La mise en dépendance

La Psychanalyse nous explique que l’expérience de la dépendance affective prend racine dans les interactions entre la mère et l’enfant.

Une mère déprimée, ou ayant elle-même manqué d’amour étant petite, n’est pas apte à satisfaire les besoins affectifs de son enfant.

Cette négligence le précipite dans une position de dépendance ; il est anxieux, il se sent seul et vide. C’est pourquoi il croit pouvoir trouver une réelle sécurité dans cette addiction affective à la mère, a fortiori aux parents. Le manque qu’il cherche à combler le poursuivra jusque dans ses relations amoureuses à l’âge adulte.

On se souvient du profil de la victime du pervers narcissique. Elle souffre d’une faille narcissique, c’est-à-dire d’un manque d’estime de soi et du regard valorisant que l’autre pose sur elle. Ce miroir perdu de l’enfance, elle pensera l’avoir trouvé dans les beaux yeux de son bourreau (des cœurs) ! Le pervers narcissique flaire sa faiblesse et utilise le manque affectif de sa victime comme une porte d’entrée dans sa vie. Il lui fait miroiter des sentiments aussi sincères que factices et crée, ainsi, la mise en dépendance. Tout l’amour qu’elle n’a pas reçu dans son enfance, lui, il est là pour le lui donner. Il sera son « sauveur » et, elle l’idolâtrera.

En bon manipulateur, le pervers narcissique obtient de sa victime ce qu’il veut, puisqu’elle serait prête à tout pour ne pas être abandonnée. La dépendance est solide et totale ; il vous a mise sous emprise.

Dans la réalité, la compagne du pervers narcissique aura l’impression de n’avoir jamais été aimée de la sorte, que c’est la première fois qu’elle aime et qu’on l’aime aussi fort et sincèrement. Tous les prétextes seront bons pour vous faire croire en son amour, inconditionnel et éternel. Baisers, gestes tendres, mots doux, surprises, cadeaux en tous genre, sont les pions qu’il avance lentement sur l’échiquier.

Il est entrain de faire de vous SA chose.

En réalité il ne vous aime pas, il n’aime personne, c’est un handicapé du cœur.

Partagez Partager sur FacebookPartager sur GooglePlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedinPartager sur Pinterest