Divorcer d’un manipulateur narcissique et se retrouver devant le juge est un vrai passage sur le grill pour les victimes. Il faut dire que l’épreuve peut vite tourner à l’avantage du pervers, puisqu’elle lui permet de se livrer à son jeu favori : jongler avec les apparences et les bons sentiments. Il s’avère de plus, un redoutable stratège pour tout ce qui concerne les questions de procédure et de finance. Mais, que les victimes se rassurent, il lui arrive aussi d’être confondu.

Le pervers narcissique au tribunal

Une personnalité narcissique est plutôt à l’aise dans un tribunal, du moins tant qu’elle conserve l’ascendant sur sa victime. La justice la met en lumière et lui permet de se théâtraliser : c’est un décor qui nourrit son narcissisme. Narcissisme qu’il a besoin de restaurer, car si le divorce a été demandé par sa victime, son image a été bafouée. Dès lors, le combat sera sans merci : et c’est un point qu’une victime doit savoir avant de divorcer d’un manipulateur narcissique.

Comme tous les prédateurs, il à l’instinct du danger, et il saura préparer un plan de bataille à l’avance. Il ne négligera aucun détail, comme le choix de son avocat, qui rentre dans sa stratégie. Un pervers homme choisira par exemple  une avocate plutôt qu’un avocat, car il tient à passer pour progressiste… Son objectif est simple : anéantir l’autre sur le plan moral et l’achever complètement en lui prenant les enfants. Il éprouve aussi une jouissance particulière à le ruiner matériellement, car il restaure ainsi sa toute-puissance.
Un narcissique manipulateur ne se défend pas en justice, il attaque. Sa perversion le pousse vers une stratégie souvent outrancière où il renverse les rôles : il s’empare de celui de victime et accuse l’autre d’être son agresseur. Pour cela, il déploie tout son attirail de manipulateur, jouant subtilement sur la palette des faux sentiments. Il est expert dans l’art de susciter la pitié, et n’épargnera pas ses efforts pour flatter et émouvoir à la fois. S’il le faut, il pleurera. Quand il est intellectuellement habile, il se concilie sans problèmes les bonnes grâces du juge aux affaires familiales.

divorcer-d-un-manipulateur-narcissique

Divorcer pour la manipulateur narcissique, est donc une vaste comédie, mais il ne faut pas voir en lui trop vite un Tartuffe : la vengeance ayant pour lui un caractère vital. Malheureusement, sa petite mise en scène aura un effet dévastateur sur la victime.

Trop souvent, elle attend de façon plus ou moins consciente, une réparation en justice de la violence psychologique quelle a subie. Or, le travestissement de la vérité la ramène, une fois de plus, à un scénario pervers.

C’est l’effondrement pour elle, car, désorientée par la tournure des événements, elle n’a souvent aucune réponse valable à opposer au juge. Si elle proteste et perd le contrôle, c’est elle qui passera pour instable et dangereuse : ce que le ou la perverse attend ardemment.

 

Un comportement asocial et pathologique

Divorcer, pour un manipulateur ou une femme manipulatrice narcissique est un jeu, car il ignore tout de la justice et se moque de son fonctionnement. La seule chose qui importe étant que les règles tournent en sa faveur. Si ce n’est pas le cas, il ou elle peut refuser délibérément de se présenter aux audiences. Il n’est pas rare non plus qu’ils disparaissent de la circulation. Quant à payer une pension alimentaire, cela est pour eux insupportable, et ils organisent très bien leur insolvabilité.

On touche là à l’aspect asocial du pervers narcissique : aspect qui l’amène à instrumentaliser la justice.  D’où le caractère redoutable des procédures avec ce type de personnalité car s’ils n’ont rien à reprocher à l’autre, ils inventent. Ils ratisseront inlassablement autour d’eux pour récolter des témoignages, dont l’effet sera particulièrement destructeur sur la confiance en soi de la victime.

Car ils ont bien conscience qu’avant de se tenir sur le terrain juridique, la guerre est psychologique.

Ils continuent pour cela d’exercer la manipulation mentale en exploitant tous les points faibles de leurs victimes. Ils joueront sur le terrain de leurs peurs en multipliant les provocations, les affrontements et le harcèlement. Le but est de réactiver des terreurs profondes pour pousser l’autre à la faute. Très souvent, les victimes trop vulnérables, seront obligées de limiter ou couper les contacts, pour ne pas sombrer dans la folie.

Divorcer d’un manipulateur narcissique : mode d’emploi

La victime qui choisit de divorcer d’un manipulateur narcissique doit donc s’attendre à ce qu’il tente de détruire sa vie et sa réputation. Est-elle, pour autant, condamnée à subir son emprise ? Non, car si elle réussit à s’entourer des bonnes personnes, elle pourra développer à son tour une stratégie de défense.

Comment ? En ayant conscience d’abord, que son adversaire n’est pas ordinaire. Des avocats, spécialisés dans ce type de procédure existent pour aider à opérer une contre manipulation. Le soutien d’un thérapeute spécialisé est aussi indispensable, car la crise d’angoisse et les attaques de panique guettent les victimes, notamment au moment des décisions de justice.

 

divorcer-d-un-manipulateur-narcissique

On a vu qu’elles doivent s’attendre à un renversement des valeurs devant les tribunaux, avec un partenaire qui n’hésitera pas à les accabler de mensonges et de provocations.
La première attitude à tenir est de ne pas sombrer dans l’affrontement, pour ne pas faire le jeu du pervers. Les tribunaux n’ont pas vocation à consacrer les victimes dans leur statut de victime, mais règlent simplement des questions concrètes sur le plan de la loi.

C’est dans le cadre d’une psychothérapie qu’une victime se sentira vraiment reconnue comme telle, tout espoir dans la justice étant, à ce propos, souvent désespéré.

La seconde attitude sera de n’opposer au juge que des faits, rien que des faits. La justice se base sur des preuves et c’est cela qui est pris en compte dans toute décision. La bonne attitude consiste à consigner patiemment tout ce qui se passe au quotidien : plannings des tours de garde non honorés, pensions non payées, messages de menaces, au besoin faire établir des constats…

Les pervers narcissiques ont horreur des faits, et bien souvent, ce sont de simples états de faits qui les confondent. Or, acculés à la vérité, ils sont capables de perdre leur sang-froid et de se répandre tout à coup en propos incohérents et violents. C’est là qu’ils s’effondrent, car leur narcissisme est profondément touché. Quand le masque de ce prédateur sournois tombe devant la justice, c’est en effet à son tour d’affronter le regard des autres !

 

 

Pervers-narcissique.com

Par Pascal Couderc, Psychanalyste, Psychologue Clinicien , Paris, Montpellier, Visioconsultations

 

error: Contenu protégé !!