Léa

Bonjour,

Je sors récemment d’une rupture, après 4 ans de relation, très difficile et traumatisante  avec un PN. J’ai écrit durant notre relation  ce que je vivais pour garder une trace car je sentais que je perdais le contrôle sur ma propre logique. Écrire m’a beaucoup aidé, j’ai mis à jour mon récit pour me donner plus de force et de courage pour tout reconstruire.

Voici mon témoignage :

« Je ne sais pas de quoi sera fait demain, mais je sais qu’hier n’existe plus. « 

Tout commence un soir de Juillet 2017.

J’étais heureuse et j’avais juste besoin d’une vie à deux en toute simplicité.Je le rencontre, rien ne laisse à penser qu’il est instable. Il a un métier passionnant qui fait rêver, une vie qui semble saine, une allure élégante et très soignée, un sourire d’une blancheur extrême, une élocution parfaite et une culture certaine. Je peux donc envisager de le connaitre davantage. C’est ici que l’histoire commence……loin d’imaginer ce que j’allais vivre durant 4 ans. Je vais donc vous raconter comment un jour de Janvier 2022 c’est la prison qui a définitivement mis un terme à notre relation…Les récits qui vont suivre seront peut-être difficiles à lire ou à imaginer, mais c’est ce que j’ai vécu.Je ne dénigre pas, je n’éprouve pas de haine, je ne rêve pas de vengeance et je ne citerai aucun nom.C’est simplement un témoignage sincère d’une personne qui espérait vivre une belle histoire d’amour.C’est malheureux et j’ai de la peine de savoir que certaines personnes subissent leurs propres traumatismes ou failles, sans jamais être assez courageuses ou conscientes pour soigner cela. Et souvent ce sont les autres, les proches qui en subissent les conséquences.

Aujourd’hui.

Je dois tout reconstruire dans ma vie, avec, c’est certain, des regards critiques ou innocents sur moi. Ils sont infondés et personne d’autre que moi ne pourra témoigner de ce que j’ai vécu au sein de cette relation H24. Et je n’en veux pas à ces personnes qui auront été manipulées, soit par des belles paroles, soit par des versements d’argent.Mais une chose est sûre, jamais je ne perdrai la bienveillance et l’empathie qui font partie de moi. Bien sûr, je vais apprendre à doser tout cela avec les personnes qui le méritent vraiment.« Sans moi tu n’es rien. Avant de te connaître tu étais une m*rde, le prochain moche va bien profiter, car je t’ai monté vers le haut.Tu ne retrouveras jamais quelqu’un comme moi, tu vas t’en mordre les doigts. Tu es une m*rde sans moi »

Comment j’ai pu le laisser me parler comme ça durant 4 ans ?

Un jour j’ai commencé à écrire ce qu’il me disait. Je notais chaque atrocité qu’il était capable de dire ou de faire.J’ai écrit au moment où j’ai su que j’avais baissé les bras pour « arriver » à le quitter. Il me fallait des traces, des preuves. Je trouvais cela tellement humiliant que j’avais même du mal à réaliser ce que j’entendais. Mais je croyais qu’il était malade, j’ai voulu l’aider, j’ai fait une grave erreur.Durant ces années, j’ai tenté de le quitter tellement de fois…, mais il revenait sans cesse avec des promesses, avec des cadeaux, avec des voyages en me disant qu’il jurait qu’il n’avait rien fait de mal, qu’il ne m’avait pas trompé et que c’est moi qui imaginais des choses.Il m’a broyé le cerveau, l’âme et le corps.

Le 2 Juillet 2017

– Au début de cette relation tout était magique. Un homme souriant, élégant, amusant, généreux qui a tout de suite voulu que l’on vive ensemble et que je l’accompagne lors de ses déplacements professionnels. Tout était parfait, trop…Je me suis rendue compte assez rapidement que le champ dans lequel je venait de poser le pied était en réalité́ miné. Semé́ de femmes, tellement de femmes… je lui ai donc fait savoir que j’arrêtais la relation en Août 2017, car j’avais compris que certaines choses n’étaient pas nettes.C’est là que tout a commencé́ car je n’avais aucune preuve de son infidélité́, il me disait qu’elles étaient des amies. Il m’en a d’ailleurs présenté au tout début.J’ai su plus tard que ses « amies » étaient plutôt des maitresses ou des ex qui jouaient elles aussi à son jeu, certaines volontairement et d’autres sans chercher à savoir s’il était en couple et aussi d’autres manipulées…

« Physiquement t’es un déchet – Boudin

  • Sans filtre Instagram les mecs partent en courantPetite p*teTu vas mourir d’un cancerSans moi t’es un déchet
    Je vais casser ta porte »Comme je vous l’ai écrit précédemment, je notais tous ses propos.Voici ce qu’il se passait quand j’essayais de le quitter. C’était un vrai harcèlement psychologique.Difficile à imaginer pour ceux qui l’on déjà̀ rencontré ou qui le connaissent.Combien de fois j’ai tenté de faire appel à ses parents, à ses amis. Les seules réponses que j’ai eu en retour étaient : « il n’est pas méchant, il a toujours été infidèle, quitte le. »Mais comment quitter quelqu’un qui a un tel acharnement ? J’ai tout essayé (je vous raconterai plus tard les moyens que j’ai du utiliser pour essayer de le quitter).Quand j’avais besoin d’aide, je devais me justifier auprès de ces personnes qui ne me croyaient pas.A cette époque je ne montrais pas ses messages, j’avais honte.Comment justifier des écrits pareils, qui m’aurait cru ? Lui au visage d’ange, disponible pour tous, généreux, charmant, souriant.Mais c’est bel est bien ce que j’ai vécu. Il n’existe aucune raison de tenir des propos pareils.Durant les heures qui suivaient, quand j’arrivais à le quitter, lorsque je me terrais dans le silence pour encaisser encore ses infidélités, il arrivait chez moi (de force) avec un grand sourire, des fleurs ou un cadeau et me disait qu’il s’excusait car « il était énervé ». Énervé que je le quitte… car il ne voulait pas que l’on se sépare et qu’il tenait à moi… qu’il ne m’avait pas trompé. Que je pouvais même téléphoner à la femme en cause (du moment) pour qu’elle confirme que rien ne s’était passé…Manipulations, mensonges. Il savait très bien que je n’allais jamais les contacter.Est-ce l’attitude d’un homme « amoureux » qui veut récupérer une femme qui fuit pour arrêter de subir les agissements immatures, primaires, déséquilibrés de la part de quelqu’un qui n’est pas capable de se soigner ? Non, mais à cette époque je le croyais encore, je savais qu’il avait un problème et je voulais l’aider… erreur.« C’est moi qui décide si on se sépare ou non. Et là c’est pas encore. Pas compliqué à comprendre punaise. Si après tu le veux quand même, mais vivre dans le stress permanent tu as le droit 😂 »Dès que je le quittais, j’avais droit à des menaces, du harcèlement, une pression inimaginable. Ça use et ça fait peur. Lorsque que je vous disais, dans mon post précédent que « j’ai tout essayé pour le quitter » avant d’en arriver à me défendre avec la Loi, c’est vraiment tout.
  • Au tout début de la relation (1 mois après notre rencontre) je lui ai dit par téléphone, on arrête là, car il était en déplacement. Ça n’a pas fonctionné
  • Quelques temps après, j’ai enregistré un message vocal pour lui dire. Là encore ça n’a pas fonctionné, il revenait toujours chez moi avec des excuses et le regard triste.
  • J’ai essayé t’entamer un dialogue pour lui expliquer qu’il avait un problème à régler en lui et qu’il devait consulter un spécialiste. En vain.
  • J’ai essayé avec les cris
  • Avec une thérapie de couple
  • Avec la fuite, en partant chez ma famille.
  • En demandant de l’aide à ses parents et ses amis, pour qu’ils lui parlent.Il ne voulait rien entendre. Comme si je lui appartenais et que je n’avais aucun droit sur ma propre vie.
  • Et puis un jour j’ai baissé les bras. J’ai donc encaissé durant très longtemps ses mensonges et infidélités, tout en essayant de lui expliquer qu’il fallait qu’il voit un psy. Je me suis oubliée…
  • J’ai même attendu qu’il rencontre une autre femme pour avoir enfin la paix. C’était un cauchemar de choisir cette option.Quelques temps après avoir décidé de baisser les bras, j’étais tellement épuisée psychologiquement que la seule chose à faire pour qu’il me laisse enfin tranquille, c’était de faire comme lui…et bien sûr de lui dire. J’étais sûre qu’il allait me quitter après ça ! Et bien non, il a été encore plus mauvais.Il faut savoir, qu’avec ce genre de personnalité, le mal nourrit leur mal. Ils sont construits de cette façon. Ils n’ont aucune logique. Le but est d’anéantir l’autre, pour lui retirer toute étincelle de vie… il avait réussi.« Tu résistes de mieux en mieux à ne pas répondre, tu t’endurcis 😜 »Menaces, intimidations et provocations.Voici ce que je subissais lorsque j’essayais de le quitter et que je ne lui répondais plus au téléphone.Les captures d’écran que j’ai gardé parlent d’elles-mêmes.D’ailleurs, il likait ses propres propos, il y prenait donc du plaisir. Sans en être conscient.Comme un enfant qui fait des caprices pour obtenir quelque chose, tant qu’il n’arrivait pas à me faire appeler 📲 il ne s’arrêtait jamais. Jusqu’à mettre en péril mon équilibre professionnel.La provocation dans ses écrits, les menaces, les humiliations dissimulées et cette pression qu’il mettait en place était insupportable.Lorsqu’il avait essayé plusieurs méthodes qui ne fonctionnaient pas, il devenait arrogant et haineux.Dans ce cas là, soit je cédais et l’appelais en hurlant d’arrêter, soit trop fatiguée psychologiquement je cédais tout court…A cette période, j’avais eu comme consigne de la part de l’un de ses parents : de ne pas contacter la police, pour lui éviter d’avoir de graves problèmes…J’encaissais donc toute seule, sans pouvoir me protéger et espérais le faire réagir pour qu’il comprenne que ces attitudes et propos n’étaient pas dignes d’une personne équilibrée.À travers cet acharnement et l’aide psychologique que je lui apportais, je pensais malgré tout au fond de moi qu’il m’aimait et qu’il comprendrait … Erreur fatale.Ce n’était pas de l’amour qu’il éprouvait lorsque je le quittais, il perdait juste son objet, son déversoir de haine. Cet objet qui lui permettait d’exister … ça le déstabilisait et il perdait tout contrôle de la situation.Vous allez peut-être penser à : mais pourquoi elle ne le bloquait pas ?Je lui laissais volontairement cette possibilité, car si je le bloquais il n’avait plus de moyens de décharger sa haine et il arrivait chez moi et là ce n’était pas possible. Je ne voulais pas le voir. Donc, je prenais sur moi toute cette haine. Et même si l’on est très fort psychologiquement, je peux vous garantir que c’est difficile à gérer.

« Tu seras toujours là à me manger dans la main »Si un jour vous êtes amenés à rencontrer ce genre de personne, n’essayez pas de savoir, n’essayez pas de comprendre, ne pardonnez pas et n’essayez pas de les « soigner ».Leur pathologie est tellement profonde en eux, ce mal qui les habite depuis leur plus jeune âge serait trop difficile à soigner, car ils n’auront pas le courage de l’affronter pour en guérir.Ils se sont construits avec une carapace, et plusieurs personnalités qu’ils adaptent en fonction des situations et des personnes qu’ils rencontrent. C’est pour cela qu’il est difficile de croire qu’ils sont capables du pire et surtout que l’on vous croit lorsque vous racontez ce qu’il vous font subir.Ce sont des caméléons du mensonge et de la manipulation.

Voici comment se passait le processus de destruction psychologique qu’il exerçait sur moi :

  • J’apprends ses infidélités
  • Il nie
  • Il dit qu’il ne sait pas pourquoi il fait ça
  • Il dit qu’il n’a rien fait
  • Qu’il ne s’en souvient plus
  • Que je m’imagine n’importe quoi
  • Que ce n’est rien et que je dois prendre sur moi
  • Que c’est de ma faute car je l’ai énervé…
  • Déni totalIl vous retourne le cerveau et si ça ne fonctionne pas, que nous ne lâchez pas et que vous décidez de rompre, il entre alors dans la phase de destruction massive.A tel point que vous ne réalisez même plus que ce qu’il fait ou dit est immoral. Que vous doutez vous-même de ce que vous pensez, de ce que vous avez vu. Qu’il a peut-être raison au final… ou que face à sa pathologie c’est vous qui devez être plus fort.e…pour l’aider

Ne doutez jamais.

Car c’est à ce moment que vous perdez confiance en vous, même si à la base vous êtes équilibrée, et que son emprise aura un effet destructeur sur vous.Si vous avez lu depuis le début, vous savez donc qu’actuellement il a été écarté de mon environnement avec interdiction d’entrer en contact avec moi et mon entourage pendant 3 ans et obligation de soins psy.La semaine dernière mon meilleur ami (qui est aussi mon client), qui est comme mon grand frère ou père, a reçu une lettre de sa part. 2 pages recto/verso qui laissent paraître dans leur intégralité aucune remise en question, aucun remords, aucune prise de conscience, aucun changement… Mais plutôt du mépris, de la calomnie et de la manipulation.Il essaie encore malgré son incarcération de manipuler mon entourage très proche, pour me détruire, en me faisant passer pour une mauvaise personne, une calculatrice : que mon ami 15 ans après ne me connais pas finalement, que l’on peut se tromper sur les personnes, que j’ai tout calculé pour qu’il en soit arriver là.Son raisonnement, s’il en a un, est pire qu’avant.Il a tissé sa toile et il veut que je sois coupée de tout. Il veut se venger.C’est incroyable de s’enfoncer autant dans cette pathologie. Il ne s’en sortira jamais.J’ai le sentiment qu’il ne s’arrêtera pas.

J’ai appris récemment que, 3 semaines avant l’audience, il voyait souvent mon ami, (qui n’était pas au courant de tous les détails car j’avais volontairement mis mon ami de côté au sujet de cette historie pensant l’épargner et régler cela toute seule), qu’il lui avait fait un virement de 5000€ pour racheter une partie de son bateau…

J’ai été stupéfaite

J’ai vu à quel point il peut manipuler les gens avec son argent.Et il sait a qui s’adresser, il n’ira pas faire un virement à n’importe qui, non. Il connaît très bien la situation financière de mon ami, il l’a coincé.Ça me donne une sensation d’impuissance et de dégoût, ça me révolte.

Je suis très discrète sur ma vie privée

Et durant cette relation j’ai encaissée toute seule. Je n’arrivais pas à en parler à mes amis en l’occurrence celui-ci, car il est aussi mon client (j’avais honte) et bien je n’aurais pas dû, il faut parler.Parce que de son côté́, alors que je me terrais dans le silence, lui a bien tissé sa toile…

Actuellement,

je fais fasse à certains regards et j’ai l’impression de devoir me justifier car il est en prison. J’ai eu droit à des réflexions : « c’est quand même cher payé ».C’est difficile, car ma vie est brisée, j’ai beaucoup souffert  et c’est lui que l’on plaint.

j’ai un suivi régulier avec plusieurs spécialistes, pour m’aider à retrouver cette partie de moi qui a été effacée à travers cette violence psychologique.

Le suivi est pour moi sincèrement vital, car cette relation a causé de graves traumatismes sur mon mental et mon état physique.

Je dois retrouver un équilibre, je dois me retrouver.

J’appelle ces personnes des « tueurs en série dissimulés » c’est fort comme comparaison, mais ils sont capables de pousser les personnes vers le suicide car leur attaques massives et la pression qu’ils infligent sont dignes d’une descente aux enfer et d’une mort lente.
C’est un peu décousu mais c’est le résumé de cette sombre histoire.

consultation psy Paris

Vous avez besoin d'aide ?

Venez échanger avec nos psychologues spécialisés

Réponse rapide assurée

Rendez-vous en visio en quelques jours maximum

Partout dans le monde et en France pour les francophones

Equipe de psychologues spécialisés diplômés (ADELI)

error: Alert: Contenu protégé!!