Qu’est-ce que le benching ? Les dérives des relations amoureuses modernes

Le Reconnaitre

Temps de lecture : 6 minutes

Qu’est-ce que le benching ? Peut-être ne l’avez-vous pas encore vécu, ou bien c’était sans le savoir. Pour saisir le concept afin de le repérer et s’en protéger, rien de mieux que d’utiliser l’image dont il tire son nom. Visualisez un joueur de foot remplaçant en plein match en train d’assister aux trépidantes actions de son équipe depuis son banc de touche (dit “bench” en anglais). L’excitation, l’envie, l’engagement, la préparation sont bien là, mais le terrain ne lui est pas encore accessible. Pour qu’il puisse entrer en jeu, il faut que quelqu’un décide de son utilité. Donc, il attend. En trépignant. Et peut-être pour rien. Saisissez-vous le rapport avec les relations amoureuses ? Creusons encore…

Pour la version audio, cliquez sur ▷ PLAY et écoutez instantanément le podcast ou sur « Download » (sous le player) pour le recevoir directement sur votre appareil ! La version texte se trouve juste à la suite.

Qu’est-ce que le benching ? Les dérives des relations amoureuses modernes

Être benché, c’est quoi ?

Cela fait des jours, voire des semaines que vous attendez un signe de votre partenaire. Il n’y a pas eu de dispute, ni de tension lorsque vous étiez tous les deux. La connexion, les compliments, les promesses étaient même bien là tant que vous étiez ensemble. Et puis il a bien fallu se séparer momentanément (enfin ça, c’est ce qui était implicite pour vous) pour retourner chacun à sa vie. Mais sans explication, le silence radio est devenu du ghosting… Jusqu’à ce que le fantôme ressuscite !

Le scénario perpétuel du benching

Le désarroi dans lequel vous vous trouvez en l’absence de l’autre est pénible à vivre et ce, même si vous n’éprouvez pas encore de sentiments amoureux. Le plus dur, il faut bien l’admettre, c’est cet inconfortable sentiment de rejet qui fait bien plus mal que le réel manque de l’autre. Mais vous finissez par vous faire une raison et commencez à passer à autre chose. Soudain, alors que vous n’y croyiez presque plus, votre téléphone retentit et son nom apparaît sur l’écran. Il est suivi du typique “Hey, ça va toi ?” ou toute autre variante. Comme un hameçon qu’on laisse traîner là pour voir si ça mord.

Et ça marche : vous mordez, parce que peut-être qu’enfin vous allez recevoir une explication valable qui disculperait totalement son silence et réparerait ainsi cette blessure à l’égo que vous venez de subir. La conversation reprend donc, comme si de rien n’était. D’ailleurs, vous ne saurez rien qui justifie cette disparition, à part éventuellement quelques excuses fumeuses loin d’être convaincantes. Mais peu importe, votre partenaire est revenu et c’est tout ce qui compte, non ? Vous allez vraisemblablement vous revoir et ce sera bien. Malheureusement, inutile de vous leurrer : vous devrez à nouveau supporter l’indifférence, puis le retour… ou pas. Ce scénario n’a plus qu’à tourner en boucle pour devenir le cercle vicieux du benching. Et il durera tant que vous le permettrez.

Comment s’explique la tendance au benching en amour ?

Abreuvés de contes fantastiques, de films romantiques et d’histoires à l’eau de rose, on a pratiquement tous grandi avec en tête l’idéal d’un amour fusionnel qui nous confèrerait un statut à part, voire supérieur aux yeux de notre partenaire. Eh bien pour une personne qui est benchée, c’est exactement l’inverse qui se produit. Elle n’est qu’un plan B, une option qu’on se garde sous le coude “au cas où”, une solution de repli, un substitut, une compensation, un moindre mal, bref : c’est quelqu’un de facultatif.

Pourtant, le bencheur ou la bencheuse le sait : cette personne est tout à fait convenable et agréable. Si ses qualités ne sont absolument pas à remettre en cause, ce n’est malheureusement pas celle qui fait battre son cœur. Alors pourquoi la garder égoïstement au chaud, aux dépens de son bonheur à elle ?

Qui sont les bencheurs ?

Bencher n’est pas forcément le fruit d’une démarche consciente ou préméditant la malveillance. Toutefois, il s’agit systématiquement d’une attitude autocentrée, voire d’un mécanisme de défense.

L’insupportable frustration

C’est un fait, le rapport aux relations amoureuses est plus que jamais entaché par le consumérisme omniprésent de notre société. Et qui dit “consommation” dit “produit” ou “objet”. Les bencheurs utilisent donc leurs partenaires comme des instruments et non des individus doués d’émotions, d’où l’absence de sentiment dont ils font preuve. On veut tout, tout de suite selon les termes que nous fixons nous-mêmes. Du coup, la frustration n’a plus vraiment sa place et s’en trouve d’autant plus mal gérée, à la manière d’un individu immature.

Parmi les moyens d’y pallier, trouver des substituts à l’objet de convoitise inatteignable pour l’instant amène une forme d’apaisement. Pour le benching, cela peut se manifester à travers ces réflexions : “Je n’ai pas encore trouvé le grand amour, mais j’ai une copine sympa” ou bien “ma liberté compte plus que tout, mais j’ai quelqu’un qui est là pour moi quand la solitude me pèse”. Ainsi, le cumul d’options, c’est-à-dire s’aménager des solutions de remplacement, donne l’impression de contrer la menace du vide. Quoi qu’il arrive, la démarche est totalement autocentrée, faisant fi de l’empathie et du respect envers l’autre.

Comment guérir ces bourreaux de l’amour ?

Le plus souvent, un individu a recours au benching pour trois types de raisons :

  1. Quelqu’un d’autre occupe ses pensées.
  2. La peur de l’engagement l’empêche de nouer des liens.
  3. Il s‘agit d’un jeu de manipulation affective.

Dans le premier cas, il peut s’agir de l’ex difficile à oublier, car le deuil sentimental n’est pas encore fait, ou bien de l’amour impossible à assouvir, que ce soit à cause de la distance, de l’indisponibilité de l’autre, etc. Dans ce cas, on se console avec quelqu’un de convenable, mais l’attachement étant empêché, on pratique le benching par manque d’engagement, parfois même sans s’en rendre compte.
Dans le deuxième cas, les bencheurs éprouvent généralement des difficultés à évoluer vers un rapport plus sain à l’autre, le plus souvent à cause d’un traumatisme non résolu. Ainsi, pour ne pas expérimenter l’émotion pénible de la souffrance, ils se coupent de toutes formes d’émois.
Mais dans le troisième cas, il s’agit probablement d’un profil pervers narcissique qui éprouve une certaine jouissance à constater son emprise sur autrui en jouant avec ses émotions.

Que faire quand on est victime de benching ?

Vous avez identifié le phénomène du benching et vous vous demandez s’il y a de l’espoir pour l’avenir de votre relation avec le malotru ? Quelles leçons doit-on tirer de cette expérience ?

Faut-il attendre que le bencheur change ?

Si votre bencheur présente les caractéristiques du manipulateur sentimental, la fuite doit être immédiate et sans la moindre équivoque. Pour s’en sortir plus facilement et plus rapidement, un accompagnement thérapeutique est tout indiqué, surtout pour vous éviter de retomber dans un autre de ces schémas amoureux malsains, même avec quelqu’un d’autre. Si tout indique que votre partenaire est simplement perdu et éprouve des difficultés d’attachement, cela laisse entrevoir une possible résolution de son problème, à terme. Mais ne vous y méprenez pas : une personne momentanément indisponible sur le plan affectif prendra du temps à guérir. Il lui faudra :

  • prendre conscience du problème (ce qui peut ne jamais arriver) ;
  • manifester la volonté de le traiter ;
  • trouver le bon accompagnement dans cette démarche (de préférence le suivi psychologique).

Autant dire que même avec une bonne dose de détermination, le chemin sera long et semé d’embûches. Mais surtout, quelles sont les chances que votre relation se relève d’un démarrage aussi problématique ? Vaut-elle vraiment le coup que vous vous y accrochiez, sachant que votre partenaire n’éprouve probablement pas de sentiments amoureux envers vous ?

Comment éviter d’être benché à l’avenir ?

Quel que soit le problème à l’origine de votre benching, un peu de réalisme de votre part s’impose : il n’y a que très peu de chance que cette relation connaisse une issue heureuse. Il est donc primordial d’effectuer un travail sur soi et de comprendre pourquoi vous avez permis que l’on vous traite comme un choix par défaut. En d’autres termes, il est temps de vous intéresser à vous, à vos failles narcissiques et à votre propre estime. Peut-être souffrez-vous de dépendance affective, ce qui vous pousse à reproduire des schémas relationnels toxiques ? Sachez qu’en effectuant un travail d’introspection, vous pouvez vous libérer enfin des comportements qui nuisent à votre épanouissement personnel.

Savoir ce qu’est le benching vous permettra désormais de voir le phénomène arriver de loin. Cela peut s’avérer utile pour vous, comme pour votre entourage, car c’est une pratique qui, tout comme le ghosting, prend beaucoup d’ampleur avec l’usage d’internet et des applications de dating. Sans parler de comportement forcément pervers de la part du bencheur, cela reste de la manipulation affective où les intérêts de l’individu qui se trouve instrumentalisé ne comptent pas. Ça ne fait pas rêver, n’est-ce pas ? Alors quittez le banc des remplaçants et allez rejoindre l’équipe qui vous appréciera à votre juste valeur.

error: Alert: Content is protected !!