Le cas de la famille perverse

famille-pervers-narcissique

La famille perverse narcissique est le milieu, par excellence, où ce mode relationnel se met en place et s’élabore. On peut être victime de ce type de famille de plusieurs manières : en y entrant par le biais d’une union, ou pire : en y naissant sans pour autant être atteint du trouble commun au reste de la cellule familiale.

La famille perverse narcissique

Il semble difficile de dresser un portrait-robot de la famille perverse narcissique. Souvent, le trouble pourra être partagé par les parents et s’étendre à certains membres de la fratrie, sans que cela ne soit le cas pour tous. Il y a par contre, toujours un dominant au sein de cette famille, mais il n’y a pas de membre attitré pour ce rôle. Parfois, le problème peut venir d’un oncle, d’une tante ou d’un grand parent.

Il semble y avoir, en revanche, un mode de fonctionnement et des caractéristiques propres à la famille perverse narcissique. On parle de système tribal ou de fonctionnement « en meute », car la structure familiale est dominée par un « chef », un pervers dominant. Les membres respectent donc une hiérarchie qui les met aux ordres de leur chef. Ce dernier a besoin et que l’on l’admire et que l’on l’encense perpétuellement. Le rôle des membres d’une famille manipulatrice est donc de servir le chef.

Voici quelques autres traits caractéristiques qui décrivent encore son fonctionnement.

  • Ces familles représentent de petites sociétés en soi, fonctionnant sur le mode de la pensée unique et régies par des règles rigides. Elles vivent selon des normes comme le goût pour l’argent et les apparences, le silence sur soi, la haine de la différence, la xénophobie, l’exclusion de ce qui n’appartient pas au clan… Le fonctionnement d’une famille perverse narcissique se rapproche de celui des sectes.
  • Elles veulent donner à croire que leurs membres sont heureux et unis entre eux, alors qu’ils sont en réalité tenus par des liens de dépendance. L’individualité de chacun a été étouffée très tôt au profit de la personnalité écrasante du chef.
  • Le système clanique d’une telle famille exige que son chef désigne un « hériter ». C’est celui ou celle à qui il va transmettre symboliquement son pouvoir de manipulation. Cet héritier ou cette héritière, deviendra à son tour plus tard l’homme ou la femme forte du clan.
  • Une famille perverse narcissique est un milieu fermé. Elle n’a pas d’amis et fuit la compagnie des autres. Elle redoute que l’on découvre ce qui se passe dans son huit clos et a peur de se faire démasquer. Cette famille dissimule jalousement ses secrets de famille.

Ce que subissent les victimes

Les victimes de telles familles sont étrangères à leur propre clan, et en deviennent très tôt les esclaves. Parce qu’elles refusent d’être au service du chef, elles sont l’objet d’un rejet des autres membres. Elles subissent ce que les victimes d’un parent narcissique manipulateur subissent, augmenté par le poids du clan. La blessure de trahison, vécue auprès des autres membres de la famille dont on aura vainement cherché le soutien, sera cuisante. Plus encore que la victime d’un seul parent destructeur, la victime d’une famille perverse narcissique vit prisonnière d’un enfer. Elle fait face à la perversion vécue comme normale et normative, dans un contexte clos où chacun la pratique…

Le sort des victimes est donc celui des enfants de manipulateurs, qui grandissent très tôt dans la peur de leurs parents toxiques, de leur harcèlement continuel, de leurs colères, de leurs blessures et de l’humiliation. Un parent toxique exerce une véritable emprise sur un enfant en le persuadant très tôt qu’il pense à sa place : il fait ainsi de lui son jouet. Dans le cas de la famille toxique, c’est le clan entier qui va se relayer dans ce rôle. L’enfant qu’ils auront choisi pour victime sera donc leur bouc-émissaire. Il est celui qu’ils choisissent de façon inconsciente pour devenir fou à leur place.

Échapper à son emprise

Comprendre que l’on est issu d’une famille perverse narcissique entière est un chemin difficile. Il faut accepter d’être vraiment seul au monde et être capable de se reforger entièrement des repères. Plus profondément, cela pose un problème identitaire, relatif à la question de ses origines. Des difficultés qui bien souvent, font reculer et atermoient le processus de la prise de conscience.

De plus, il est difficile de fuir ces familles, car elles ne lâchent pas facilement leurs proies. Parmi leurs techniques de manipulation, la culpabilité est très employée. On en appelle aux devoirs filiaux de la victime, aux liens du sang, si elle décide de prendre ses distances.
Malheureusement, ce type de manipulation émotionnelle est très fort et fonctionne sur des victimes. Faute d’avoir pu se construire, elles restent inconsciemment en quête d’appuis et d’identifications dans l’existence. Toutes sortes de justifications peuvent naître en elles pour ne pas rompre alors avec cette famille toxique. La plus courante est un faux principe de responsabilité. Cela les prédispose à penser qu’elles peuvent « aider » les leurs, au travers d’une dangereuse illusion : devenir « le parent de leurs parents ».

Quant aux victimes qui réussissent à fuir courageusement ces familles, elles n’en ont pas pour autant fini avec elles !

Tout comme l’individu, la famille perverse narcissique répugne à lâcher sa proie et la poursuit longtemps de sa vindicte. Elle tente donc de s’immiscer dans sa vie pour briser tous ses accomplissements personnels : son union, son foyer, son travail…  Il faut s’attendre parfois au pire, comme à des attaques en justice sous des prétextes fallacieux, car ces familles sont expertes dans l’art d’instrumentaliser la justice.

S’il est difficile de « guérir de son enfance », il est bien plus compliqué encore de guérir d’une famille perverse narcissique… Face à la famille comme face à l’individu rongé par ce trouble, se préserver exige de fuir.

Pascal Couderc, psychanalyste et psychologue clinicien accompagne tous ceux qui désirent se libérer d’une emprise familiale, d’un partenaire narcissique ou d’un supérieur hiérarchique pathologique et manipulateur. Ne restez pas isolés et confiez vos problèmes à un professionnel, sur Skype ou en cabinet.

A lire aussi : être enfant de pervers narcissique et les failles narcissiques

Pascal Couderc

Psychanalyste, psychologue clinicien Montpellier et Paris et en téléconsultation pour les francophones partout en France et dans le monde.

Pascal Couderc en visio consultation

 

Articles récents

error: Contenu protégé !!
elementum in nec dolor. elit. vel, vulputate,