fbpx
Accueil » Le Reconnaitre » Comment vieillit le pervers narcissique

Comment vieillit le pervers narcissique

Comment vieillissent les manipulateurs narcissiques ?

Les victimes se posent beaucoup la question de savoir comment finissent les manipulateurs. Ils finissent seuls, puisque la perversion narcissique est un trouble dont on ne guérit pas. Leur stratégie manipulatoire se révèle aussi difficile à poursuivre sur le long terme et crée la menace permanente pour eux d’être découverts.

Comment finissent les manipulateurs : bref aperçu

Pour comprendre comment finissent les manipulateurs, il est intéressant de se pencher un peu sur le parcours de ce type de personnalité. Deux choses fondamentales méritent d’être soulignées : la première est que la personnalité perverse n’aime pas vieillir. La seconde, est que ce trouble du comportement ne fait que s’aggraver avec le temps.

Un manipulateur déteste bien sûr vieillir, car il déteste tout ce qui écorne la façade brillante de son narcissisme. La jeunesse et la beauté font partie de ces attributs qui lui facilitent l’usage de cette arme redoutable qu’est la séduction. Vieillir va donc signifier pour lui perdre de l’emprise et de son pouvoir sur les autres. Comme ce pouvoir est lié au corps, précieux miroir de son narcissisme, certains peuvent s’ingénier à nier ce déclin en recourant à tous les subterfuges esthétiques possibles : soins corporels, chirurgie, culture physique… Cet attachement excessif à leur apparence, qui malgré tous leurs efforts se délite, peut progressivement contribuer à faire tomber leur masque.

Plus profondément, il faut comprendre que la jeunesse, avec l’énergie qu’elle procure, signe souvent les meilleures années d’une personnalité perverse.

La vie à ce moment-là lui sourit : les sollicitations sont nombreuses, donc les proies faciles à cueillir. Le pervers acquiert alors toute son habilité de manipulateur et va l’exercer dans tous les milieux possibles : professionnels, associatifs et bien sûr, dans la sphère privée. Il arrive ainsi à une maîtrise maximale de sa capacité de nuisance et de manipulation. Cette période bénie lui permet de se « nourrir » abondamment des autres, dont il capte selon les milieux,  la protection (dans le travail et dans le champ social), les ressources et la vitalité (dans sa vie amicale et sentimentale). Il progresse dans l’existence, mais sa quête du « toujours plus » va petit à petit l’amener à connaître ses premiers  échecs.

Le risque pour les pervers narcissiques avec le temps est de tomber sur des proies plus difficiles à garder, soit qu’ils vieillissent, soit que leur narcissisme les amène à se surestimer. Or, quand une proie s’échappe, elle divulgue souvent leur vraie nature et abîme la façade sociale irréprochable qu’ils ont mis du temps à se construire. Si une autorité comme la loi s’en mêle, c’est tout leur univers qui s’effondre, car cela signifie que c’est la société dans son ensemble qui les a démasqués.

Ils craignent alors pour leur réputation et sont contraints d’abandonner les emprises qu’ils maintiennent sur leur environnement.

Ne connaissant que la manipulation, ils ne se remettent pas en question pour autant, et préfèrent fuir. Ils partent ainsi essaimer ailleurs, sous des cieux plus cléments, leurs stratégies manipulatoires.

C’est la raison qui explique que l’itinéraire d’un pervers narcissique soit souvent instable et ponctué de départs et de perpétuels recommencements. Aucun changement profond, aucune remise en question n’est possible pour lui.
Il reproduira indéfiniment ses mêmes logiques tout au long de son parcours. Logiques qui vont causer à la longue, une frustration croissante. Ses besoins narcissiques, de moins en moins assouvis croissent ainsi avec le temps. Le manipulateur n’en devient que plus dangereux, car toujours plus insatisfait.

Son comportement envers ses proies

Le temps et l’âge rendent donc plus difficile pour le pervers narcissique la capture de nouvelles proies. Il aura donc tendance à s’acharner d’autant plus sur celles qu’il aura eu du mal à trouver.

Selon les individus, certains vont être aux abois et donc enclins à s’en prendre à un maximum de personnes. Leurs comportements donnent lieu alors à des débordements et il devient de plus en plus difficile pour eux de dissimuler leur vraie nature. Leurs addictions, comme l’alcool, deviennent plus voyantes, ce qui les trahit et les isole. Ce type de trajectoire s’observe quand le manipulateur s’épuise à renouveler ses stratégies manipulatoires.

Les manipulateurs plus habiles, par contre, auront raffiné leur art et mis à profit leur longue expérience pour ferrer plus finement leurs proies. Ceux-là sont les plus dangereux. Ils ne s’en prendront pas au tout-venant, mais vont savoir sélectionner soigneusement leurs victimes.

Néanmoins, le recrutement de nouvelles proies se raréfie, car, avec l’âge, les individus mûrissent et sont souvent moins réceptifs à la manipulation. Sur le plan affectif, notamment, il sera plus difficile pour le pervers narcissique de trouver un partenaire de son âge.

Mais certains pallient à ce problème en jetant leur dévolu sur des proies plus jeunes, qui ont la particularité de flatter aussi leur égo.

À un âge avancé, les manipulateurs finissent seuls, mais toujours en tentant de maintenir une emprise sur les autres. Cela se joue au niveau de la famille, où ils tentent encore de s’accrocher à quelques victimes, notamment au nom des liens du sang ou de l’amitié. Mais ces dernières manipulations sont souvent vouées à l’échec et finissent par les isoler complétement.

En fin de vie, un pervers narcissique se retrouve donc souvent privé du reflet de l’autre qui lui renvoie l’image grandiose dont il a besoin. Face à lui-même, il est aussi privé de dérivatifs pour la rage qui le consume. Il va cracher alors sa haine sur le monde, devenant extrêmement agressif et insultant avec quiconque ose l’approcher. Il représente une vraie nuisance pour son entourage, notamment pour les personnels soignants des maisons de repos, victimes en bout de chaîne de sa tyrannie.

Quant aux anciennes proies du pervers narcissiques, il ne les oublie jamais, même après de très longues années… S’il leur arrive par malheur de le recroiser, sa haine reste intacte, particulièrement si elles ont eu la chance de lui échapper. Un pervers narcissique est incapable de faire son deuil ou de renoncer. Trop parfait pour changer, il reste jusqu’au bout fidèle à ce qu’il est.

Pascal Couderc, psychologue clinicien et psychanalyste, accompagnent ceux et celles qui souhaitent s’affranchir d’un manipulateur. La thérapie par Skype permet de s’extraire d’une relation toxique et d’échapper aux partenaires malsains.

A lire aussi : le manipulateur pervers et l’alcool et le pervers narcissique est-il heureux ?

Ainsi que les témoignages de victimes.

Pascal Couderc

Psychanalyste, psychologue clinicien sur Montpellier et Paris et en téléconsultation pour les francophones partout dans le monde.

error: Alert: Content is protected !!