Témoignage de Fleur

Bonjour je m’appelle Fleur, j’ai 42 ans, 21 ans de mariage pour le meilleur et pour le pire et je vous assure que pour le pire c’est le meilleur !

Bref, on s’est rencontré en juin 2000 j’étais séparée du père de mon fils qui m’avait trompé chez moi avec ma meilleure amie.

Une séparation difficile car mon fils de 3 ans était fusionnel avec son père mais j’ai eu le courage à ce moment-là de le quitter je vous dis ça car ce qui vient après n’était pas admissible.

Je suis tombée sous le charme de mon mari lui, si beau, si gentil, si charismatique, presque tout de suite et nous avons emménagé ensemble au bout d’un mois après notre première rencontre.

Tout était parfait il s’occupait de mon fils comme un bon père et il était très attentionné avec moi et nous avons donc décidé de nous marier.

Donc, en février 2001 on s’est unis et je suis tombée enceinte de ma fille : le premier enfant de notre couple. Et là, un jour, j’ai voulu sortir avec une amie et il s’y est opposé et comme je ne voyais pas pourquoi je lui serai soumise j’ai voulu sortir malgré tout et là, j’ai reçu mon premier coup !

En fait, c’était plutôt une projection au sol et presque immédiatement il s’est mis à pleurer et à me demander pardon, en me disant que jamais ça ne lui était arrivé, et qu’il ne ferait jamais ça.

J’ai laissé passer et puis ça se passait mieux, mais je ne voyais plus mes amis car il pensait qu’ils avaient un effet néfaste pour moi.

Je me suis laissée faire pour ne pas avoir d’histoire et je l’aimais tellement !

Mais c’était bien le début de 21 ans de violence conjugale et physiologique  !!!

Maintenant ça fait 14 mois qu’il est en prison et attends son procès.

j’ai honte d’avoir étalé ma vie avec sos femme car ils ont fait un signalement au procureur mais ça m’a certainement sauvé de cette situation.

Je n’arrive pas à me défaire de lui.

J’apprends à vivre seule avec mes enfants, ce n’est pas facile mais j’y arrive.

Je ne suis pas si nulle qu’il le disait.

Je vous envoie un message de soutien car je ne croyais jamais m’en sortir et j’en sort petit à petit

Il faut se faire aider par un psy pour comprendre pourquoi on a supporté tout ça car la plupart des gens ne comprennent pas pour eux.

C’est simple, il fallait partir !

Je souhaite que chacun, chacune victime de PN s’en sorte

Vous avez besoin d'aide ?

Venez échanger avec nos psychogues spécialisés

  • Réponse rapide assurée
  • Rendez-vous en visio en quelques jours maximum
  • Partout dans le monde et en France pour les francophones
  • Equipe de psychologues spécialisés diplômés (ADELI)