Comment partir ?

Vous avez pris conscience que vous viviez avec un pervers narcissique et vous avez décidé de le quitter. Reste à savoir comment, car ce n’est pas chose aisée. Le point positif, c’est que vous n’êtes plus sensible à ses charmes et ne vous laissez plus envoutée par ses beaux discours, du moins, par moments.

Mais, quand le pervers narcissique sent que sa « chose » lui échappe, il s’apprête à déployer tout un arsenal pour la garder sous son emprise. C’est un déchaînement de violence psychologique qui s’abat sur sa cible alternant avec des moments de rêve comme vous croyiez qu’il n’en était plus capable (vous pensez, que vous n’étiez plus capable de lui inspirer). Attention, c’est un piège…

Cette violence n’est pas du tout la même que celle d’une séparation normale. Dans toute séparation, la dignité de l’autre est respectée et la culpabilité est partagée. On souffre, certes, mais il n’y a pas de traumatisme.

À ce moment là de la relation, vous vous sentez à bout de force. Vous êtes totalement sidérée, dépassée. Vous craignez de ne pas être capable de vous en défaire, de perdre vos enfants, de vous retrouver seule.

Attention, le pervers narcissique inversera les rôles et se fera passer pour la victime. Il vous accusera d’avoir perdu la tête, d’être incapable d’élever des enfants, d’être inapte à retravailler si vous ne travaillez plus,etc… Mais, ne le laissez pas vous en convaincre car, vous savez désormais à qui vous avez affaire, ne l’oubliez pas !

Après consultation chez un thérapeute spécialisé (qui connait bien la question), vous avez pris rendez-vous chez une avocate (spécialisée). Ça y est : vous demandez le divorce ! C’est le début d’une lutte acharnée contre un homme prêt à tout pour vous détruire et ce, jusqu’au bout. Mais le recours à la loi vous protège, ne l’oubliez pas.

Le pervers narcissique déclenche une avalanche de procédures pour tout et rien. Il fait appel de toutes les décisions. Le divorce peut durer !

Ne vous laissez pas impressionner. Car vous aurez, en plus d’avoir retrouvé le soutien et l’aide de vos proches, la justice de votre côté. La loi de 2010 sur les violences conjugales – y compris psychologiques – rend désormais possible une condamnation pénale pour harcèlement au sein du couple. Même si le délit est parfois difficile à prouver, encore une fois, la loi vous protège.

Une ordonnance de protection, valable quatre mois renouvelables, peut également tenir l’agresseur à distance. Vous n’êtes donc ni seule, ni démunie. (voir les textes ici : La mesure de protection)

Au cours du divorce, le pervers narcissique peut instrumentaliser les enfants, qu’il va utiliser comme une arme pour vous nuire. Dénigrement de l’autre parent, surenchère de cadeaux, altercations et provocations familiale (voir le syndrome d’aliénation parentale) ; les enfants finissant parfois par se retourner contre leur mère. A terme, les enfants ne seront pas dupes.

Après un certain temps, le pervers narcissique comprend que vous n’êtes plus réceptive à ses manœuvres manipulatoires. Vous savez définitivement qui il est et, vous êtes déterminée à vous en séparer. La partie est peut-être terminée, si vous avez des enfants ensemble, il va se concentrer sur ce qui lui reste de pouvoir sur vous, à savoir les enfants, le droit de garde et d’hébergement, la pension alimentaire…

Si vous n’avez pas d’enfant ensemble, il finit par lâcher prise car il considère qu’il n’a plus rien à tirer de vous. Autrement dit, vous ne lui servez plus à rien car vous n’êtes plus sous hypnose. L’illusion qu’il créait sous vos yeux ne fait plus effet et, le pervers narcissique ne saurait se montrer sous son vrai jour. Attendez-vous à ce qu’il se présente comme une victime héroïque, c’est lui qui est parti après avoir tout fait pour sauver son couple, mais, décidément, vous êtes “trop perturbée” va-t-il dire à l’entourage.

Il a perdu son objet et l’unique chose qui le préoccupe à présent, c’est d’en trouver un autre ! La rapidité avec laquelle vous allez être remplacée est étonnante. Plutôt que jalouser la suivante, plaignez-la !

Désormais, c’est vous qui importez et, il va falloir vous réparer, vous réanimer, vous retrouver. Comment ?… En consultant la rubrique « Se reconstruire ? ».

 

Partagez Partager sur FacebookPartager sur GooglePlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedinPartager sur Pinterest

Une réponse à Comment partir ?

  1. Pascal Couderc dit :

    Faîtes-nous part de votre expérience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *