Comment partir ?

Vous avez pris conscience que vous viviez avec un pervers narcissique et vous avez décidé de le quitter. Reste à savoir comment, car ce n’est pas chose aisée. Le point positif, c’est que vous n’êtes plus sensible à ses charmes et ne vous laissez plus envoutée par ses beaux discours, du moins, par moments.

Mais, quand le pervers narcissique sent que sa « chose » lui échappe, il s’apprête à déployer tout un arsenal pour la garder sous son emprise. C’est un déchaînement de violence psychologique qui s’abat sur sa cible alternant avec des moments de rêve comme vous croyiez qu’il n’en était plus capable (vous pensez, que vous n’étiez plus capable de lui inspirer). Attention, c’est un piège…

Cette violence n’est pas du tout la même que celle d’une séparation normale. Dans toute séparation, la dignité de l’autre est respectée et la culpabilité est partagée. On souffre, certes, mais il n’y a pas de traumatisme.

À ce moment là de la relation, vous vous sentez à bout de force. Vous êtes totalement sidérée, dépassée. Vous craignez de ne pas être capable de vous en défaire, de perdre vos enfants, de vous retrouver seule.

Attention, le pervers narcissique inversera les rôles et se fera passer pour la victime. Il vous accusera d’avoir perdu la tête, d’être incapable d’élever des enfants, d’être inapte à retravailler si vous ne travaillez plus,etc… Mais, ne le laissez pas vous en convaincre car, vous savez désormais à qui vous avez affaire, ne l’oubliez pas !

Après consultation chez un thérapeute spécialisé (qui connait bien la question), vous avez pris rendez-vous chez une avocate (spécialisée). Ça y est : vous demandez le divorce ! C’est le début d’une lutte acharnée contre un homme prêt à tout pour vous détruire et ce, jusqu’au bout. Mais le recours à la loi vous protège, ne l’oubliez pas.

Le pervers narcissique déclenche une avalanche de procédures pour tout et rien. Il fait appel de toutes les décisions. Le divorce peut durer !

Ne vous laissez pas impressionner. Car vous aurez, en plus d’avoir retrouvé le soutien et l’aide de vos proches, la justice de votre côté. La loi de 2010 sur les violences conjugales – y compris psychologiques – rend désormais possible une condamnation pénale pour harcèlement au sein du couple. Même si le délit est parfois difficile à prouver, encore une fois, la loi vous protège.

Une ordonnance de protection, valable quatre mois renouvelables, peut également tenir l’agresseur à distance. Vous n’êtes donc ni seule, ni démunie. (voir les textes ici : La mesure de protection)

Au cours du divorce, le pervers narcissique peut instrumentaliser les enfants, qu’il va utiliser comme une arme pour vous nuire. Dénigrement de l’autre parent, surenchère de cadeaux, altercations et provocations familiale (voir le syndrome d’aliénation parentale) ; les enfants finissant parfois par se retourner contre leur mère. A terme, les enfants ne seront pas dupes.

Après un certain temps, le pervers narcissique comprend que vous n’êtes plus réceptive à ses manœuvres manipulatoires. Vous savez définitivement qui il est et, vous êtes déterminée à vous en séparer. La partie est peut-être terminée, si vous avez des enfants ensemble, il va se concentrer sur ce qui lui reste de pouvoir sur vous, à savoir les enfants, le droit de garde et d’hébergement, la pension alimentaire…

Si vous n’avez pas d’enfant ensemble, il finit par lâcher prise car il considère qu’il n’a plus rien à tirer de vous. Autrement dit, vous ne lui servez plus à rien car vous n’êtes plus sous hypnose. L’illusion qu’il créait sous vos yeux ne fait plus effet et, le pervers narcissique ne saurait se montrer sous son vrai jour. Attendez-vous à ce qu’il se présente comme une victime héroïque, c’est lui qui est parti après avoir tout fait pour sauver son couple, mais, décidément, vous êtes “trop perturbée” va-t-il dire à l’entourage.

Il a perdu son objet et l’unique chose qui le préoccupe à présent, c’est d’en trouver un autre ! La rapidité avec laquelle vous allez être remplacée est étonnante. Plutôt que jalouser la suivante, plaignez-la !

Désormais, c’est vous qui importez et, il va falloir vous réparer, vous réanimer, vous retrouver. Comment ?… En consultant la rubrique « Se reconstruire ? ».

 

Partagez Partager sur FacebookPartager sur LinkedinPartager sur GooglePlusPartager sur TwitterPartager sur Pinterest

8 Responses to Comment partir ?

  1. Lila says:

    J’ai oublié un détail, c’est quand il m’a connu j’étais pas bien moralement, j’étais fragile, j’avais des problèmes avec ma mère, et j’étais instable dans mes études, il avait vite cerner et compris mon état. Et aussi, j’ai grandi avec une mère toxique qui reposait son mal être sur moi. Chantage psychologique. Je devais faire tout ce qu’elle voulait sinon c’était le rejet, les critiques. Donc quand je l’avais connu je n’étais pas très lucide pour juger, pour moi, c’était mon sauveur. Mais malheureusement en réalité, un sauver qui a utilisé ma fragilité pour mieux me manipuler

  2. Lemoine says:

    Bonjour je suis tombée sur votre article qui me fais confirmer ce que j’ ai réalisé après 13 années ,mariage enfants, je sors tout juste de cette relation et je suis encore fragile de cette manipulation ,j’ aimerais pouvoir trouver la force de me battre pour moi et notre fils en commun.aujourd hui il refait sa vie en un éclair a peine 2 mois de séparation il est déjà chez elle qui d ailleurs et mère de famille aussi. Et cette relation avec elle a commencé dès le début de notre séparation c est a dire qql jour a peine d avoir franchir la porte du nid conjugale.j ai subit ainsi que mes enfants exactement les mêmes choses que je lis dans cette article .il a tt fait pour partir et aujourd’hui,joue la victime sur le fait de cette séparation ( limite c est moi qui l’ pousser dans ls bras d une autre…) Et aussi rapide également il a entamé une procédure de divorce pour avoir la garde de notre fils en commun.tout en me demandant d avoir un lien affectif comme ( être sa maîtresse) rabaisse sa nouvelle relation sur son physique et / ou autre la compare a moi ect… Maintenant que j’ ai réalisé même si sa fait terriblement mal.que je dois tt reconstruire a zéro.mlgre ses tentatives de me revoir ect . Je veus définitivement me protéger de lui ainsi que mes enfants ,mais comment faire svp.?? J’ ai pu récupérer ma famille dont j’ avais couper tt lien et avais perdu .mais je sais qui va me falloir malgré tout bcp plus.pour m en d effaire.besoin d aide.merci a Vs cordialement

  3. BELLI says:

    Bonjour
    Je viens de tomber sur ce site et j’ai eu un intérêt à lire le document ainsi que les témoignages. Pourquoi ?? Simplement que depuis 8 ans je fréquentais un MPN. Il y’a eu plusieurs ruptures mais à chaque fois je suis retombée dans ses bras et jusqu’à aujourd’hui j’étais encore avec lui sauf que je viens de mettre un terme à cette relation qui m’a épuisé simplement en étant foutiste de tous ce qui pouvait me dire par sms . Il tentait de me manipuler avec les bons mots car il connaissais mes attentes et puis j’ai joué à son propre jeu tout en lui exprimant mon sentiment de tu ne me touche pas psychologiquement avec tes phrases . Par contre j’aurais souhaité avoir quelques conseils pour vraiment ne plus le confronter.
    J’espère juste qu’il ne reviendra plus avec son air de petit agneau doux car c’est sa spécialité pour me faire replonger.

  4. Salomé says:

    Bonjour,

    je suis fraichement séparée d’un pervers narcissique, je me sens plutôt chanceuse car ce calvaire n’a duré que 4 mois .. certainement grâce à ma famille très proche et lucide.

    alors voila, il y a 4 mois je le rencontre et c’est le coup de foudre, l’évidence, nos gouts, nos valeurs, nos rêves et projets concordent ! je le vois tel un prince charmant ! il m’a fait miroiter que toutes mes aspirations étaient réalisables avec lui ! nous parlions bébé, mariage ..
    à peine quelques semaines plus tard, il a commencé à exercer une sorte de contrôle, me prouvant qu’il avait raison par la morale, la logique, ses intuitions .. il avait très souvent raison. je lui faisait donc confiance. Puis je me suis rendue compte qu’il voyait le mal partout, ce qui était très angoissant pour moi car je suis quelqu’un d’assez positive !
    il m’a fait part de son enfance difficile, de son parcours de vie, de son boulot qui l’épuisait, les autres étaient de vrais bourreaux pour lui. J’avais donc tellement d’empathie pour lui. Lorsque quelque chose n’allait pas, je lui en faisait part, nous avions alors de longues discutions, enfait c’est plutôt lui qui parlait de longues heures du pourquoi du comment il agissait ainsi .. et moi je n’en pouvait plus, je lui trouvais des excuses : son mal être.
    je lui ai prêté de l’argent qu’il m’avait promis de me rendre (il ne l’a jamais fait), il me réveillais la nuit alors que je travails pour me parler (sans empathie donc), il m’a imposé une abstinence longue (de toutes marques affectives, bisous, calins et +) prétextant du stresse ..
    devant les gens j’étais son ange gardien, la il était calin, mais retour à la maison, distant et froid.
    il a fait une ou deux fois la vaisselle et le gazon au début puis plus rien, il n’avait plus de voiture, je lui ai ainsi prêté la mienne, il l’a abîmé en lui niant évidement lorsque je lui disait de faire plus attention.
    je fais des cauchemars depuis 3 mois, je suis très stressée, angoissée et fatiguée .. j’essaye toujours de faire au mieux pour qu’il soit bien mais cela ne va jamais assez, il a toujours mal au ventre (c’est souvent ma faute car je ne couvre pas bien les aliments au frigo), des insomnies et je dois le subir, alors que si moi j’ai mal il m’accuse de faire de la comédie.
    d’après lui, je ne l’écoute pas, (je repose souvent les mêmes questions car il n’est pas clair et cela l’énerve au plus haut point), je suis tête en l’air, heureusement qu’il est là pour me “remonter le moral”, il s’invente des responsabilités.
    Il a perdu le permis (alcoolémie) et m’a biensure fait porter la faute.
    il y a une semaine j’apprend que je suis enceinte. Il a piqué une colère noire car je ne lui ai pas annoncé de la bonne manière selon lui, et il est parti en rage. J’étais complètement sous le choc .. je me suis excusée car j’aurai peut être pu faire mieux mais sa colère et son manque de respect envers moi ne sont tout de même pas justifiés. Il m’a poussé, et fais pleurer, et quand je lui ai répondu sa colère a doublé. habitant à coté de ma grand mère, celle ci a eu très peur, elle a prévenu mes parents qui sont arrivés, la il leur a dit sans ménagement que j’étais enceinte en hurlant … le lendemain il est venu chercher des affaires (avec 3h de retard comme d’habitude) je lui ai annoncé que je ne voulais plus être avec lui qu’il m’avait fait trop de mal. depuis plus de nouvelles, il n’a même pas essayé de me retenir RIEN !

    toute cette histoire est très récente, et je dois maintenant faire face.

    merci de m’avoir lue, cela me fait du bien de témoigner, je m’en veux beaucoup d’être tombée la dedans…

    S.K.

  5. Pascal Couderc says:

    Faîtes-nous part de votre expérience !

    • Vanmansart says:

      Bonjour,
      Je suis toujours avec ce que je pense de plus en plus “un pervers manipulateur”.
      Je travaillais en gendarmerie et j’étais en couple avec 2 petites belles-filles. Il a su en quelques semaines me montrer que ma relation était toxique et je suis tombée dans ses bras. Il était parfait, il faisait tout et se plier en 4 pour me rendre heureuse. Alors j’ai quitté mon boulot, mon ex, mes belles filles, mon chien, ma maison, la région même pour vivre cette magnifique vie qui m’attendait.
      Un mois après, j’ai appris que j’étais enceinte. Ça faisait des mois qu’il me poussait à avoir un enfant avec lui (il en a 4 avec 2 femmes différentes). Et là, tout à changer il m’a fait vivre l’horreur durant toute ma grossesse. Je travaillais avec des enfants polyhandicapes et me disait: “tu vas perdre le bébé, arrête de porter, si tu prends un coup dans le ventre tu verras ce que je vais te faire,…” et il dénigrait mon boulot que je fais a domicile (lui ne travaillait pas mais ne m’aidait pas) et tous mes gestes (mes tenues, ma famille, mes rdv pro,..). Le jour de mon accouchement il a fait 3 crises: la première je ne m’en souviens plus je crois que mon cerveau a fait abstraction durant les contractions, la seconde une crise de jalousie car j’ai posté une photo de mon chien sur le mur de ma copine éleveuse et qu’un de ses abonné a mis un commentaire (2min avant la sage femme me dit qu’elle revient pour qu’on commence à pousser) et la dernière a 01h20 du matin parce que monsieur est fatigué et veut rentrer (arrivée la veille à 06h45 du matin et en travail toute la journée sans manger sans boire alors que lui est sorti boire manger et fumer sans problème). Je ne suis restée que 2,5 jours à l’hôpital car ma fille pleurait beaucoup et en rentrant il me dit ça va tu t’es bien reposée toi. J’ai allaité mon bébé que 2 mois parce que je ne savais pas faire, qu’elle pleurait parce que je n’avais pas assez de lait,… J’étais maman pour la première fois et lui 5eme donc il savait. Bébé va avoir 11 mois, j’ai changé de boulot, j’accueille un ado un peu déficient mais ça ne va toujours pas, j’ai des réunions comme dans tous boulots et c’est inadmissible (je suis une mauvaise mère parce que ma fille va chez une assistante maternelle 2 demies journées par semaines depuis 1 mois), il s’en prend même à mon ado tu ranges rien, tu n’aides pas,… Mais lui ne fait rien non plus (il ne paie aucune facture depuis 2 ans bientôt, ni les courses, ni quoique ce soit pour bébé, il critique sans cesse tout et n’importe quoi/qui, ne ramasse pas ses affaires, je fais le ménage dès qu’il rentre en 10min la pièce est sans dessus dessous,…). Vous devez me lire et vous demander pourquoi il est encore là la réponse est simple: j’ai peur, j’ai peur de lui de ce qu’il peut faire, j’ai peur qu’il prenne mon bébé (des menaces à son sujet j’en ai eu énormément même enceinte) et je culpabilise beaucoup parce qu’il m’a endormi et j’ai perdu ma famille (mon ex, mes belles filles, mon chien, mes amis,…). Aujourd’hui je tiens pour mon bébé je me lève le matin pour elle et je travaille pour assumer les dépenses de la vie pour elle pour qu’elle ne manque de rien. Ses agressions perpétuelles j’essaie de les ignorer même si ça fait toujours mal, je cache mes réunions car depuis peu il a trouvé un job donc il ne sait pas quand je pars en rdv pro, il surveille sans arrêt ce que je fais alors je ne réponds plus systématiquement à ses SMS je lui dis que je n’avais pas mon téléphone et j’ai des crises. J’ai tout essayé être la femme parfaite mais il y a toujours quelque chose à dire et a critiquer, je pense mériter ce qu’il m’arrive car j’ai induit beaucoup de souffrance en quittant mon ancienne vie. Voilà triste constat.

    • Lila says:

      Je suis marié avec lui depuis 8 ans, après 4 ans de relation. Quand on s’était connus c’était l’homme parfait attentif, très attentionné, sauf que tout le temps collé à moi. Il ne travaillait pas à l’époque, il m’accompagnait tous les jours à la fac, collé à moi 7j/7. Petit à petit sans que je m’en rende compte, j’ai commencé à être déstabilisée et à complètement perdre confiance en moi. C’était d’écouter ce qu’il avait sans cesse à redire sur tous mes faits et paroles! Rabaissait mes amis, ma famille et tout ce qui était rapport avec moi. Par contre se valorisait, valorisait tout son entourage! Il le faisait tellement subtilement qu’il me détruisait jour après jour sans que je ne m’en rende compte. Mon père l’a financé pour qu’il fasse un projet il y’a quelques années. Il a échoué dans son projet et bien sûr c’est la faute à mon père, alors que lui ne faisait pas d’efforts pour réussir, pendant que moi je travaillait en semaine, et je donnais des cours de soutien tous les week-end, tout mon argent y passer! J’étais sa caisse, pendant que lui se reposait! Change d’humeur, et souffle le chaud et le froid comme bon lui semble! Dès que je deviens distante et froide, il redevient l’homme parfait, au petit soin. Mais quand j’étais acquise et amoureuse, tout ce que je disais ou faisais n’était pas assez bien. Aujourd’hui après 12 ans de ralation je me sens psychologiquement et physiquement comme une bougie qui s’est éteinte, sans force, sans volonté, sans espoir. Tout le contraire de ce que j’étais avant. C’est un père formidable et toujours présent pour sa famille, et contrôle tout! M’accompagne partout comme ci que je risquait de m’enfuir. Je me sens emprisonné, embrouillée, perdue…. Je ne sais plus quoi faire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.