgue de la manipulation psychologique. Sans elle, pas de véritable emprise possible. C’est la raison qui explique que la dépendance affective est nécessaire à la relation pour le pervers narcissique et qu’il ne prospecte au départ, que des victimes présentant  cette sensibilité. Même si le problème n’est que léger, il saura le flairer pour le réveiller et l’exacerber, de manière à asseoir son pouvoir.

La dépendance affective en psychanalyse

Pour mieux comprendre le rapport entre dépendance affective et manipulateur, revenons à ce que la psychanalyse nous apprend.
La Psychanalyse nous explique que l’expérience de la dépendance affective prend racine dans les interactions entre la mère et l’enfant. Une mère déprimée, ou ayant elle-même manqué d’amour étant petite, n’est pas toujours apte à satisfaire les besoins affectifs de son enfant.

Le premier miroir dans lequel l’enfant va se voir, est le regard de la mère posé sur lui. Il va fonctionner comme un miroir. Si ce regard est bienveillant, valorisant, l’enfant va s’y voir de façon positive et, se sentant aimé, va pouvoir s’aimer lui-même.
Si ce regard est absent, ou ne renvoie pas une image valorisée à l’enfant, l’enfant, et ensuite l’adulte, va avoir du mal à s’aimer lui-même et aura donc besoin du regard d’un autre pour le faire. C’est une position de dépendance ; l’enfant est anxieux, il se sent seul et vide. Il va donc tomber dans une addiction affective à la mère, à fortiori aux parents. Le manque qu’il cherche à combler le poursuivra jusque dans ses relations amoureuses à l’âge adulte et se cristallisera en blessure d’abandon.

On se souvient du profil de la victime du pervers narcissique. Elle souffre d’une faille narcissique, c’est-à-dire d’un manque d’estime de soi et reste en manque du regard valorisant que l’autre pose sur elle. Ce miroir perdu de l’enfance, elle pensera le trouver facilement dans les beaux yeux d’un manipulateur narcissique. Mais lui flaire sa faiblesse, et utilise son manque affectif et sa blessure d’abandon comme une porte d’entrée dans sa vie.

Détection de la dépendance affective et manipulateur

Le souci des manipulateurs pervers est donc, en début de relation, de débusquer ce trait de caractère chez leurs victimes. Cette phase d’observation est très active au cours de la fameuse « lune de miel », cette période idyllique au cours de laquelle la victime fait connaissance avec son bourreau. Au cours de cette période bénie, il va deviner, entrevoir et débusquer le moindre indice de dépendance affective dans son caractère de manière, à pouvoir mieux ensuite, bâtir son emprise psychologique sur elle.  Ces indices sont nombreux. Ils se révèlent souvent au détour de certains détails, certaines attitudes ou réactions.  Citons :

La timidité et la maladresse 

Le manque d’assurance est à coup sûr l’indice qui met les manipulateurs sur la trace d’une proie,  surtout lorsqu’il contraste avec les qualités d’une personne, qui, en apparence, semble avoir tout, ou du moins beaucoup pour elle. Car cela trahit souvent, qu’en dépit de toutes ses qualités, cette personne n’a pas reçu tout l’amour dont elle a eu besoin. Et c’est un signal fort pour un manipulateur pervers qui pense alors pouvoir jouer les sauveurs en s’emparant de ce manque.

La générosité 

Elle est souvent mal dosée chez les dépendants affectifs, qui confondent leurs besoins avec ceux de leur partenaire. Une propension à « donner trop » sera vue comme une faiblesse chez les manipulateurs affectifs qui voient en elle le signe prometteur d’une emprise facile, car, qui dit donner trop dit attendre  beaucoup !

Le besoin de protection     

Ce besoin est particulièrement cher à l’homme manipulateur, car bien des femmes l’éprouvent toujours aujourd’hui. Il s’alimente souvent d’un sentiment de n’être pas ou peu capable d’effectuer des actes de la vie courante. Cela peut concerner des choses très simples (comme ouvrir un bocal), aux défis plus compliqués, comme réussir un examen. Or, qu’y voit un manipulateur ? L’occasion de monnayer son aide contre une soumission totale. Comme par exemple, avec une victime qu’il soutient pour passer un concours s’il calcule qu’en retour, elle sera plus tard sous son contrôle pour pourvoir entièrement à ses besoin. « Tu n’aurais jamais réussi sans moi », lui dira t’il plus tard…

La solitude     

Ce malaise s’accompagne souvent de la peur du rejet et de sentiments d’indignité et de culpabilité. Il concerne beaucoup de personnes fragilisées par la vie, ce qui explique qu’il attire naturellement les prédateurs affectifs et autres manipulateurs narcissiques. Ils se feront forts, en effet, d’être omniprésents dans la vie de ces personnes, les comblant, au début de la relation, de mille choses agréables : sorties, cadeaux, compliments… Au regard de la situation de ces personnes, ces choses vont naturellement créer de la dépendance. Éblouies par tant d’attentions aussi inattendues, celles-ci tombent, de fait, dans le piège de la séduction.

 

Emprise et dépendance

 

La mise en dépendance des victimes passe donc par l’illusion que leur manque est comblé. Jamais elles ne se seront senties autant aimées, du moins, le croient-elles. Le problème va venir de la nature de la relation qui s’est installée avec le pervers, relation fusionnelle comme celle mère/nourrisson, cause de la dépendance. À ce stade, l’emprise est installée, et le pervers n’a pas plus qu’à jouer sur cette corde sensible pour obtenir systématiquement d’elles tout ce qu’il veut. Pourquoi ?

Parce que la dépendance affective induit, psychologiquement parlant, un mode relationnel qui se vit dans la souffrance. Plus le sujet est dépendant, plus il s’accroche à son bourreau, façon pour lui, de ne pas vivre l’abandon. Or, plus il s’y accroche, plus il se soumet et abdique sa propre volonté, tant la souffrance est grande : d’où un engrenage dont il est difficile de sortir.

Un narcissique manipulateur utilise instinctivement cette prédisposition chez son partenaire, car cela lui permet de jouer avec l’autre, de jouir de son pouvoir destructeur, et de se contempler dans cette position.

Les manipulateurs utilisent d’ailleurs pour cela divers procédés dont celui de souffler le chaud et le froid. Cela consiste à alterner « la carotte et le bâton », de manière à prendre la victime à revers entre des périodes de complicité et d’effusion de tendresse et des crises de folie et d’agressivité insupportable. Déstabilisée, la victime ne sait plus que penser et s’enfonce dans la culpabilisation. Le trouble vient du fait qu’il est difficile de croire à la perversion d’un partenaire, qui sait se montrer par ailleurs si gentil. La confusion psychologique s’installe et brouille peu à peu la réflexion, ce qui engendre aussi de la dévalorisation, du déni de soi et la tendance à culpabiliser toujours davantage…

 

En sortir

Il est difficile pour les victimes de rompre quand la dépendance affective à un manipulateur est installée. La situation est bloquée et l’on observe un problème d’altérité de part et d’autre de la relation. Pour le manipulateur dénué d’empathie, la personne de l’autre n’existe pas. Quant au sujet manipulé, il ne met pas suffisamment de distance entre lui et son objet d’attachement, paré, dans son inconscient, de toutes les qualités de ses rêves.

Pour démasquer leur partenaire et se libérer de l’emprise, les victimes doivent affronter cette fragilité qui les a amenées à ne plus exister que dans le regard de cet homme, ou de cette femme manipulatrice. Ce travail se fait en thérapie et permet de découvrir que derrière le rôle de victime, chacun porte une responsabilité inconsciente dans ce qui lui arrive. Le savoir permet d’en finir avec la manipulation mentale, source de ce type de relation hautement toxique.

Lire aussi , le dénigrement et la séquestration psychologique

 

Pascal Couderc

Psychanalyste, psychologue clinicien Montpellier et Paris et en téléconsultation pour les francophones partout en France et dans le monde.

Pascal Couderc en visio consultation

 

Articles récents

error: Contenu protégé !!
dolor commodo leo. suscipit neque. ultricies elementum mi, ipsum